Mis en exergue: Le climat : un domaine d'opportunités Arrow Mis en exergue: 10 activités océaniques à surveiller à la COP27 Arrow Mis en exergue: Les dirigeants du panel sur l'océan se réunissent lors de l'Assemblée générale des Nations Unies Arrow Mis en exergue: L'Ocean Panel lance son tout premier rapport d'étape, "Tracking Blue: From Ambition to Action for a Sustainable Ocean Economy" Arrow Mis en exergue: Le Royaume-Uni rejoint le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable Arrow Mis en exergue: Ocean Panel lance un rapport sur le tourisme durable et les perspectives d'experts qui l'accompagnent Arrow Mis en exergue: Déclaration conjointe des dirigeants du panel sur l'océan à la Conférence des Nations Unies sur l'océan Arrow
Essai d'expert
Transformation : le rôle du tourisme côtier et marin dans une économie océanique durable

Comment le tourisme côtier et marin peut-il être un élément fondamental pour aider les pays à passer à une économie océanique durable ?

Valerie Hickey
Valérie Hickey
Directeur mondial de la pratique mondiale de l'environnement, des ressources naturelles et de l'économie bleue, Banque mondiale

Le tourisme côtier et marin, avant la pandémie de COVID-19, était un moteur de croissance économique. Le secteur augmentait chaque année d'environ $134 milliards de dollars par an et représentait plus d'un quart du produit intérieur brut dans au moins sept petits États insulaires en développement.[1]. Cependant, la pandémie a fait reculer cette industrie d'au moins deux ans, les voyages aériens et le tourisme ne devant pas revenir aux niveaux de 2019 avant 2024.[2]. Bien que le tourisme côtier et marin ne soit pas susceptible de se redresser plus rapidement, des recherches récentes indiquent que le tourisme axé sur la nature gagne en popularité[3]. Les derniers chiffres de l'Organisation mondiale du tourisme montrent que les régions dotées d'un important secteur du tourisme bleu récupèrent les visiteurs perdus. Par exemple, les arrivées de touristes internationaux dans les Caraïbes en 2021 ont augmenté de 63 % par rapport à 2020, bien qu'elles soient restées inférieures de 37 % aux niveaux de 2019.[4].

Comme l'a noté le groupe d'experts de haut niveau pour une économie océanique durable, "la reprise après la crise du COVID offre l'occasion de réfléchir à des mesures innovantes et où les entreprises touristiques jouent un rôle actif dans l'amélioration des communautés locales et la protection des environnements côtiers et marins". De même, la Banque mondiale, dans son objectif de "reconstruire en mieux" après la COVID, cherche à donner la priorité aux opportunités de transition vers une économie bleue, définie comme le développement durable et intégré des secteurs océaniques dans un océan sain, notamment par le développement de un secteur du tourisme côtier et marin durable. Trois considérations clés peuvent aider le secteur tout au long de cette transition.

  1. La planification spatiale marine est un outil essentiel pour l'intégration du tourisme dans une approche d'économie bleue.

La planification spatiale marine (PSM), une composante essentielle des plans océaniques durables, fournit un cadre pour intégrer le tourisme côtier et marin, ainsi que d'autres secteurs, dans une approche plus large de l'économie bleue. Le processus PSM facilite l'inventaire et la réflexion sur la meilleure façon d'utiliser les zones et les ressources marines d'un pays, y compris le tourisme côtier et marin, et comment elles bénéficieront aux personnes, aux économies et aux écosystèmes dont dépendent les communautés.

Les stratégies touristiques maritimes et côtières, qui s'inscrivent dans un cadre de planification intégré tel que l'aménagement de l'espace marin, garantissent que

  • les principaux conflits avec les autres utilisateurs sont résolus en amont, avant l'investissement dans le secteur[5];
  • le processus de plan spatial marin équilibre les compromis qui doivent être faits entre le tourisme et d'autres secteurs, y compris la conservation, afin que le tourisme puisse contribuer de manière optimale à une économie bleue et offrir des avantages sociaux et économiques ; et
  • un plan spatial marin aide à désigner les emplacements les plus appropriés pour le tourisme et les liens avec les plans sectoriels tels que le tourisme pour gérer efficacement les impacts environnementaux et sociaux, maximisant ainsi la contribution des secteurs à une économie bleue.

À son tour, l'intégration du tourisme côtier et marin dans le processus MSP contribue à améliorer le climat pour des investissements dans le tourisme qui sont durables et, en fin de compte, soutiennent une économie bleue. En outre, la planification de l'espace marin réduit les risques de négociations prolongées ou de conflits entre les groupes d'utilisateurs, ainsi que les coûts imprévus des problèmes environnementaux, et offre au secteur du tourisme un degré de certitude indispensable pour accéder aux ressources côtières et marines, ainsi que des dispositions pour des opérations durables.

L'intégration du tourisme dans les plans spatiaux marins permet également d'identifier les zones appropriées où le tourisme peut être diversifié et éviter les impacts environnementaux cumulatifs, ainsi que les conflits avec d'autres utilisateurs. Il peut guider le secteur du tourisme dans la conservation et la protection des écosystèmes et réduire les sources de pollution telles que les plastiques marins. Le processus de planification peut être intégré à d'autres efforts de planification tels que la planification de l'utilisation des terres et la planification intégrée du paysage, réduisant ainsi davantage les risques de pollution.

Par exemple, au Cabo Verde, la Banque mondiale soutient l'intégration des chaînes de valeur de la pêche côtière et du tourisme à Pontão de Santa Maria et dans les environs. Cela a accru l'intérêt du secteur de l'hôtellerie pour les aliments d'origine locale. Cependant, seuls 5 à 10 % de la nourriture des hôtels sont achetés localement. Des problèmes tels que la manutention et les exigences sanitaires limitent la capacité des pêcheurs et des grossistes à approvisionner les hôtels locaux. Une activité financée par le fonds fiduciaire PROBLUE de la Banque mondiale se concentre sur l'amélioration des débarquements de pêche et le renforcement des capacités des pêcheurs à respecter les normes sanitaires, ce qui aiderait en fin de compte les coopératives de pêche locales à approvisionner les hôtels locaux en poisson pêché de manière durable. Cette activité contribue à augmenter les revenus des pêcheurs et à soutenir la capacité des installations touristiques à fournir du poisson d'origine durable qui répond à la demande touristique.

En Albanie, le potentiel du tourisme côtier et marin a longtemps été sous-développé. La Banque mondiale travaille avec le pays pour formuler une stratégie d'économie bleue qui comprend la planification spatiale marine, en mettant l'accent sur le tourisme durable qui préserve les écosystèmes côtiers tout en assurant la croissance économique et les moyens de subsistance des communautés côtières.

Une stratégie de tourisme côtier et marin qui soutient une approche d'économie bleue doit envisager la meilleure façon de gérer le tourisme pour une durabilité à long terme. Recherche récente[6] suggère les opportunités suivantes pour une meilleure gestion :

  • Diversifier le tourisme en fonction des caractéristiques naturelles et culturelles
  • Promouvoir des emplacements alternatifs pour prévenir la surexploitation et la dégradation des ressources marines
  • Présentation des exigences de l'industrie pour des pratiques plus durables
  • Envisager des politiques et des actions pour engager et offrir des opportunités d'investissement aux populations locales afin de bénéficier du tourisme bleu

Une stratégie touristique nationale qui intègre la planification de l'espace marin peut, à terme, renforcer l'économie bleue. Au niveau de l'entreprise, les orientations de l'industrie alignées sur la stratégie touristique du pays garantiront la durabilité de l'ensemble des opérations commerciales.[7]. Au Timor-Leste, la Banque mondiale soutient actuellement le développement parallèle de la planification de l'espace marin et du plan directeur du tourisme du pays.

  1. Le tourisme côtier et marin doit soutenir des écosystèmes plus sains et résistants au changement climatique.

Le tourisme côtier et marin dépend directement d'écosystèmes sains et d'un capital naturel bleu[8]. Par exemple, avant la pandémie de COVID-19, plus de 350 millions de personnes visitaient les récifs coralliens, générant un secteur du tourisme bleu d'une valeur estimée à $36 milliards par an grâce à une utilisation directe et indirecte, avec plus de 70 pays et territoires dotés de «récifs d'un million de dollars».[9]. Ces récifs génèrent annuellement plus de $1 millions par kilomètre carré de recettes touristiques. Améliorer la santé des récifs coralliens des Caraïbes, d'Amérique centrale et d'Asie du Sud-Est pourrait débloquer des milliards de dollars chaque année[10]. Cependant, les écosystèmes marins et le capital naturel bleu sont menacés par la pollution, la surexploitation et le changement climatique. Un récent rapport de la Banque mondiale, L'évolution de la richesse des nations 2021, a montré que, en proportion de la richesse mondiale totale, le capital naturel bleu a diminué de moitié entre 1995 et 2018[11].

Dans une économie bleue centrée sur la nécessité de préserver ces écosystèmes sains et le capital naturel bleu, le tourisme côtier et marin peut jouer un rôle clé en favorisant les mesures de réduction des déchets, et notamment des plastiques. Des systèmes de gestion des déchets fonctionnels sont essentiels pour réduire la quantité de déchets et de plastiques marins qui se retrouvent dans l'océan. Un avantage supplémentaire est que la gestion des déchets solides, même dans les complexes de villégiature, est à forte intensité de main-d'œuvre et soutient la création d'emplois. De même, la réduction de l'utilisation d'engrais et l'utilisation de moins de produits chimiques toxiques pour le nettoyage peuvent soutenir un secteur touristique plus durable.

Le secteur peut également bénéficier de normes et de certifications bleues qui fournissent des lignes directrices sur ce qui est qualifié d'entreprise touristique « durable » ou « bleue », de la même manière que le développement de plusieurs initiatives visant à certifier une pêche durable. À cette fin, la Banque mondiale prépare des lignes directrices pour les petites et moyennes entreprises de tourisme côtier dans trois pays d'Afrique de l'Ouest afin d'améliorer leur durabilité, notamment en réduisant leur empreinte environnementale en mettant l'accent sur l'utilisation de plastiques.

Un autre domaine clé dans lequel le secteur du tourisme peut contribuer à des écosystèmes plus sains est sa dépendance et ses interactions avec les aires marines protégées (AMP). Une étude récente de la Banque mondiale montre que la protection des actifs naturels et l'inversion de la dégradation sont essentielles pour promouvoir la conservation de la biodiversité et attirer les visiteurs à long terme. Cela a le potentiel de générer un retour sur investissement au moins six fois supérieur au coût[12]. Les retours et les avantages des AMP sont plus sûrs lorsque l'aire protégée est formalisée, qu'il y a des investissements dans la gestion, que la capacité des gestionnaires d'AMP est renforcée et que le nombre de visiteurs et les impacts sont surveillés.

La diversification des entreprises de tourisme bleu dans les AMP afin de générer des revenus supplémentaires et des avantages économiques pour les communautés locales augmente le soutien au secteur et réduit le risque de surexploitation et de dégradation. Pour encourager les investissements dans diverses options touristiques côtières et marines, des politiques de concession devraient être envisagées, d'autant plus que les ressources marines sont souvent une propriété commune sans droits de tenure ou d'accès clairs.

De plus, les activités touristiques côtières et marines ne soutiendront la transition vers une économie bleue que si leurs dirigeants et employés ont les connaissances et la capacité de suivre les meilleures pratiques du secteur. Les capacités du secteur du tourisme doivent être renforcées pour intégrer les meilleures pratiques en matière de durabilité. Bien qu'encourager les clients à réutiliser les serviettes et les draps soit un bon début, des changements importants vers la durabilité nécessitent une approche globale de l'entreprise. Cela implique de regarder au-delà des limites de l'entreprise et d'envisager comment réduire les impacts sur les communautés environnantes et les écosystèmes sur lesquels l'entreprise s'appuie.

La Banque mondiale soutient également les opérateurs touristiques côtiers et marins en Afrique de l'Ouest avec des conseils et une formation pour rouvrir en toute sécurité et durablement en utilisant la réalité virtuelle et la technologie de l'intelligence artificielle, en vue de respecter les normes de prévention du COVID avec un impact environnemental minimal.

  1. Le tourisme côtier et marin doit garantir l'engagement de toutes les parties prenantes et la prise en compte des besoins des groupes marginalisés.

L'engagement efficace des parties prenantes et des communautés locales à chaque étape du processus de planification est nécessaire pour garantir que les avantages du tourisme marin et côtier sont partagés équitablement avec les communautés locales. La recherche a montré que la participation active de diverses parties prenantes se traduit par une prise de décision de meilleure qualité ; des objectifs économiques, sociaux et environnementaux équilibrés ; potentiel plus élevé d'appropriation et de soutien des parties prenantes ; des coûts de mise en œuvre réduits ; réduction des conflits entre les parties prenantes ; et l'accès à des informations et connaissances nouvelles et supplémentaires[13]. Les garanties environnementales et sociales de la Banque mondiale garantissent que les parties prenantes sont engagées de manière significative dans les projets de la Banque, et cette participation est renforcée par le biais de son projet « Planification de l'espace marin pour une économie bleue résiliente et inclusive ».

Par exemple, la Banque mondiale a soutenu cinq pays des Caraïbes (Dominique, Grenade, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines et Saint-Kitts-et-Nevis)[14] dans la transition vers une économie bleue en renforçant leurs capacités de gouvernance des océans et de planification géospatiale côtière et marine. Plus tôt dans le processus, une analyse des parties prenantes a permis au projet de concentrer son plan d'engagement sur les micro, petites et moyennes entreprises de tourisme et d'accueil maritimes. Cela était essentiel pour s'assurer que ces parties prenantes étaient au courant du processus PSM et des opportunités qu'elles avaient de s'y engager.

Conclusion

Il existe un consensus croissant sur le fait que le tourisme côtier et marin peut être un élément clé pour soutenir la transition des pays vers une économie bleue[15]. Cette transition nécessite une stratégie touristique ancrée dans une approche d'économie bleue à travers l'aménagement de l'espace marin. Garantir un capital naturel bleu sain est essentiel à la durabilité à long terme du secteur.

—–

[1] Nations Unies, « La vie sous l'eau : pourquoi c'est important », Objectif de développement durable no. 14, https://www.un.org/sustainabledevelopment/wp-content/uploads/2019/07/14_Why-It-Matters-2020.pdf ; Organisation mondiale du tourisme (OMT), « Tourism in Small Island Developing States: Developing a More Sustainable Future for the People of Islands », août 2014, https://www.e-unwto.org/doi/pdf/10.18111/9789284416257.

[2] McKinsey and Company, « COVID-19 : Implications pour les entreprises », 13 avril 2022, https://www.mckinsey.com/business-functions/risk-and-resilience/our-insights/covid-19-implications-for -Entreprise.

[3] Marchés et technologie Équipe du tourisme mondial, « Note d'orientation sur les marchés COVID-19 : Impact et réponses politiques dans le secteur du tourisme », 3 avril 2020.

[4] OMT, « Baromètre du tourisme mondial », janvier 2022, https://www.e-unwto.org/doi/epdf/10.18111/wtobarometereng.2022.20.1.1

[5] Ecorys, Deltares et Développement Océanique, Croissance bleue : scénarios et moteurs de croissance durable à partir des océans, des mers et des côtes, rapport à la Commission européenne, DG MARE, 13 août 2012, https://webgate.ec.europa.eu/maritimeforum/en/node/2946.

[6] UNTWO, « Baromètre du tourisme mondial »,

[7] Par exemple, Rainforest Alliance, Conservation International, le Fonds pour l'environnement mondial et le Programme des Nations Unies pour l'environnement, Guide de bonnes pratiques pour un tourisme durable dans les écosystèmes marins et côtiers : Entreprises d'hébergement, 2011, http://cpps.dyndns.info/cpps-docs-web/planaccion/docs2011/oct/turismo_biodiv/Doc.2.Guide_to_good_practices_marine_coasta_eng..pdf.

[8] IFC, Blue Natural Capital: Enhancing Business Outcomes and Sustainability of Coastal Tourism Markets, avril 2021, https://www.ifc.org/wps/wcm/connect/b32071a6-0d74-44e4-afa6-e261b6be5726/EMCompass-Note-101 -Blue-Natural-Capital.pdf?MOD=AJPERES&CVID=nzrCRAF

[9] R. Brumbaugh, « Protecting Million Dollar Reefs Is Key to Sustaining Global Tourism », Programme des Nations Unies pour l'environnement, 10 mai 2017, https://www.unep.org/news-and-stories/story/protecting-million-dollar-reefs -clé-du-soutien-du-tourisme-mondial.

[10] Programme des Nations Unies pour l'environnement, Prince of Wales' International Sustainability Unit, International Coral Reef Initiative et Trucost, L'économie des récifs coralliens : l'analyse de rentabilisation de l'investissement dans la protection, la préservation et l'amélioration de la santé des récifs coralliens, 2018.

[11] Banque mondiale, L'évolution de la richesse des nations 2021 : gérer les actifs pour l'avenir, https://www.worldbank.org/en/publication/changing-wealth-of-nations.

[12] Banque mondiale, « Caribbean Regional Oceanscape Project », https://projects.worldbank.org/en/projects-operations/project-detail/P159653.

[13]. Frazão Santos, Catarina, Tundi Agardy, Francisco Andrade, Larry B. Crowder, Charles N. Ehler et Michael K. Orbach. "Défis majeurs dans le développement de l'aménagement de l'espace marin." Politique maritime, septembre 2018. https://doi.org/10.1016/j.marpol.2018.08.032. & Almodovar, Margarida, Demetrio De Armas, Fátima Lopes Alves, Luis Bentes, Catarina Fonseca, Jordi Galofré, Kira Gee, et al. « Guide de bonnes pratiques TPEA : leçons pour la PSM transfrontalière de la planification transfrontalière dans l'Atlantique européen », 2014. https://doi.org/10.13140/2.1.2915.1045

[14] Banque mondiale, « Caribbean Regional Oceanscape Project ».

[15] Rainforest Alliance, Conservation International, Guide des bonnes pratiques pour un tourisme durable dans les écosystèmes marins et côtiers, http://cpps.dyndns.info/cpps-docs-web/planaccion/docs2011/oct/turismo_biodiv/Doc.2.Guide_to_good_practices_marine_coasta_eng.. pdf

Close
back to top