Featured: Climate: An Area of Opportunity Arrow Featured: 10 ocean activities to look out for at COP27 Arrow Featured: Ocean Panel Leaders Meet during UN General Assembly Arrow Featured: The Ocean Panel Launches its first-ever progress report, ‘Tracking Blue: From Ambition to Action for a Sustainable Ocean Economy’ Arrow Featured: Le Royaume-Uni rejoint le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable Arrow Featured: Ocean Panel lance un rapport sur le tourisme durable et les perspectives d'experts qui l'accompagnent Arrow Featured: Déclaration conjointe des dirigeants du panel sur l'océan à la Conférence des Nations Unies sur l'océan Arrow
Essai d'expert
Financement : relier l'ambition aux moyens d'atteindre la durabilité

Quels mécanismes de financement existent pour soutenir l'investissement dans des modèles de tourisme côtier et marin durables et surmonter les principaux obstacles à l'échelle ? Quoi d'autre est nécessaire?

Shaun Mann
Shaun Mann
Spécialiste principal du secteur privé, Groupe de la Banque mondiale
Louise Twining-Ward
Louise Twining Ward
Spécialiste principal du secteur privé, Groupe de la Banque mondiale

L'océan et ses zones côtières sont essentiels au tourisme. Selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), près de 70 millions de voyages sont effectués chaque année uniquement pour visiter les récifs coralliens, générant $36 milliards de dollars de revenus par an et créant 6,5 millions d'emplois.[1]. Les aires marines protégées (AMP) fournissent une grande variété de services écosystémiques, préservant une biodiversité importante, servant de pépinière pour la pêche et améliorant les stocks de poissons, protégeant les habitats qui amortissent les impacts des tempêtes et des vagues, et éliminant les excès de nutriments et de polluants de l'air et l'eau. Ils peuvent également fournir des avantages touristiques et récréatifs plus durables, ainsi que renforcer d'autres valeurs de non-usage telles que les valeurs culturelles et patrimoniales.

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière la dépendance de nombreux points chauds de biodiversité, parcs et aires marines protégées aux revenus du tourisme. L'industrie du voyage et du tourisme à l'échelle mondiale a enregistré une perte estimée à $1,2 billion de revenus d'exportation en 2020[2]. Aux îles Galapagos, par exemple, une étude a prévu qu'une restriction d'entrée de six mois pour des raisons de pandémie entraînerait la perte de 53% du revenu annuel total des îles, soit près de $10 millions[3]. Dans certaines parties de l'Afrique de l'Est, le braconnage de la faune, la chasse et la pêche illégales, l'exploitation forestière et le brûlage de brousse ont augmenté en raison du manque de revenus du tourisme et des coupes qui en résultent dans le financement des gardes du parc et de la sécurité.[4].

C'est le moment opportun pour repenser la durabilité des actifs côtiers et marins existants et développer des opportunités pour leur expansion. L'absence de revenus touristiques résultant des restrictions de voyage liées au COVID-19 a clairement plaidé pour que les ressources côtières et marines adoptent des sources de revenus alternatives, non consommatrices et régénératives. Dans le même temps, les gouvernements, les institutions de développement et les investisseurs reconnaissent que ces ressources côtières et marines ont des valeurs intrinsèques au-delà de leurs utilisations actuelles pour le tourisme et la pêche. L'océan aide à réguler les températures mondiales et le cycle mondial du carbone en absorbant près d'un tiers du dioxyde de carbone atmosphérique. Ce carbone « bleu » est séquestré dans les écosystèmes côtiers tels que les mangroves, les herbiers marins et les systèmes récifaux, qui ont une grande capacité à stocker le carbone dans leurs sédiments sur de longues échelles de temps. Les habitats côtiers végétalisés représentent l'un des puits de carbone naturellement disponibles les plus efficaces et sont donc un outil important pour l'atténuation et l'adaptation au climat, en plus d'être des habitats cruciaux abritant une riche biodiversité et fournissant des services écosystémiques clés. En règle générale, ces écosystèmes côtiers appartiennent aux gouvernements, qui supportent également les coûts de leur gestion et de leur conservation en tant que bien public.

Accords et engagements internationaux[5] au cours de la dernière décennie rassemblent de plus en plus les nations souveraines et leurs banques centrales, les marchés financiers, le secteur privé, les donateurs, les organisations non gouvernementales et les philanthropes autour d'objectifs communs visant à accroître le flux de financement pour l'évaluation et la protection des écosystèmes marins. La demande est portée par les actionnaires et les financiers des entreprises du secteur privé qui souhaitent contribuer positivement aux objectifs climatiques et de biodiversité convenus dans les conventions internationales[6]. L'objectif est de créer une offre de nouveaux produits en attribuant des valeurs monétaires aux services écosystémiques, au carbone et à la biodiversité en créant de nouveaux types de marchés qui permettent de mesurer et de surveiller ces valeurs écosystémiques, de les vérifier de manière indépendante et de les échanger sur des marchés largement volontaires.

Défis

Malgré la demande d'actifs bleus, une série de défis empêchent la croissance du financement dans cet espace. Celles-ci pourraient être caractérisées à la fois du côté de la demande et du côté de l'offre. Les acheteurs d'actifs bleus (côté demande) ont besoin de normes, de cadres et de systèmes de vérification communs transparents et internationalement acceptés pour investir en toute confiance. Comme l'a noté le Groupe de haut niveau pour une économie océanique durable, les cadres et taxonomies actuels sur lesquels les investissements à soutenir ne communiquent pas correctement entre eux et ne sont pas encore guidés par des principes universellement adoptés[7]. Sans ce cadre international et une compréhension commune de ce qui constitue une taxonomie des actifs bleus et de la manière dont ils sont mesurés, surveillés et entretenus, l'offre (gouvernements et développeurs d'actifs) est incertaine quant aux règles du jeu. Ces asymétries d'information et ces défauts de coordination faussent la dynamique du marché dans la mesure où les seuls modèles de financement qui progressent sont sur mesure et à petite échelle. En plus de ces problèmes de cadre, les systèmes de gouvernance autour de l'utilisation du financement, des mécanismes de partage des avantages et des structures de marché pour le commerce des actifs bleus sont encore naissants. Investir dans les actifs bleus est risqué dans le contexte de ces cadres réglementaires encore en développement. Alors que des accords internationaux comme l'Accord de Paris sur le climat sont en place, les détails ne sont toujours pas clairs. Il y a également un manque d'offre de projets bleus de haute qualité, vérifiés et investissables.

Création d'actifs

Avec un portefeuille mondial de plus de $9 milliards d'investissements dans les secteurs océaniques et liés aux océans, la Banque mondiale est dans une position unique pour relever ces défis. Il existe une justification impérieuse pour que les institutions de développement soutiennent la création d'actifs, non seulement en créant un environnement propice aux investissements, mais également en réduisant les risques d'un pipeline initial de projets pouvant être investis.

Ce qui suit serait un processus de création d'actifs au niveau national. Le processus commence du côté de l'offre en suscitant l'intérêt et la sensibilisation du gouvernement et en identifiant et en valorisant les actifs bleus potentiels ; il élabore ensuite des protocoles d'investissement, des protocoles de mesure et des moyens de vérification avant d'enfin échanger les crédits.

 

Figure 1. Processus de création d'actifs pour une économie bleue

La source: Diagramme des auteurs.

 

Les gouvernements ont besoin de conseils, de capitaux et de ressources pour aider à créer des cadres juridiques, réglementaires et comptables institutionnels et transparents pour les crédits de carbone et de biodiversité qui permettent à ce marché d'évoluer plus rapidement et à plus grande échelle. Ce cadre serait comme celui requis pour créer un climat d'investissement pour toute « nouvelle » industrie. La mise en place de règles pourrait aider à créer des actifs carbone et biodiversité standardisés qui pourraient être vendus à des entreprises ou à des marchés financiers qui se sont engagés à atteindre des émissions nettes nulles, par exemple. Cela créerait également un espace permettant aux gouvernements d'opérer au-delà de leurs systèmes d'aires protégées en offrant des écosystèmes à fort potentiel pour la propriété ou la location privée et communautaire, par exemple, dans des zones tampons autour des AMP.

Possibilités de financement

L'argument central présenté ici est que les ressources côtières et marines ont le potentiel de générer des flux de revenus au-delà de la pêche traditionnelle et du tourisme. Pour que ces zones soient plus résilientes, elles doivent le faire. Bien que cet essai se concentre sur les mécanismes de financement des services écosystémiques et des paiements pour le carbone et la biodiversité, il est également important que les écosystèmes côtiers et marins dépendants du tourisme adoptent davantage de pratiques d'économie circulaire et améliorent la gouvernance et la gestion locale de ces écosystèmes pour faciliter les pratiques régénératrices. (des déchets et des plastiques, par exemple). Les communautés et les entreprises locales auront besoin de formation pour permettre leur inclusion dans ces chaînes de valeur. Le Groupe de la Banque mondiale (GBM) travaille sur bon nombre de ces domaines dans les Caraïbes, en Afrique de l'Ouest et dans d'autres régions par le biais de PROBLUE, un fonds fiduciaire multidonateurs administré par la Banque mondiale qui soutient le développement durable et intégré des ressources marines et côtières dans un océan sain[8].

Un autre point d'entrée pour le GBM et d'autres partenaires de développement pourrait être la structuration et la fourniture d'instruments de financement pour réduire les risques des projets et mobiliser différents types de capitaux auprès de différents fournisseurs qui exigent différents types de rendements. Cela pourrait inclure une gamme de structures et d'instruments :

  • Financement mixte : financement stratégique du développement et subventions philanthropiques qui attirent et mobilisent des financements commerciaux supplémentaires ; augmenter la portée, la portée et l'efficacité du projet; et offrir des rendements ajustés au risque conformes aux attentes du marché.
  • Obligations bleues : Instruments financiers à revenu fixe où le capital est investi en amont dans des initiatives qui produisent des résultats mesurables, comme les crédits carbone et biodiversité. Le besoin de résultats vérifiés est primordial car les investisseurs ne sont remboursés que pour des résultats prouvés. C'est peut-être l'instrument le plus couramment utilisé actuellement, comme en témoignent les Seychelles.
  • Échanges de dettes : échanges de dettes contre la nature qui mobilisent des fonds pour les utiliser dans les efforts de conservation locaux sur la base du modèle des échanges de dettes contre des prises de participation. Les bénéfices sont investis dans des activités de conservation dans le pays endetté. Un échange de dette peut également impliquer une remise de dette. Les crédits de carbone bleu sont générés par un large éventail d'activités qui séquestrent le carbone ou démontrent des mesures de conservation de la biodiversité.
  • Fonds de conservation ou fonds de dotation (modèle hybride) : généralement des entités subventionnaires qui financent les activités de conservation. Ils sont capitalisés par les gouvernements, les fondations et le secteur privé. Souvent, il n'y a aucune attente de retour, ce qui permet aux fonds de soutenir des projets à haut risque avec des résultats moins certains.
  • Crédits carbone : générés par un large éventail d'activités qui séquestrent le carbone ; carbone bleu fait référence à la séquestration dans les écosystèmes marins et côtiers (mangroves, zones humides intertidales, herbiers marins, etc.). Bien que les exemples soient limités, le domaine se développe et peut s'appuyer sur l'expérience acquise dans la séquestration du carbone terrestre.
  • Produits d'assurance paramétriques : Développés pour divers secteurs océaniques. La Facilité pour la durabilité des océans et de l'aquaculture des Caraïbes, la première assurance paramétrique au monde, a été développée par la Banque mondiale pour le secteur de la pêche afin de catalyser la résilience et la gestion durable de l'environnement marin. Il promeut la formalisation du secteur en incitant les pêcheurs à s'enregistrer afin de bénéficier du régime d'assurance. Il vise en fin de compte à réduire le risque de catastrophe naturelle que le changement climatique fait peser sur la sécurité alimentaire et à favoriser des réformes politiques qui promeuvent des pratiques de pêche intelligentes face au climat et la résilience côtière.

La durabilité des actifs marins et côtiers est vitale pour le secteur du tourisme et pour lutter contre le changement climatique. Malgré leur importance, ces actifs bleus ont été historiquement sous-évalués et mal gérés. L'impact du COVID-19 sur le tourisme et la crise climatique de plus en plus urgente ont mis en lumière la nécessité d'un changement fondamental dans la valorisation, le financement et la gestion de ces ressources. Les partenaires de développement ont un rôle important à jouer dans la création d'un environnement propice et la promotion des investissements du secteur privé dans les ressources océaniques durables.

—–

[1] R. Brumbaugh, « Protecting Million Dollar Reefs Is Key to Sustaining Global Tourism », Programme des Nations Unies pour l'environnement, 10 mai 2017, https://www.unep.org/news-and-stories/story/protecting-million-dollar-reefs -clé-du-soutien-du-tourisme-mondial.

[2] Organisation mondiale du tourisme, « 2020: Worst Year in Tourism History with 1 Billion Fewer International Arrivals », 28 janvier 2021, https://www.unwto.org/news/2020-worst-year-in-tourism-history-with- 1 milliard d'arrivées internationales en moins.

[3] JP Díaz-Sánchez et M. Obaco, "Les effets du coronavirus (COVID-19) sur les revenus touristiques attendus pour la préservation naturelle : le cas des îles Galapagos", Journal of Policy Research in Tourism, Leisure and Events 13, non. 2 (2021): 285–89.

[4] S. Roberts, « Africa's Year of Zero : A Special Report on the Future of Wildlife Tourism », Financial Times, 28 octobre 2020, https://www.ft.com/content/6a4f6c76-8a00-46ef-a645-23a5eda58825.

[5] Y compris la Déclaration d'Aichi (2011), l'Accord de Paris (2015) et la Déclaration de Glasgow (2021).

[6] Par exemple, l'objectif 11 de la Déclaration d'Aichi : « D'ici 2020, au moins 10 % des zones côtières et marines, en particulier les zones d'importance particulière pour la biodiversité et les services écosystémiques, sont conservées grâce à une gestion efficace et équitable, écologiquement représentative et bien connectée. des systèmes d'aires protégées et d'autres mesures de conservation efficaces par zone et intégrés dans les paysages terrestres et marins plus larges.

[7] Déclaration d'Aichi, cible 11.

[8] Banque mondiale, PROBLUE, page d'accueil, https://www.worldbank.org/en/programs/problue.

Close
back to top