Featured: Climate: An Area of Opportunity Arrow Featured: 10 ocean activities to look out for at COP27 Arrow Featured: Ocean Panel Leaders Meet during UN General Assembly Arrow Featured: The Ocean Panel Launches its first-ever progress report, ‘Tracking Blue: From Ambition to Action for a Sustainable Ocean Economy’ Arrow Featured: Le Royaume-Uni rejoint le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable Arrow Featured: Ocean Panel lance un rapport sur le tourisme durable et les perspectives d'experts qui l'accompagnent Arrow Featured: Déclaration conjointe des dirigeants du panel sur l'océan à la Conférence des Nations Unies sur l'océan Arrow
Essai d'expert
Équité : faire en sorte que tout le monde puisse bénéficier du tourisme côtier et marin

Qu'est-ce qui a été efficace pour augmenter les bénéfices qui reviennent aux communautés locales, réduire les impacts du tourisme côtier et marin sur les communautés locales et éviter l'aggravation des inégalités ?

Dr. Fanny Douvere
Dr Fanny Douvere
Responsable du programme du patrimoine mondial marin de l'UNESCO

Construire des écosystèmes et des communautés équitables et résilients dans les sites marins du patrimoine mondial

L'évaluation mondiale des océans de l'ONU en 2021 indique que le rôle des communautés côtières est de plus en plus valorisé dans la conservation des océans et le tourisme marin durable dans le monde entier. En effet, les communautés locales jouent souvent un rôle essentiel dans la gestion des écosystèmes côtiers et marins tout en subissant le poids des impacts climatiques.

Alors que le tourisme côtier a le potentiel d'offrir des avantages, il peut également exercer une pression importante sur les ressources marines locales, qui peuvent déjà être rares. Le développement non durable du tourisme côtier, par exemple, nuit aux écosystèmes marins, entraînant une perte substantielle de biodiversité et des impacts négatifs sur les communautés locales qui dépendent de l'océan pour leur subsistance[1]. Les parties prenantes des communautés et groupes côtiers, y compris les communautés locales, les femmes ou les propriétaires traditionnels, ne sont souvent pas, ou pas suffisamment, inclus dans les décisions liées aux projets de développement du tourisme côtier et aux décisions de gestion qui auront un impact sur eux[2].

Le tourisme durable peut être une voie positive, en particulier s'il est bien intégré dans la protection et la conservation globales de la zone côtière. Le secteur du tourisme peut apporter une valeur économique et des opportunités importantes aux communautés locales et, s'il est géré de manière durable, apporter une contribution essentielle à la protection à long terme des sites. Les communautés sont plus susceptibles de mobiliser des ressources collectives et de protéger les sites touristiques côtiers et marins lorsque les avantages économiques sont équitablement répartis et reflètent leurs valeurs sociales et culturelles.

Sites du patrimoine mondial

La Convention du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) est l'un des systèmes de conservation les plus étendus au monde, protégeant à la fois les lieux naturels et culturels de « valeur universelle exceptionnelle ». La Liste du patrimoine mondial compte aujourd'hui 1 154 sites naturels et culturels, dont beaucoup sont des destinations touristiques prisées. La reconnaissance du patrimoine mondial s'accompagne de l'exigence de protéger durablement les sites les plus précieux du monde pour les générations futures. Les 50 sites marins inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO comptent parmi les eaux océaniques les plus productives et les plus diversifiées, et ils sont essentiels au maintien des moyens de subsistance des peuples autochtones et des communautés océaniques qui en dépendent.

État actuel

Des millions de personnes vivant dans les communautés côtières sont confrontées aux pressions du tourisme à grande échelle ou à la diminution des stocks de poissons due à la surpêche[3]. Cela peut compromettre la durabilité des moyens de subsistance basés sur les ressources et le bien-être des communautés côtières. En outre, les communautés locales peuvent ne pas recevoir une part équitable des avantages générés par les industries océaniques ou n'avoir pas voix au chapitre dans la prise de décision concernant les risques pour l'environnement marin et les ressources associées. S'ils ne profitent pas ou pas suffisamment de la ressource, ils supportent le coût de sa protection.

Les communautés résilientes qui bénéficient des écosystèmes marins, y compris sur les sites du patrimoine mondial, deviennent souvent les principaux défenseurs de la protection des écosystèmes côtiers et marins pour les générations futures. Cependant, l'infrastructure et les mécanismes nécessaires font souvent défaut pour filtrer de manière appropriée les avantages pour les communautés locales. Ces avantages potentiels pour les communautés locales pourraient inclure la création d'emplois et de revenus, l'amélioration des infrastructures au sein de la communauté et l'amélioration des connaissances et des compétences. Les mécanismes pour y parvenir comprennent des approches telles que les accords de partage des revenus, le paiement des services écosystémiques et les approches de cogestion. Le parc iSimangaliso Wetland en Afrique du Sud, par exemple, a créé des milliers d'emplois depuis son inscription au patrimoine mondial en 1999, dont la plupart sont dans le tourisme durable. Il a sorti des régions entières de la pauvreté et offre des opportunités d'emploi pour les jeunes.

Pour être un modèle de tourisme équitable et durable, les parties prenantes d'un projet doivent assurer le bien-être des communautés locales, y compris dans le processus de prise de décision, et à travers la protection de l'écosystème local.

Initiative pour les récifs résilients

Les récifs coralliens font partie des écosystèmes marins les plus diversifiés, attirant des touristes de plus de 100 pays à travers le monde[4]. La valeur sociale, culturelle et économique des récifs coralliens est estimée à 1 TP 3 000 milliards de dollars US[5]. Ces systèmes de récifs protègent les communautés côtières des inondations et de l'érosion tout en soutenant la pêche de subsistance et le tourisme locaux. La première évaluation scientifique mondiale de l'UNESCO des impacts du changement climatique sur les récifs coralliens du patrimoine mondial suggère que les 29 récifs coralliens inscrits au patrimoine mondial pourraient cesser de fonctionner comme des systèmes de récifs avant la fin du siècle dans des scénarios climatiques de statu quo[6]. Les impacts du changement climatique affectent tous les récifs coralliens du monde, de sorte que les revenus des communautés locales dans les zones touristiques seront également impactés dans la plupart des régions. Nous devons renforcer la résilience et aider les communautés à s'adapter au changement inévitable qui est déjà à nos portes. Nous pouvons le faire par le biais de politiques et d'approches équitables et justes, et en donnant aux communautés locales et autochtones les moyens de s'approprier leur avenir.

Pour être durable, le tourisme côtier et marin doit tenir compte des besoins des communautés locales et autochtones. L'objectif de développement durable 14 nous appelle à « conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour le développement durable ». Cela nécessite la participation active de divers utilisateurs de l'océan dans tous les secteurs pour développer une vision commune dans les processus de prise de décision.

Dans un effort pour résoudre ce problème, l'Initiative Récifs résilients a été mobilisée pour évaluer l'interface entre la nature et l'homme sur quatre premiers sites marins du patrimoine mondial de l'UNESCO à Palau, au Belize, en France et en Australie. Grâce à ce projet, qui est dirigé par la Great Barrier Reef Foundation avec une équipe internationale de partenaires, nous développons des stratégies de résilience des récifs qui adoptent une vision holistique de l'écosystème et des personnes vivant et bénéficiant du récif. Nous visons à développer une approche très innovante pour faire face au risque climatique et renforcer la résilience des communautés locales pour planifier différemment l'avenir. Un responsable de la résilience (CRO) a été nommé dans chacun des quatre sites pilotes du patrimoine mondial marin et est chargé de développer une stratégie intégrée d'adaptation au climat qui évalue non seulement la protection des écosystèmes mais aussi les besoins et les priorités des communautés locales. Le rôle du CRO est également de donner aux communautés locales les moyens de co-développer des solutions créatives pour s'adapter durablement aux circonstances environnementales changeantes afin de permettre à la nature et aux personnes de prospérer en plaçant leurs valeurs sociales, culturelles et économiques au premier plan. Il s'agit d'une approche holistique qui réunit tous les partenaires autour de la table et fixe des priorités dans un environnement en constante évolution où les tempêtes, les phénomènes météorologiques extrêmes ou le blanchiment de masse deviendront de plus en plus intenses et fréquents. Ce travail contribue à donner aux communautés locales la propriété du récif et de l'écosystème local.

Côte de Ningaloo, Australie

L'un des quatre sites du patrimoine mondial, la côte de Ningaloo en Australie occidentale, possède l'un des plus longs récifs côtiers au monde et figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2011. Le récif de Ningaloo accueille des centaines de milliers de touristes nationaux et internationaux. chaque année, apportant une valeur économique importante à la région.

Dans le cadre de l'initiative, une étude d'évaluation économique de la côte de Ningaloo a été menée pour la création d'une stratégie d'adaptation au changement climatique pour le récif. L'étude a montré qu'en 2018-2019, le récif a généré plus de 1 000 emplois durables pour la communauté locale et a contribué plus de 100 millions AU$ à l'économie de l'Australie occidentale. Le récif a également une valeur sociale et culturelle importante pour les propriétaires traditionnels de la région. En évaluant la contribution de la côte de Ningaloo à l'économie locale, l'initiative aide à soutenir le développement des stratégies d'adaptation et de gestion des risques climatiques du site du patrimoine mondial.

Un plan d'urgence de l'UNESCO visant à renforcer la résilience des récifs coralliens du patrimoine mondial en réduisant un mélange de pressions locales devrait aider à étendre le travail sur les récifs résilients à d'autres récifs inscrits au patrimoine mondial, avec une priorité pour ceux des pays en développement.

Les innombrables personnes et communautés qui dépendent du récif pour leur subsistance augmentent l'adhésion locale pour le protéger. Comme mentionné précédemment, les communautés sont plus susceptibles de protéger et de prendre soin des sites touristiques côtiers et marins lorsque les avantages économiques sont équitablement distribués à la communauté locale. Un tourisme durable et équitable peut soutenir les moyens de subsistance des communautés locales et assurer la protection et la conservation des zones côtières.

La Resilient Reefs Initiative est une collaboration entre la Great Barrier Reef Foundation, le Reef Resilience Network de The Nature Conservancy, le Center for Resilient Cities and Landscapes de l'Université de Columbia, Resilient Cities Catalyst, l'UNESCO et Architecture, Engineering, Construction, Operations, and Management (AECOM). L'initiative a un investissement de US$10 million et court jusqu'au printemps 2024[7].

Un tourisme équitable et durable peut soutenir les communautés locales

Le tourisme durable qui rapporte aux communautés locales est une approche très efficace pour garantir que chacun puisse bénéficier du tourisme côtier et marin. C'est une approche gagnant-gagnant pour l'homme et la nature. Lorsque les communautés locales reçoivent des avantages économiques de l'industrie du tourisme, cela profite souvent énormément à la conservation et à la protection des écosystèmes locaux. Ces modèles devraient être reproduits à l'échelle mondiale pour s'assurer que les valeurs sociales, culturelles, économiques et écologiques sont maintenues au sein des communautés locales et qu'elles sont habilitées à s'adapter aux circonstances changeantes résultant du réchauffement climatique.

—–

[1] AD Rogers, A. Aburto-Oropeza et al., Habitats critiques et biodiversité : inventaire, seuils et gouvernance, NSUWorks, Nova Southeastern University, mai 2020, https://nsuworks.nova.edu/occ_facreports/131.

[2] H. Österblom, CCC Wabnitz, D. Tladi et al., Vers l'équité des océans (Washington, DC : Institut des ressources mondiales, 2020), www.oceanpanel.org/how-distribute-benefits-ocean-equitably.

[3] N. Andrews, NJ Bennett, P. Le Billon, SJ Green, AM Cisneros-Montemayor, S. Amongin, NJ Gray et U. Rashid Sumaila, « Oil, Fisheries and Coastal Communities : A Review of Impacts on the Environment, Livelihoods, Espace et gouvernance », Énergie, recherche et sciences sociales 75 (2021), https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S221462962100102X.

[4] N. Knowlton et J. Jackson, « Coraux et récifs coralliens », dans Encyclopédie de la biodiversité, 2e éd., édité par SA Levin, 330–45 (Amsterdam : Elsevier, 2013) ; M. Spalding, L. Burke, SA Wood, J. Ashpole, J. Hutchison et P. Ermgassen, « Cartographie de la valeur et de la distribution mondiales du tourisme sur les récifs coralliens », Politique maritime 82 (2017): 104–13, https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0308597X17300635?via%3Dihub.

[5] SF Héron et al., Impacts du changement climatique sur les récifs coralliens du patrimoine mondial : une première évaluation scientifique mondiale (Paris, Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO, 2017), https://whc.unesco.org/document/158688.

[6] Héron et al., Impacts du changement climatique sur les récifs coralliens du patrimoine mondial.

[7] Convention du patrimoine mondial de l'UNESCO, « Façonner l'avenir de l'adaptation au climat grâce à des récifs résilients », https://whc.unesco.org/en/reefresilience/.

Close
back to top