Mis en exergue: Les pays signent une déclaration commune sur l’action en faveur des océans et du climat Arrow Mis en exergue: 10 événements océaniques à surveiller à la COP28 Arrow Mis en exergue: Lire le nouveau rapport : L'océan comme solution au changement climatique Arrow Mis en exergue: Lire le communiqué conjoint des dirigeants du Panel sur les océans publié lors de l'Assemblée générale des Nations Unies de 2023 Arrow
Essai d'expert
Reconstruire en mieux : un catalyseur du changement

Pourquoi la pandémie mondiale offre-t-elle une opportunité de transformation sans précédent pour le tourisme côtier et marin ? Quelles sont les opportunités les plus prometteuses et quels sont les défis à relever pour saisir ces opportunités ?

Simon Milne
Simon Milné
Directeur, New Zealand Tourism Research Institute, Auckland University of Technology

Le COVID-19 a dévasté le tourisme international en 2020, et les impacts de la pandémie se font encore cruellement sentir en 2022. Les arrivées de touristes internationaux ont chuté de 73 % en 2020, et l'impact direct du tourisme sur le produit intérieur brut mondial a été réduit de 1 TP 3 2 000 milliards de dollars.[1]. Ces chiffres mondiaux masquent le large éventail de politiques et de résultats connexes qui se sont déroulés à l'échelle nationale, certaines frontières rouvrant rapidement aux touristes internationaux, tandis que d'autres restent fermées. La pandémie a mis en perspective l'importance du tourisme en tant que contributeur direct et indirect aux moyens de subsistance des ménages et au bien-être des communautés dans le monde entier.

Indépendamment de la durée des fermetures de frontières ou des impacts nationaux et régionaux de la pandémie, nous avons assisté à une augmentation mondiale de l'intérêt pour évaluer comment le tourisme peut contribuer plus positivement aux écosystèmes et aux communautés dans lesquels il opère. Nous devons aller au-delà d'une fixation sur le nombre de visiteurs et les statistiques économiques et examiner plus en profondeur les impacts de la « reconstruction » du tourisme sur la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies. La pandémie a servi de catalyseur aux nations pour "ré-imaginer" le tourisme pour qu'il soit plus durable, en mettant l'accent sur la contribution positive au bien-être des résidents et aux écosystèmes locaux[2]. La nature sans précédent de la fermeture des frontières internationales induite par la pandémie a rappelé de manière vivante non seulement les excès associés au surtourisme, mais aussi l'"espace de respiration" pour qu'une véritable réinitialisation du tourisme se produise.

Alors que nous commençons à nous ajuster et à nous adapter à la vie avec le COVID-19, nous avons certainement l'occasion de "reconstruire en mieux" et de donner la priorité à une reprise bleue couplée à des formes durables de tourisme côtier et marin[3]. La demande des visiteurs pour des vacances dans la nature dans les milieux marins et côtiers augmentait rapidement avant le COVID-19 et devrait poursuivre sur cette trajectoire[4]. Bien que cette croissance ait été perturbée par la pandémie, il ne fait aucun doute que ces destinations et activités ont conservé leur attrait distinct pour les visiteurs. En effet, cet attrait n'a fait qu'augmenter car les longs confinements induits par la pandémie ont renforcé la valeur d'expériences plus significatives avec la nature. Dans le même temps, les problèmes de santé liés aux activités surpeuplées dans les espaces intérieurs rendront les activités et expériences de plein air bien gérées plus populaires que jamais.[5].

Une récupération bleue donne la priorité à la nature et soutient la conservation. Les communautés ont également la possibilité d'aller au-delà du simple fait d'être considérées comme des parties prenantes de l'activité touristique pour devenir des actionnaires clés des avantages générés[6]. Le développement d'un tourisme marin et côtier lié à l'économie bleue soutient directement les priorités du gouvernement pour une « réinitialisation » de l'industrie du tourisme qui restaure et renforce le capital naturel et soutient des destinations prospères et durables. Un tourisme marin et côtier bien géré crée une incitation économique vitale pour améliorer la gestion des océans et peut soutenir une économie bleue qui offre des avantages locaux. Le cas de l'écotourisme des requins au Mexique, par exemple, montre le potentiel de cette activité pour créer des emplois et des revenus importants, mais renforce également le rôle vital que l'éducation, la conservation et le flux de bénéfices pour les communautés locales doivent jouer si des résultats de développement véritablement durables sont atteints. à atteindre[7].

L'interruption des flux de visiteurs internationaux due à la pandémie a également donné aux entreprises du secteur du tourisme maritime la possibilité de réévaluer leurs pratiques. Pour les opérateurs chanceux disposant des ressources, il y a eu une opportunité d'investir dans la réduction de leur empreinte carbone, de renforcer les liens avec les économies environnantes et d'améliorer le soutien à la fois à l'environnement marin et aux communautés voisines. Dans certains cas, les activités de tourisme marin extractif peuvent même évoluer vers des expériences plus durables pour les visiteurs, notamment l'observation de mammifères marins.[8]. À Auckland, en Nouvelle-Zélande, par exemple, plusieurs opérateurs de pêche charter traditionnels cherchent à «réinitialiser» leurs offres traditionnelles en proposant un écotourisme marin et des expériences axées sur la culture.

Alors que le ralentissement du tourisme a offert des opportunités de redéfinir la politique du tourisme maritime et les pratiques commerciales, une série de défis doivent être surmontés si nous voulons éviter de répéter les erreurs du passé. Le défi le plus fréquemment abordé pour la gestion des écosystèmes marins impliquant le tourisme est le conflit entre les divers groupes d'intérêts impliqués[9]. Ces groupes comprennent les visiteurs, les communautés d'accueil, l'industrie du tourisme et bien sûr la flore et la faune qui composent les attractions marines. Les conséquences d'un engagement limité ou mal géré entre les parties prenantes dans la gestion des écosystèmes peuvent inclure l'exploitation sociale, la déresponsabilisation et la dégradation de l'environnement[10]. Dans de tels cas, les intérêts d'acteurs plus puissants empiètent sur les droits et/ou le bien-être d'autres éléments de l'écosystème ; il est essentiel que toute réinitialisation du tourisme cherche à adopter des cadres susceptibles de réduire ces déséquilibres. En rééquilibrant le tourisme en mettant l'accent sur le bien-être des communautés et la gestion durable des ressources naturelles, il est possible d'atténuer et peut-être de surmonter les tensions qui découlent souvent de l'utilisation conflictuelle des ressources côtières et marines.

Un autre défi réside dans le fait même que le tourisme a été confronté à une crise existentielle. L'impact économique sur les entreprises et les destinations reste une préoccupation primordiale pour la plupart des propriétaires et des investisseurs, ce qui tend à réduire leur attention au contexte environnemental plus large. Les opérateurs qui luttent pour leur survie sont susceptibles d'avoir un appétit limité pour les approches nouvelles et potentiellement coûteuses pour améliorer la durabilité de leurs modèles commerciaux. Les arguments en faveur d'un tourisme marin écologiquement et culturellement durable doivent être convaincants ; il est essentiel que les décideurs politiques continuent de renforcer la menace primordiale posée par le changement climatique mondial et les véritables coûts de la dégradation environnementale et culturelle locale. Il peut même être nécessaire, dans certains cas, que le gouvernement fournisse un soutien aux opérations commerciales pour adopter les principes fondamentaux d'une reprise bleue.

Pour véritablement transformer le tourisme maritime et passer à une économie bleue, nous avons besoin de modèles et de cadres politiques inclusifs qui créent et maintiennent des liens productifs entre le secteur et les autres utilisateurs de l'océan[11]. À cette fin, plusieurs initiatives nationales et mondiales fournissent des recherches, un suivi et une cartographie pour étayer le passage à une économie bleue et mettre en évidence le rôle du tourisme en son sein. Par exemple, PROBLUE Healthy Oceans, Healthy Economies, Healthy Communities est une initiative multi-donateurs dirigée par la Banque mondiale visant à développer des ressources marines et côtières saines dans une économie bleue. La recherche liée au tourisme maritime se concentre sur l'évaluation de l'impact des aires marines protégées sur les économies régionales. Seas Oceans and Public Health in Europe (SOPHIE), un programme de recherche paneuropéen qui étudie les liens entre les environnements marins et le bien-être humain, présente le projet de science citoyenne « Blue Effect », qui vise à comprendre comment la participation aux activités d'écotourisme marin affecte le bien-être des participants.

Le tourisme maritime doit positionner ses intérêts par rapport aux objectifs et aux buts des gouvernements, d'autres industries (telles que la pêche commerciale et l'aquaculture) et, plus important encore, les communautés qui ont traditionnellement utilisé les ressources marines. Il est particulièrement vital de s'engager auprès des communautés autochtones et d'apprendre d'elles, pour qui les ressources marines sont profondément liées aux dimensions culturelles et spirituelles, et pas seulement à la sphère économique.[12]. Une reprise bleue offre aux communautés autochtones d'importantes opportunités de développer des expériences de visite qui englobent l'utilisation durable des ressources naturelles, tout en offrant une chance de partager les connaissances écologiques traditionnelles et de créer une compréhension plus profonde de la culture et du lieu. Par exemple, la société Dreamtime Dive and Snorkel organise des excursions en mer d'une journée guidées par des Autochtones dans le Sea Country (la Grande Barrière de Corail), offrant une expérience culturelle du récif. L'entreprise est détenue et exploitée par Experience Co. Ltd. en coopération avec les peuples Gimuy Walubara Yidinji, Gunggandji, Mandingalbay et Yirrganydji, les propriétaires traditionnels de Sea Country. Les guides autochtones communiquent de manière accessible les recherches scientifiques entreprises par les biologistes marins, tout en partageant leur propre compréhension approfondie du récif et en soulignant la valeur de l'écosystème pour leur peuple.

Au fur et à mesure que la gestion du tourisme marin s'engage dans les objectifs de durabilité et de résilience et s'appuie sur des connaissances basées sur les écosystèmes, des défis supplémentaires apparaîtront. La volonté de croissance économique et de développement doit être vue parallèlement au bien-être écologique et sociétal. Ces tensions soulignent la nécessité de développer des cadres de planification et d'engagement qui facilitent la négociation sociale de la gestion des écosystèmes. Il est également urgent de renforcer notre compréhension de la manière dont nous intégrons la faune et les autres parties prenantes non humaines dans les décisions de gestion.[13]. Il est impératif que la compréhension du tourisme maritime soit éclairée par des recherches qui traitent les humains comme des co-participants dans les écosystèmes ayant un statut égal (par opposition à privilégié) avec les participants non humains. Un échec à reconnaître les non-humains, ou une forte concentration sur les impacts d'une seule espèce, obscurcira simplement les interactions écologiques complexes qui comprennent des écosystèmes sains et résilients[14].

Il est essentiel d'adopter une vision disciplinaire holistique pour comprendre les dynamiques et les défis auxquels est confronté le tourisme maritime[15]. Nous devons mesurer et comprendre les impacts de nouvelles façons – pour développer des indicateurs qui peuvent vraiment nous dire dans quelle mesure nous atteignons les objectifs fixés dans nos efforts pour « réinitialiser » le tourisme et « reconstruire en mieux ». Ces informations doivent ensuite être intégrées dans les cadres de planification du secteur du tourisme et des environnements marins dans lesquels il opère, sinon nous courons le risque réel de simplement « verser du vieux vin dans de nouvelles bouteilles ».

—–

[1] Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies, « The Economic Contribution of Tourism and the Impact of COVID-19 », novembre 2021, https://www.e-unwto.org/doi/epdf/10.18111/9789284423200.

[2] Organisation de coopération et de développement économiques, « Managing Tourism Development for Sustainable and Inclusive Recovery », Documents de l'OCDE sur le tourisme, janvier 2021, http://dx.doi.org/10.1787/b062f603-en.

[3] K. Kemper, "Pourquoi nous avons besoin d'une reprise bleue", Blogs de la Banque mondiale, 1er juillet 2020, https://blogs.worldbank.org/voices/why-we-need-blue-recovery.

[4] Nations Unies, « COVID-19 and Transforming Tourism », note d'orientation, août 2020, https://www.un.org/sites/un.un.org/files/sg_policy_brief_covid-19_tourism_august_2020.pdf.

[5] S. Milne, E. Thorburn, C. Rosin et C. Deuchar, « Développer l'écotourisme marin pour une économie bleue durable : une revue de la littérature », Défis scientifiques nationaux : Mers durables, mars 2021, https://www.sustainableseaschallenge.co .nz/tools-and-resources/developing-marine-ecotourism-for-a-sustainable-blue-economy-a-literature-review/.

[6] Kemper, "Pourquoi nous avons besoin d'une reprise bleue."

[7] AM Cisneros-Montemayor, EE Becerril-García, O. Berdeja-Zavala et A. Ayala-Bocos, « Shark Ecotourism in Mexico: Scientific Research, Conservation, and Contribution to a Blue Economy », Avancées en biologie marine 85, non. 1 (2020): 71–92.

[8] S. Milne, E. Thorburn, K. Wikitera, C. Deuchar et S. Histen, « Écotourisme marin et côtier - Image nationale et régionale (Partie 2) : Enquête et entretiens auprès des opérateurs », Défis scientifiques nationaux : Mers durables, décembre 2021 , https://www.sustainableseaschallenge.co.nz/tools-and-resources/marine-ecotourism-baseline-report-2/.

[9] O. Saidmamatov, U. Matyakubov, I. Rudenko, V. Filimonau, J. Day et T. Luthe, "Employing Ecotourism Opportunities for Sustainability in the Aral Sea Region: Prospects and Challenges," Durabilité 12, non. 21 (2020): 9249.

[10] K. Jones et T. Seara, « Intégration des perceptions des parties prenantes dans la prise de décision pour la gestion écosystémique des pêches », Gestion côtière 48, non. 4 (2020) : 275–88 ; K. Dimmock, ER Hawkins et M. Tiyce, « Parties prenantes, connaissances de l'industrie et gestion adaptative dans l'industrie australienne de l'observation des baleines », Journal du tourisme durable 22, non. 7 (2014) : 1108–21.

[11] Nations Unies, « COVID-19 et transformation du tourisme » ; Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), Marée montante : Cartographier le financement des océans pour une nouvelle décennie, février 2021.

[12] M. Amoamo, K. Ruckstuhl et D. Ruwhiu, "Équilibrer les valeurs autochtones à travers diverses économies : une étude de cas sur l'écotourisme maori", Planification et développement du tourisme 15, non. 5 (2018) : 478–95 ; C. Seek et N. Sellier, Stimuler le développement durable grâce aux concessions touristiques : études de cas sur la façon dont le tourisme peut bénéficier à l'environnement et aux communautés vivant dans et autour des aires protégées (Washington, DC : Groupe de la Banque mondiale, 2019).

[13] A. Chakraborty, "Emplacing Non-human Voices in Tourism Research: The Role of Dissensus as a Qualitative Method," Géographies touristiques 23, non. 1–2 (2021) : 118–43.

[14] Milne et al., "Développer l'écotourisme marin."

[15] PNUE, Marée montante.

Close
back to top