Featured: Climate: An Area of Opportunity Arrow Featured: 10 ocean activities to look out for at COP27 Arrow Featured: Ocean Panel Leaders Meet during UN General Assembly Arrow Featured: The Ocean Panel Launches its first-ever progress report, ‘Tracking Blue: From Ambition to Action for a Sustainable Ocean Economy’ Arrow Featured: Le Royaume-Uni rejoint le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable Arrow Featured: Ocean Panel lance un rapport sur le tourisme durable et les perspectives d'experts qui l'accompagnent Arrow Featured: Déclaration conjointe des dirigeants du panel sur l'océan à la Conférence des Nations Unies sur l'océan Arrow
Essai d'expert
Équité : faire en sorte que tout le monde puisse bénéficier du tourisme côtier et marin

Qu'est-ce qui a été efficace pour augmenter les bénéfices qui reviennent aux communautés locales, réduire les impacts du tourisme côtier et marin sur les communautés locales et éviter l'aggravation des inégalités ?

Freya Higgins-Desbiolles
Freya Higgins-Desbiolles
Professeur invité Centre de recherche et d'innovation dans le tourisme, Université Taylor (Malaisie); Professeure associée adjointe Département d'études récréatives et de loisirs, Université de Waterloo (Canada); Adjoint UniSA Business, University of South Australia (Australie)

Le tourisme côtier et marin est reconnu comme une facette importante de l'économie bleue pour les communautés côtières et les petits États insulaires en développement. La économie bleue fait référence à "l'utilisation durable des ressources océaniques pour la croissance économique, l'amélioration des moyens de subsistance et des emplois tout en préservant la santé de l'écosystème océanique"[1]. La Société internationale du tourisme côtier et marin définit tourisme côtier et marin en tant qu'"activités récréatives qui impliquent de voyager loin de son lieu de résidence qui a pour hôte ou se concentre l'environnement marin et/ou la zone côtière"[2]. Les activités sont variées dans leur monétisation, leurs impacts et leurs avantages, allant des stations balnéaires fermées exclusives et coûteuses et des croisières haut de gamme aux expériences nature à faible coût et à faible impact et aux projets de science citoyenne pour protéger et même restaurer les habitats côtiers et marins.

Demandes d'équité

Le plaidoyer pour l'économie bleue a cependant été critiqué comme une tentative de tirer profit des opportunités d'exploitation des ressources océaniques, au détriment de la santé écologique et du bien-être humain.[3]. Les communautés humaines ont été dépendantes et profondément attachées à ces environnements, de sorte que les problèmes d'équité sont considérables, l'équité sociale jouant un rôle clé.

L'équité sociale fait ici référence à : la reconnaissance et le traitement équitable de tous les groupes qui bénéficieraient ou seraient touchés par les industries océaniques existantes ou naissantes ; leur inclusion dans les plans et politiques de développement qui les affecteraient, et ; la réalisation d'une répartition plus juste des avantages et des charges de ces industries[4].

UN approche multipartite peut aider à obtenir un soutien pour le tourisme côtier et marin et à garantir des résultats triples (économiques, sociaux et écologiques)[5]. Les parties prenantes peuvent inclure des communautés locales, des entreprises touristiques, des associations touristiques, des pêcheurs, des gouvernements, des gardiens autochtones et des organisations non gouvernementales. Les entreprises touristiques et les autorités gouvernementales utilisent souvent des approches de gestion des parties prenantes et des initiatives de responsabilité sociale des entreprises pour équilibrer les intérêts concurrents et obtenir l'approbation sociale pour leurs opérations.

Priorité aux communautés locales au-dessus des autres parties prenantes dans la prise de décision du tourisme peut être souhaitable, cependant, car ils ont plus en jeu[6]. La promotion et le développement du tourisme impliquent souvent des affirmations complexes de pouvoir pour accéder, contrôler et bénéficier des ressources détenues dans les communautés du monde entier[7], y compris les ressources côtières et marines. Redéfinir le tourisme en mettant l'accent sur la communauté locale, en centrant la communauté plutôt que l'industrie du tourisme dans les processus de gestion côtière et de développement du tourisme côtier, peut contrer ces déséquilibres de pouvoir. Cela se produirait grâce à des approches participatives significatives et efficaces qui accordent la priorité au soutien du tourisme communautaire, aux chaînes d'approvisionnement locales intégrées pour le tourisme et aux travailleurs locaux bien rémunérés. En revanche, si les communautés sont gérées comme une seule partie prenante parmi d'autres, leurs droits, intérêts et avantages peuvent être mal servis. Dans de tels cas, les communautés peuvent se tourner vers les protestations et l'activisme.

Cela peut être vu dans le cas du Key West Committee for Safer Cleaner Ships dans l'État américain de Floride. Le comité a agi au nom de la communauté locale pour façonner la gouvernance du tourisme de l'industrie des croisières à Key West[8]. En novembre 2020, les travaux du groupe ont conduit à un référendum au cours duquel plus de 60% des électeurs ont approuvé des ordonnances locales interdisant les visites de grands navires de croisière et positionnant à la place le port de Key West comme une destination pour les petits navires, pour des raisons à la fois sociales et environnementales. Les opposants tentent de renverser ces mesures par la législation de l'État et d'autres moyens, auxquels la communauté répond par le lobbying, la recherche et les protestations. De même, à Venise, le Comitato No Grandi Navi s'oppose à l'accès de l'industrie des croisières à la ville par la lagune vénitienne "pour des raisons de sécurité, de santé publique et de défense de l'écosystème lagunaire"[9].

Dans la recherche d'une plus grande équité, il est important de comprendre intersectionnalité, le concept selon lequel, pour de nombreuses personnes, la discrimination prend des formes structurelles multiples et croisées[10]. La politique et la gestion des ressources côtières et marines doivent identifier ces formes d'oppression et s'efforcer de les contrer ou de les atténuer. Les pratiques discriminatoires structurelles peuvent être fondées, par exemple, sur la race, l'ethnicité, la classe, la caste, le sexe, l'orientation sexuelle, la religion, le handicap et l'âge. Celles-ci influencent la manière dont les populations peuvent accéder, profiter et bénéficier des ressources côtières et marines, ainsi que des activités touristiques et de loisirs associées. Les politiques éclairées de manière intersectionnelle accorderont une attention particulière aux droits et aux intérêts des populations touchées par ces oppressions multiples et aggravantes. Par exemple, des programmes et des infrastructures d'accessibilité pour soutenir les femmes, les minorités, les personnes âgées, les personnes handicapées et les chômeurs (et ceux qui appartiennent à plusieurs de ces catégories)[11] pour profiter des vacances côtières et des stations balnéaires, comme en témoignent certaines initiatives de tourisme social à la pointe des questions d'intersectionnalité et d'équité. Par exemple, des essais de tapis de plage en Australie montrent les avantages des approches accessibles aux sites côtiers et marins. Parmi les essais dans le Queensland, le maire de la région de Moreton Bay a déclaré: "Nous avons vu des gens voyager très loin pour utiliser le tapis de plage, des utilisateurs de fauteuils roulants aux personnes âgées à mobilité réduite et aux familles locales utilisant des poussettes"[12]. L'une des principales initiatives de tourisme social au Brésil est le Serviço Social do Comércio (SESC), dont la mission est de « démocratiser l'accès au tourisme ». Par exemple, un resort SESC à Bertioga, sur la côte de l'État de São Paulo, accueille des populations et des travailleurs défavorisés et propose des excursions dans la nature[13]. Les défenseurs du tourisme accessible et social défendent l'idée du « tourisme pour tous » et s'efforcent d'éliminer les obstacles qui empêchent les gens de profiter de sites tels que les plages et les environnements marins. Sans de telles initiatives, les expériences touristiques côtières et marines pourraient rester inaccessibles et entraîner des inégalités pour des pans entiers de la société. La compréhension de l'intersectionnalité et de l'équité doit être intégrée dans les processus de consultation communautaire, dans les pratiques de recrutement et d'emploi de l'industrie, dans les programmes de soutien aux micro et petites et moyennes entreprises, dans les programmes de prêts et de subventions, ainsi que dans les programmes gouvernementaux.

Pour garantir que l'équité et l'inclusion sont au cœur des politiques de tourisme maritime, des connaissances approfondies de la dynamique du pouvoir communautaire et des processus de marginalisation sont essentielles. Ceci n'est pas facilement accompli par des consultants « fly in, fly out » ; les idées doivent provenir de la communauté. Des découvertes récentes suggèrent que sciences sociales citoyennes peut être un moyen puissant à la fois d'inclure les communautés marginalisées et de concevoir de nouvelles politiques fondées sur des données probantes soutenues par la participation des citoyens[14]. Un exemple est la collaboration qui a abouti à un code du visiteur responsable pour la ville touristique côtière de Byron Bay, en Australie. Le Byron Bay Pledge est né d'une approche citoyenne des sciences sociales menée par de jeunes membres du Byron Youth Theatre, qui, « suite à leur implication dans le projet de recherche « Our Home Holiday Town » avec le Centre for Children and Young People de la Southern Cross University, . . . consulté l'opérateur local d'écotourisme Vision Walks, la femme locale d'Arakwal Delta Kay et d'autres groupes de jeunes de la région, y compris ceux du Byron Youth Service'[15]. Les sciences sociales citoyennes "favorisent l'engagement des citoyens dans la production de connaissances qui traitent de leurs mondes de vie sociaux spécifiques"[16] et peut conduire à des efforts pour protéger les communautés et les écologies côtières du surtourisme.

La décolonisation comme voie vers l'équité avec justice

Les approches d'équité aident à garantir que l'accès à la réparation des dommages causés par les développements de l'économie bleue est réparti de manière égale et équitable. Cependant, approches de la justice sont nécessaires pour résoudre les causes structurelles des inégalités et garantir que l'engagement envers les écologies côtières et marines est équitable, juste et durable à long terme.

En particulier, il est essentiel de respecter la relation intrinsèque entre les peuples autochtones et leurs environnements océaniques. La relation avec « Sea Country » est présente dans de nombreuses entreprises touristiques aborigènes australiennes et se traduit par des expériences touristiques uniques et très appréciées, telles que le tourisme primé Lirrwi à Arnhem Land, dans le Territoire du Nord.[17], et Walkabout Cultural Adventures on Kuku Yalanji Country, Queensland[18]. La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones de 2007 offre des orientations sur le respect et l'intégration des droits autochtones dans les politiques touristiques côtières et maritimes (voir en particulier les articles 11 et 25)[19]. Décolonisation pousse ces efforts un peu plus loin et implique le rapatriement des terres, des eaux et des modes de vie autochtones. Les exemples incluent des conseils sur la «culture du canoë» à Hawai'i et les programmes de surf de Native Like Water à San Diego.

La culture du canoë à Hawai'i est dérivée de la première loi de la nation d'Hawai'i : « la culture du canoë a guidé les visions décoloniales » ainsi que d'une décision de 1973 sur les droits de l'eau : « le droit du peuple d'avoir les eaux protégées pour leur l'utilisation exige des dispositions adéquates pour les droits hawaïens traditionnels et coutumiers, la faune, le maintien de l'équilibre écologique et de la beauté des paysages, ainsi que la préservation et l'amélioration des eaux »[20]. Ces voies de droit autochtones peuvent servir de guides décoloniaux pour les politiques et les pratiques du tourisme côtier et marin.

Comme l'explique Marc Chavez de Native Like Water, le surf a commencé comme une activité autochtone dans de nombreux endroits du monde, notamment à Hawai'i, sur la côte pacifique de l'Amérique du Nord et au Pérou. Dans la région qui est devenue San Diego, les colonisateurs espagnols ont déplacé les tribus autochtones de la côte vers le désert, affaiblissant leur lien avec l'environnement côtier. Plus récemment, des non-autochtones se sont appropriés le surf et l'ont commercialisé comme une « industrie ». Native Like Water est un programme destiné aux jeunes Amérindiens "pour réaffirmer et rétablir notre relation avec l'océan, avec les voies navigables et la relation avec nous-mêmes"[21]. Cette forme de tourisme autochtone reconnecte les jeunes autochtones aux écologies d'eau salée et travaille à raviver leurs liens et leur garde[22].

Recommandations pour assurer un tourisme côtier et marin plus équitable :

  • Élaborer des politiques et mettre en place des programmes qui garantissent que la communauté locale bénéficie des opportunités touristiques côtières et marines. Cela comprend une consultation significative pour s'assurer que les politiques de développement côtier et de protection marine ne compromettent pas la jouissance de leurs côtes par les communautés, mais améliorent plutôt les loisirs et les loisirs communautaires. Le soutien aux entreprises appartenant à la communauté par le biais de subventions et de financements, en particulier des micro et petites entreprises, est nécessaire pour garantir que les communautés bénéficient des avantages économiques du tourisme côtier. Des stratégies d'emploi inclusives sont essentielles pour garantir l'accès des membres de la communauté locale aux opportunités d'emploi associées aux développements touristiques côtiers.
  • Développer des approches participatives pour l'équité dans les communautés qui sont dérivées des lignes directrices mondiales sur les meilleures pratiques, mais également adaptées aux connaissances et aux modes de vie locaux. La réflexion récente sur la conception collaborative (ou co-conception) établit des relations avec les communautés, favorise les intentions d'intendance et peut être façonnée pour garantir que les groupes potentiellement marginalisés sont inclus dans ces dialogues[23].
  • Accorder une attention particulière au genre dans le tourisme, en utilisant l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies Lignes directrices sur l'intégration du genre dans le secteur public du tourisme et Stratégie inclusive du genre pour les entreprises touristiques[24].
  • Soutenir les programmes de sciences citoyennes et communautaires et de sciences sociales pour exploiter et informer les connaissances des communautés et prendre soin de leurs environnements côtiers et marins locaux et ainsi leur donner les moyens d'adopter des approches participatives.
  • Respecter et soutenir les droits et les responsabilités des peuples autochtones en matière de protection des environnements côtiers et marins. Les autorités gouvernementales et les entreprises doivent suivre les meilleures pratiques pour responsabiliser les gardiens autochtones des environnements côtiers et marins. La cogouvernance et la gouvernance autochtone émergent comme des approches efficaces de la gestion des écosystèmes marins[25]. Les opérateurs touristiques autochtones devraient également être prioritaires pour le soutien aux entreprises afin de garantir que leurs contributions à l'interprétation du tourisme côtier font partie d'une industrie du tourisme marin dynamique, éducative et durable.
  • Développer des programmes, des supports et des infrastructures pour un tourisme accessible et social[26]. Il s'agit d'un pilier de l'équité et toutes les parties prenantes doivent s'engager à réaliser le « tourisme pour tous ».

Enfin, les rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat en 2022 suggèrent qu'il est essentiel de se préparer aux crises futures. Les effets du changement climatique sur les environnements côtiers menacent ces écosystèmes et les communautés qui en dépendent. Lorsque nous adoptons des politiques pour prévenir ou remédier au changement climatique, nous devons envisager des choix politiques justes et équitables pour les communautés qui habitent ces endroits.

—–

[1] Banque mondiale, « Qu'est-ce que l'économie bleue ? », infographie, 6 juin 2017, https://www.worldbank.org/en/news/infographic/2017/06/06/blue-economy.

[2] MB Orams et M. Lück, « Tourisme côtier et marin », in Le compagnon Wiley Blackwell du tourisme, édité par AA Lew, CM Hall et AM Williams, 479–89 (Chichester, Royaume-Uni : John Wiley & Sons, 2014), https://doi.org/10.1002/9781118474648 ; citation 488.

[3] NJ Bennett, AM Cisneros-Montemayor, J. Blythe et al., « Vers une économie bleue durable et équitable », Durabilité naturelle 2 (2019) : 991–93, https://doi.org/10.1038/s41893-019-0404-1.

[4] AM Cisneros-Montemayor, M. Moreno-Báez, M. Voyer, EH Allison, WWL Cheung, M. Hessing-Lewis, MA Oyinlola et al., "L'équité sociale et les avantages en tant que lien d'une économie bleue transformatrice : une revue sectorielle d'implications », Politique maritime 109 (2019) : 103702, https://doi.org/10.1016/j.marpol.2019.103702 ; citation 2.

[5] D. Dimitrovski, A. Lemmetyinen, L. Nieminen et T. Pohjola, « Comprendre la durabilité du tourisme côtier et marin : une analyse multipartite », Journal du marketing et de la gestion des destinations 19 (2021) : 100554, https://doi.org/10.1016/j.jdmm.2021.100554.

[6] F. Higgins-Desbiolles, « Socialiser le tourisme pour une justice sociale et écologique après COVID-19 », Géographies touristiques 22, non. 3 (2020) : 610–23, doi : 10.1080/14616688.2020.1757748.

[7] F. Higgins-Desbiolles et BC Bigby, dir., Le virage local dans le tourisme : responsabiliser les communautés (Bristol, Royaume-Uni : Channel View, à paraître).

[8] Comité de Key West pour des navires plus sûrs et plus propres, « Ballot Language », 2021, https://www.safercleanerships.com/ballot-language.

[9] No Grandi Navi, « What We Ask », nd, consulté le 18 avril 2022, http://www.nograndinavi.it/cosa-chiediamo-2/.

[10] KW Crenshaw, « Sur l'intersectionnalité » (2016), https://www.youtube.com/watch?v=-DW4HLgYPlA.

[11] A. Diekmann et S. McCabe, Le Manuel du Tourisme Social (Cheltenham, Royaume-Uni : Edward Elgar, 2020).

[12] K. Knight, « Les tapis de plage de la région sont la clé du tourisme d'accessibilité », Quotidien Moreton, 24 juin 2020, https://www.moretondaily.com.au/news/regions-beach-mats-key-to-accessibility-tourism.

[13] Organisation internationale du tourisme social, Le tourisme en actions : 20 exemples de politiques et programmes sociaux dans le monde, 2017, https://www.isto.international/wp-content/uploads/2019/12/EN_Tourism-in-actions-20-examples-of-social-policies-programmes-around-the-world.pdf ; citation 8–9.

[14] A. Albert, B. Balázs, E. Butkevičienė, K. Mayer et J. Perelló, « Citizen Social Science : New and Established Approaches to Participation in Social Research », in La science de la science citoyenne, édité par K. Vohland, A. Land-Zastra, L. Ceccaroni, R. Lemmens, J. Perelló, M. Ponti, R. Samson et K. Wagenknecht, 119–38 (Cham, Suisse : Springer, 2021), https://doi.org/10.1007/978-3-030-58278-4_7 ; citation 119.

[15] Byron Way Pledge, « What's the Byron Way Pledge ? », sans date, consulté le 19 avril 2022, https://www.byronpledge.com.au/about/.

[16] S. Thomas, D. Scheller et S. Schröder, « Co-création dans les sciences sociales citoyennes : le forum de recherche comme fondement méthodologique pour la communication et la participation », Humanités Sciences sociales Communications 8, non. 244 (2021), https://doi.org/10.1057/s41599-021-00902-x ; citation 1.

[17] Lirrwi Tourism, « About Lirrwi Tourism », nd, consulté le 18 avril 2022, https://www.lirrwitourism.com.au/about-us.

[18] Walkabout Cultural Adventures, « My Country », nd, consulté le 18 avril 2022, https://www.walkaboutadventures.com.au/my-country.html.

[19] Nations Unies, Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (2007), https://www.un.org/development/desa/indigenouspeoples/declaration-on-the-rights-of-indigenous-peoples.html.

[20] S. Ganaden, « Les lois du canoë », dans Détours : un guide décolonial d'Hawaï, édité par HK Aikau et VV Gonzalez, 373–79 (Durham, Caroline du Nord : Duke University Press, 2019) ; citation 377.

[21] Sea of Change, « Native Like Water », sd, consulté le 4 avril 2022, https://www.youtube.com/watch?v=rDKlakMubR0.

[22] A. Peters et F. Higgins-Desbiolles, « Démarginalisation de la recherche sur le tourisme : les Australiens autochtones en tant que touristes », Journal de l'hôtellerie et de la gestion du tourisme 19 (2012) : 1–9, http://dx.doi.org/10.1017/S1839526012000077.

[23] J. Liburd, E. Duedahl et C. Heape, « Co-concevoir le tourisme pour le développement durable », Journal du tourisme durable (2020), doi : 10.1080/09669582.2020.1839473.

[24] Organisation mondiale du tourisme (OMT), Lignes directrices sur l'intégration du genre dans le secteur public du tourisme (Madrid : OMT, 2022), https://www.e-unwto.org/doi/book/10.18111/9789284423248 ; OMT, Stratégie inclusive du genre pour les entreprises touristiques (Madrid : OMT, 2022), https://www.e-unwto.org/doi/10.18111/9789284423262.

[25] M. Parsons et L. Taylor, « Pourquoi les connaissances autochtones devraient être une partie essentielle de la façon dont nous gouvernons les océans du monde », La conversation, 8 juin 2021, https://theconversation.com/why-indigenous-knowledge-should-be-an-essential-part-of-how-we-govern-the-worlds-oceans-161649.

[26] Voir Organisation internationale du tourisme social, Tourisme en action. Disability Support Guide, « Disability Accessible Travel and Tourism », nd, consulté le 19 avril 2022, https://www.disabilitysupportguide.com.au/information/article/disability-accessible-travel-and-tourism.

Close
back to top