Mis en exergue: Les pays signent une déclaration commune sur l’action en faveur des océans et du climat Arrow Mis en exergue: 10 événements océaniques à surveiller à la COP28 Arrow Mis en exergue: Lire le nouveau rapport : L'océan comme solution au changement climatique Arrow Mis en exergue: Lire le communiqué conjoint des dirigeants du Panel sur les océans publié lors de l'Assemblée générale des Nations Unies de 2023 Arrow
Essai d'expert
Résilience : assurer un avenir au tourisme côtier et marin

Comment renforcer la résilience du tourisme côtier et marin et comment le tourisme côtier et marin peut-il contribuer à renforcer la résilience des destinations et des communautés d'accueil ? Tenez compte de la résilience aux menaces exogènes, telles que le changement climatique, ainsi qu'aux chocs futurs imprévisibles, tels que les pandémies mondiales.

Wouter Schalken
Wouter Schalken
Spécialiste principal du tourisme durable de la Banque asiatique de développement

Contributeurs : Manoj Sharma, Steven Schipani et Sanya Grover

 

Les océans du monde inspirent les voyages et le tourisme depuis des générations, le tourisme marin et côtier (MCT) ne cessant de croître depuis le milieu du XXe siècle jusqu'au début de la pandémie de COVID-19[1]. En 2019, le secteur des voyages et du tourisme a contribué à hauteur de 10,3 % au produit intérieur brut (PIB) mondial, avec 333 millions de personnes employées dans le secteur à l'échelle mondiale, ce qui représente 1 emploi sur 11.[2].

Environ 80% de tout le tourisme est concentré dans les zones côtières et l'industrie mondiale des croisières a la capacité de transporter plus de 27 millions de passagers par an.[3]. Les activités liées au MCT, comme les vacances à la plage, la plongée, la pêche sportive et la croisière, constituent une part importante de l'économie bleue dans le monde et sont des sources majeures d'emplois dans la plupart des petits États insulaires en développement, dont les deux tiers dépendent du tourisme depuis plus de 20 ans. % de leur PIB[4].

Bien que les restrictions de voyage et le ralentissement économique associés au COVID-19 aient réduit la contribution mondiale des voyages et du tourisme au PIB à 5,3 % en 2020, la reprise a commencé en 2021, et le Conseil mondial du voyage et du tourisme s'attend à un retour aux niveaux d'avant la pandémie d'ici la fin de 2022. Une fois de plus, le tourisme démontre une forte capacité de reprise du marché. Même dans ce cas, le tourisme côtier et marin - et les millions de moyens de subsistance qu'il soutient - pourrait disparaître définitivement dans de nombreuses destinations si le changement climatique et l'accélération de la dégradation de l'environnement ne sont pas traités d'urgence de manière résiliente.

Questions clés

L'écosystème sur lequel repose le tourisme côtier et marin est menacé par la surextraction, la dégradation de l'environnement, le changement climatique et d'autres sources, y compris le comportement des consommateurs.

Changement climatique: Des saisons des pluies plus intenses, des périodes de sécheresse plus longues et des inondations plus fréquentes constituent un défi majeur pour les destinations touristiques côtières et marines. Les destinations sont confrontées à des températures de l'air et de l'eau plus élevées, à davantage de jours de tempête et à davantage de jours de pluie, ce qui réduit la disponibilité des plages, des océans et des mers pour les activités touristiques. Un temps plus chaud peut allonger la saison des plages, mais les eaux plus chaudes stimulent la croissance des bactéries et le nombre de méduses, réduisant considérablement l'attrait des visiteurs, tandis que l'augmentation des jours de mauvais temps limite la croisière, la voile et le yachting. Le réchauffement des océans et l'acidification pourraient réduire le potentiel économique de l'industrie touristique des récifs coralliens de plus de 90 % en 2100[5]. Le changement climatique compromet donc le tourisme spécifique aux activités et aux sites à l'échelle mondiale. L'augmentation des températures (de l'air et de l'eau) et l'élévation du niveau de la mer obligent le secteur du tourisme à ajuster ses opérations et ses installations pour garantir des opérations résilientes et minimiser l'impact.

Les ajustements nécessaires sont susceptibles d'entraîner des coûts élevés qui réduisent la durabilité du secteur et donc sa résilience. L'application d'interventions intelligentes face au climat et à la nature peut aider à contrôler les coûts d'exploitation tout en améliorant les chaînes de valeur locales.

Dégradation de l'environnement: Ces dommages sont principalement dus à une gestion inadéquate des activités touristiques (et d'autres activités économiques) dans une destination côtière. La construction (d'infrastructures, de bâtiments et d'installations touristiques) modifie le paysage, compactant et imperméabilisant souvent le sol, endommageant et détruisant la végétation, perturbant la flore et la faune et rendant les destinations plus vulnérables aux glissements de terrain, tandis que l'utilisation intensive de l'énergie, de l'eau et de la terre par les installations touristiques et de loisirs entraînent une chute des nappes phréatiques et une qualité de l'air réduite. Les déchets et les détritus sont l'aspect le plus visible de la dégradation de l'environnement, tant dans les zones côtières que dans l'océan, l'industrie des croisières nuisant à la santé des océans en déversant des eaux usées.

Plus l'environnement d'une destination est fragile, plus la dégradation est irréversible. Les atolls et les récifs coralliens associés sont très vulnérables, tout comme les mangroves et les couverts forestiers qui atteignent la mer.

Comment renforcer la résilience du tourisme côtier et marin ?

La protection de la biodiversité, les approches basées sur la nature pour l'adaptation au climat, les investissements bleus et les pratiques touristiques plus vertes et plus durables (côtières et marines) peuvent offrir des solutions rentables et plus durables pour construire des écosystèmes, des communautés et des activités économiques plus résilients tout en fournir des sources supplémentaires de revenus et d'emplois. Ces mesures reposent en grande partie sur les pratiques mondiales de consommation et les effets du réchauffement climatique, des externalités non touristiques qui dépassent le cadre de cette perspective. Le secteur du tourisme et, plus spécifiquement, le sous-secteur du tourisme côtier et marin (CMT), a sa propre empreinte distincte et, en tant que tel, peut contribuer de manière significative à l'amélioration de la résilience.

Le renforcement de la résilience de la CMT nécessite une intervention dans trois domaines :

  1. Politique, planification et financement

Le secteur CMT nécessite des politiques et réglementations appropriées pour assurer sa résilience et sa durabilité. Les destinations fortement dépendantes du CMT devraient avoir des politiques distinctes qui répondent aux défis du secteur. Une politique appropriée comprend les éléments suivants :

  • Soutien à (l'établissement d') un réseau d'aires protégées de parcs et réserves marins et côtiers, y compris des parcs de plage. Une protection efficace et directe sur site commence par une tenure protégée claire sur la base de ressources, conformément aux recommandations de l'UICN. Une telle tenure détermine ce qui peut et ne peut pas être fait dans et avec les ressources côtières et marines. L'objectif n'est pas d'arrêter l'utilisation des ressources alternatives (activités de subsistance comme la pêche) mais d'augmenter le niveau de contrôle effectif.
  • Réglementation en faveur d'un secteur résilient. Celles-ci dépendent des circonstances locales et peuvent aller d'une interdiction générale de la vente ou de l'utilisation de plastiques à la fermeture de sites et de zones pendant la saison de reproduction ou à la limitation du nombre de visiteurs aux attractions populaires. Les permis et les licences permettent de garantir qu'une diversité suffisante est maintenue dans les « catégories d'utilisation des ressources » (décrites ci-dessous dans la section « 3. Pratiques opérationnelles et diversification ») pour améliorer la résilience des destinations tout en améliorant les pratiques favorables à la nature de chaque entreprise CMT.
  • Autonomisation de l'autorité compétente, avec un financement désigné, pour assurer un mandat clair dans le tourisme durable et résilient et ses opérations. Cette autorité devrait adopter une perspective à long terme, en gardant à l'esprit le changement climatique et les risques de catastrophe.

Comprendre le fonctionnement du système touristique, les avantages qu'il génère et les coûts encourus, est essentiel, tout comme le renforcement des capacités des parties prenantes, en particulier celles qui gouvernent le secteur. Les titulaires de charge doivent comprendre l'impact du tourisme sur les acteurs de l'industrie ainsi que sur le grand public. La sensibilisation de tous les résidents est essentielle pour garantir une destination résiliente.

Les données, en particulier les données environnementales, doivent être utilisées pour le zonage et l'octroi de licences afin de garantir que les infrastructures et installations touristiques ne sont pas construites dans des zones où l'érosion côtière, les niveaux d'eau, les intempéries, etc. sont connus pour restreindre les opérations et mettre en danger les visiteurs et le personnel. L'établissement de réseaux à travers différents niveaux de gouvernance et domaines politiques permet une coordination plus efficace, renforce la confiance et légitime les décisions à l'aide de données. La démocratie locale est renforcée en facilitant la participation, en impliquant les parties prenantes dès le début et de manière cohérente jusqu'à la mise en œuvre, en accordant une attention particulière à l'engagement des peuples autochtones et d'autres groupes marginalisés et vulnérables. Le maintien d'un secteur efficace et résilient et de son système de gouvernance nécessite la génération de revenus et de financements pour compenser les pertes dues aux dommages dans le secteur ainsi que pour les mesures d'atténuation et le développement positif pour la nature. Ce financement peut prendre plusieurs formes :

  • Assurance ou indemnisation des pertes d'exploitation dues aux intempéries, comme l'assurance paramétrique pour les récifs coralliens.
  • Un fonds vert ou bleu pour la construction et/ou la rénovation d'entreprises positives pour la nature (énergie, déchets, etc.) et l'exploration de modèles financiers innovants.
  • Un système de paiement innovant, comme une redevance environnementale, pour l'utilisation des zones côtières publiques (plages) pour couvrir les coûts de nettoyage et d'entretien.
  • Une « facilité de jour de pluie » au niveau de la destination pour compenser les coûts fixes encourus par les petites et moyennes entreprises du tourisme et pour assurer leur survie. Par exemple, l'île pacifique de Guam a créé un fonds pour les jours de pluie (1,5 % du budget prévu) pour faire face aux défis imprévus résultant d'une catastrophe naturelle ou d'origine humaine, ou de conditions économiques extérieures qui ont gravement affecté la capacité de Guam à attirer des visiteurs.
  1. Infrastructures ou solutions fondées sur la nature

Le tourisme nécessite la bonne infrastructure physique pour assurer la résilience. Ces infrastructures doivent être d'une capacité suffisante (par exemple, les systèmes d'évacuation des eaux usées dans les villes côtières ou les places de stationnement sur la plage), refléter les mesures d'atténuation du climat telles que les codes et normes de construction pour faire face aux effets météorologiques défavorables (tempêtes et inondations) et appliquer la nature- solutions basées (par exemple, la protection des mangroves stimule non seulement le tourisme de nature, mais protège également les côtes des inondations et renforce la résilience climatique). De nombreuses exigences sont spécifiques à la destination. Les nations insulaires telles que les Philippines et les Maldives exigent un amarrage sûr pour les navires et les navires qui résistent à des mers plus hautes et à des vents (plus) forts. Les ponts et les routes côtières nécessitent de nouvelles normes de construction pour résister à l'impact du changement climatique, tandis que les zones côtières urbaines peuvent avoir besoin de revoir la planification et le zonage des installations de prestation de services de base telles que les réservoirs d'eau potable ou les décharges. Étant donné que la situation géographique des nations insulaires pose le défi supplémentaire de la mobilisation des ressources, il sera essentiel d'appliquer des solutions intégrées appropriées et fondées sur la nature pour les investissements dans les infrastructures. Le financement du développement est de plus en plus adapté à ces efforts intégrés ; un bon exemple est le projet de tourisme durable proposé par la Banque asiatique de développement aux Philippines[6] visant à la restauration des principales infrastructures touristiques, à l'amélioration de la gestion des aires marines protégées, à la création de moyens de subsistance alternatifs pour les communautés dépendantes de la pêche, à la replantation de mangroves et d'herbes marines et à la mise en place de réseaux de formation professionnelle pour former les travailleurs du tourisme à de meilleures pratiques environnementales.

  1. Pratiques opérationnelles et diversification

Pour servir des consommateurs plus conscients et critiques[7], les entreprises touristiques ont commencé à adapter leur mode de fonctionnement pour devenir plus durables et viser des opérations nettes nulles (voire nettes positives). Le défi consiste à faire en sorte que toutes les entreprises fonctionnent de manière durable, inclusive et positive pour la nature. Les grands opérateurs prennent l'initiative de s'assurer que leur chaîne de valeur et d'approvisionnement est alignée sur leurs propres objectifs. Une intensification de ces efforts contribuera grandement à améliorer la résilience.

L'étendue de l'offre des différentes entreprises affecte la diversification et donc la résilience d'une destination. Les trois catégories opérationnelles distinctes de tourisme côtier et maritime (voir annexe) attirent chacune des segments de marché différents. Ceux-ci sont divisés selon le degré ou l'intensité de l'utilisation des ressources, reconnaissant que « le touriste » utilise souvent un mélange de ces catégories. Plus le niveau d'utilisation est élevé, plus la santé des ressources (côtières et marines) est importante et influente pour l'utilisation par les consommateurs. Les avantages qui découlent du tourisme côtier et marin sont également plus élevés avec l'augmentation de « l'utilisation des ressources », tout comme la nécessité de renforcer la résilience (comme expliqué dans l'annexe).

La diversification entre les marchés s'est avérée accroître la résilience pendant la pandémie de COVID-19, lorsque les marchés nationaux sont devenus dominants, et les gouvernements pourraient utiliser la crise comme une opportunité de diversifier leurs économies pour absorber les chocs futurs[8]. La résilience se trouve en outre dans la capacité des ressources marines et côtières à produire une valeur de subsistance au-delà du tourisme. Par exemple, les aires marines protégées améliorent les stocks de poissons[9], soutenant un aliment de base riche en protéines pour les communautés côtières pendant un ralentissement économique en l'absence de touristes. Plusieurs opérations touristiques proposent des modèles :

  • Six Senses Hotels & Resorts applique les normes de conception et de construction pour les fronts de mer avec végétation naturelle et espaces de transition, et sans hardscapes ni barrières. Les normes incluent un éclairage sans danger pour la nidification des tortues marines. Les directives d'exploitation durable de l'entreprise exigent des codes de conduite éthiques en ce qui concerne l'achat de fruits de mer, les expériences de plongée et de plongée avec tuba, le traitement des eaux usées, etc.
  • Le plus grand groupe hôtelier au monde, Accor, supprimera progressivement les plastiques à usage unique d'ici fin 2022 dans les chambres, les espaces de réunion, les restaurants et les espaces de loisirs.
  • Intrepid Travel applique un objectif scientifique en examinant ses itinéraires pour identifier les opportunités d'autres activités touristiques positives pour la nature, y compris l'utilisation de véhicules électriques lors de voyages. Les bureaux d'Intrepid continueront d'être déplacés vers les énergies renouvelables. L'entreprise recalculera également les facteurs d'émission et cherchera à lancer des étiquettes carbone pour les voyages, afin de permettre aux clients de comprendre plus facilement l'impact de leur voyage.
  • Royal Caribbean Cruises s'est engagé à réduire le taux d'émissions de carbone de 35 % supplémentaires d'ici 2025 (à partir de 2020).
  • La Banque asiatique de développement, en collaboration avec le PNUD et le PNUE, a lancé un mécanisme de financement régional appelé SME BlueImpact Asia pour accélérer les petites et moyennes entreprises océaniques dans des opérations positives pour le climat, y compris le secteur CMT. L'installation servira également de guide et de leçons pour un Blue Pacific Finance Hub récemment développé[10], qui soutient les économies grâce à des investissements bleus.

Comment le tourisme côtier et marin peut-il contribuer à renforcer la résilience des destinations et des communautés d'accueil ?

Les résidents côtiers sont souvent directement et indirectement impliqués dans le secteur du tourisme. Les personnes qui ne sont pas directement employées (ou propriétaires) d'entreprises touristiques travaillent souvent dans la pêche, l'agriculture, l'aquaculture ou les transports, des activités qui alimentent et soutiennent l'économie des visiteurs. La dépendance de leurs moyens de subsistance vis-à-vis du secteur du tourisme les rend souvent doublement vulnérables aux perturbations. Par exemple, la pollution plastique sur la plage locale peut à la fois réduire les revenus touristiques des résidents et mettre en danger leur santé.

Le tourisme s'est avéré être un excellent moteur de la gestion communautaire des ressources naturelles. Lorsque les ressources côtières et marines font l'objet de droits de propriété ou d'usage communs, les droits d'utilisation économiques du tourisme devraient également incomber aux résidents locaux. En d'autres termes, si la plage leur appartient, ils devraient bénéficier de l'utilisation de cette plage par les visiteurs. Le moyen le plus efficace d'y parvenir est souvent le partenariat avec le secteur privé du tourisme. En échange d'une utilisation contrôlée des zones marines et/ou côtières, un tel partenariat peut inclure le paiement d'une rente foncière aux communautés, l'emploi, l'accès aux sources d'énergie et d'eau, des projets d'investissement (par exemple, l'accès routier en tout temps aux villages) et ainsi de suite. sur. Souvent, des liens supplémentaires avec la chaîne d'approvisionnement sont explorés, par lesquels des entrepreneurs locaux fournissent à l'entreprise de tourisme des produits frais, organisent des activités pour les clients (par exemple, des croisières au coucher du soleil, des sorties de pêche) ou approvisionnent la boutique de souvenirs.

Conclusion

Un secteur CMT résilient nécessite des interventions actives et coordonnées au niveau opérationnel, soutenues par une politique et une réglementation appropriées et informées par des données en temps réel et une autorité habilitée. Cela peut faire du secteur un innovateur pour l'adaptation au climat, qui intègre les chaînes de valeur locales et les moyens de subsistance.

 

ANNEXE

Table 1. Niveau d'utilisation des ressources dans le tourisme côtier et marin et son besoin de résilience

Utilisation des océans/mer/côtes comme Exemples Les caractéristiques Besoin de résilience
Cadre/décor (peu utilisé) § promenades

§ promenade

§ devant le port

§ front de mer

§ points de vue/plages

§ jetées

§ hôtels côtiers, centres de villégiature, chambres d'hôtes, locations de vacances, etc.

§ Gestion prédominante des espaces ouverts par des entités publiques

§ Sites informels (établis ou étendus) rendus populaires par les médias sociaux mais dépourvus de services de base (par exemple, Sunset Hill)

§ Impact possible de l'élévation du niveau de la mer et des inondations

§ Création de revenus directs limitée mais dépendance à l'infrastructure de base (de grande valeur)

§ L'emplacement a souvent une valeur commerciale (élevée) pour la vente au détail, la nourriture et les boissons (F&B) et l'hébergement

§ Faible emploi direct (concentré dans la restauration et l'hébergement)

§ Utilisation conflictuelle des ressources et nombre élevé d'intrusions

§ Impact comportemental direct (par exemple, jeter des ordures)

Alors que « l'utilisation » de l'océan comme toile de fond est acceptable même si l'eau est légèrement polluée, ce ne sera pas le cas dans la catégorie d'utilisation active. La plongée sous-marine, la pêche aux trophées, le surf, le paddle ou les activités côtières motorisées, telles que le flyboard, le parapente ou les " UFO rides ", etc. dépendent tous fortement des conditions environnementales appropriées.

 

Espace de transition (usage intermittent) § croisières/yacht

§ bacs

§ routes côtières/scéniques

§ Utilisation intensive de la haute mer (non réglementée)

§ Emploi limité au niveau de la destination

§ Dépenses en capital élevées pour les infrastructures (marinas, ports, terminaux) et les navires

§ Itinéraires très flexibles

§ Les routes côtières nécessitent souvent un entretien important (routes à péage)

L'utilisation de l'océan par les navires de croisière peut en grande partie être considérée comme une utilisation transitoire uniquement. Plus les navires sont grands, plus le produit devient "introverti", avec des activités de loisirs et de vente au détail disponibles à bord en plus de l'hébergement et d'une variété de points de restauration. Le temps alloué à destination est très limité par rapport au temps passé à bord. Pour la plupart des convives, l'expérience ne va pas plus loin que celle d'un décor exotique.
Zone d'activité (consommation et non consommation) (forte utilisation) § plage

§ pêche sportive / trophée

§ plongée avec tuba/plongée

§ surf/voile

§ canoë / paddle board / kayak

§ parapente / UFO rides / ski nautique, etc.

§ flyboard / jet ski

 

§ Impact fortement dépendant du comportement avec impact direct sur l'environnement

§ Activités conflictuelles et concurrence spatiale

§ Investissement substantiel en capital dans des actifs mobiliers avec des coûts d'entretien et d'exploitation élevés

§ Fortement dépendant de la météo / hautement saisonnier

§ Frais de stockage et de maintenance

§ Souvent lié aux opérations de villégiature

§ L'accès à la plage reste largement gratuit, avec paiement pour les services auxiliaires (c'est-à-dire parking, transports en commun)

Des niveaux « d'utilisation » plus élevés s'accompagnent également d'un niveau d'investissement plus élevé dans la propriété, l'équipement et l'infrastructure pour soutenir cette utilisation plus directe des ressources côtières et marines (les routes côtières sont des exceptions). Cela expose encore plus le secteur et sa résilience, car la viabilité financière des entreprises peut être réduite par les fluctuations du nombre de visiteurs lorsqu'elles opèrent dans un environnement fragile et répondent aux demandes saisonnières.

 

 

[1] ML Miller, J. Auyong et NP Hadley, Tourisme côtier durable : Défis pour la gestion, la planification et l'éducation, 2002, https://nsgl.gso.uri.edu/washu/washuw99003/1-Introduction_Miller.pdf.

[2] Statistiques du Conseil mondial du voyage et du tourisme pour 2022 ; www.wttc.org.

[3] Cruise Market Watch, « Croissance de l'industrie des croisières océaniques », https://cruisemarketwatch.com/growth/ ; PEMSEA, « Économie bleue », http://pemsea.org/our-work/blue-economy.

[4] Organisation de coopération et de développement économiques, Mettre la coopération au développement au service des petits États insulaires en développement (Paris : Éditions OCDE, 2018).

[5] Si le changement climatique se poursuit dans un scénario à fortes émissions. S. Gaines, R. Cabral, CM Free, Y. Golbuu et al., Les impacts attendus du changement climatique sur l'économie océanique, Panel de haut niveau sur une économie océanique durable (Washington, DC : World Resources Institute, 2020).

[6] Le projet proposé de tourisme durable aux Philippines est actuellement en cours de négociation pour soutenir les municipalités de Coron et d'El Nido.

[7] Des études récentes montrent qu'un nombre croissant de touristes font preuve d'une conscience environnementale et d'un intérêt à réduire les impacts négatifs de leurs voyages. J. Higham et al., "Changement climatique, transport aérien touristique et réduction des émissions radicales", Journal de la production plus propre 111 (2016): 336-47.

[8] Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, 2020. Impact de la pandémie de COVID-19 sur le commerce et le développement : transition vers une nouvelle normalité (New York : Nations Unies, 2020).

[9] Une étude montre que l'augmentation des zones marines protégées d'aussi peu que 5 % peut aider à améliorer les stocks de poissons d'au moins 20 %. RB Cabral, D. Bradley, J. Mayorga, W. Goodell, AM Friedlander, E. Sala, C. Costello et SD Gaines, « Un réseau mondial d'aires marines protégées pour l'alimentation », Actes de l'Académie nationale des sciences 117, non. 45 (2020) : 28134–39.

[10] BAD. 2020. ADB Blue Pacific Finance Hub – une approche régionale. Manille. https://www.adb.org/sites/default/files/publication/786536/adb-blue-pacific-finance-hub-approach.pdf

Close
back to top