Featured: Climate: An Area of Opportunity Arrow Featured: 10 ocean activities to look out for at COP27 Arrow Featured: Ocean Panel Leaders Meet during UN General Assembly Arrow Featured: The Ocean Panel Launches its first-ever progress report, ‘Tracking Blue: From Ambition to Action for a Sustainable Ocean Economy’ Arrow Featured: Le Royaume-Uni rejoint le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable Arrow Featured: Ocean Panel lance un rapport sur le tourisme durable et les perspectives d'experts qui l'accompagnent Arrow Featured: Déclaration conjointe des dirigeants du panel sur l'océan à la Conférence des Nations Unies sur l'océan Arrow
Essai d'expert
Financement : relier l'ambition aux moyens d'atteindre la durabilité

Quels mécanismes de financement existent pour soutenir l'investissement dans des modèles de tourisme côtier et marin durables et surmonter les principaux obstacles à l'échelle ? Quoi d'autre est nécessaire?

Eleanor Carter
Eléonore Carter
Fondateur et directeur exécutif, Sustainable Solutions International Consulting (SSIC); Codirecteur du parc corallien de l'île de Chumbe
Sibylle Riedmiller
Sibylle Riedmiller
Fondateur-directeur du parc corallien de l'île de Chumbe ; Président du comité de conservation du conseil d'administration de l'Association des hôtels de Tanzanie (HAT).

Le potentiel inexploité de la participation du secteur privé à la gouvernance marine

En 2016, les nations du monde entier se sont engagées à atteindre un objectif de 30 × 30, afin de s'assurer que 30 % de l'océan mondial (et sa superficie terrestre) sont protégés et gérés de manière efficace et équitable d'ici 2030.[1]. Dans le domaine marin, cela s'est traduit par l'intensification de la création d'aires marines protégées (AMP) dans le monde entier. Celles-ci sont en grande partie développées et gérées par les gouvernements et les entités étatiques, et bien que cette forme de gouvernance puisse être politiquement et juridiquement solide, elle est souvent mise à l'épreuve par un manque de financement (avec des priorités gouvernementales contradictoires), une dotation en personnel et une gestion sur site inadéquates, et un manque de capacités pour gérer efficacement des espaces océaniques parfois vastes[2]. Cela a conduit à une pléthore de « parcs de papier », ce qui signifie qu'ils existent sur le papier, mais sans mesures de gestion ni protection accrue de la biodiversité sur l'eau.[3].

D'autres formes de gouvernance des AMP ont été reconnues ces dernières années. L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) définit des catégories supplémentaires de gouvernance comme dirigée par la communauté (par les peuples autochtones et les communautés locales), la gouvernance privée (par des entités du secteur privé) et la gouvernance partagée (par une combinaison de ce qui précède ou transfrontalière)[4].

Parmi ces catégories, l'UICN définit une aire protégée privée (APP) comme une aire protégée sous gouvernance privée, c'est-à-dire « par des individus et des groupes d'individus ; organisations non gouvernementales; les sociétés, y compris les sociétés commerciales et les petites sociétés créées pour gérer des groupes d'AAE ; les propriétaires à but lucratif tels que les entreprises d'écotourisme ; les entités de recherche telles que les universités et les stations de terrain ; ou entités religieuses »[5].

Dans la conservation terrestre, un large éventail d'APP existe et a considérablement progressé ces dernières années, tandis que dans le secteur marin, relativement peu sont formellement reconnues. Les attentes concernant l'implication du secteur privé dans la conservation marine sont restées largement limitées au financement philanthropique ou aux contributions de responsabilité sociale des entreprises. Cependant, un nombre croissant de preuves suggèrent que le secteur privé peut aller bien au-delà de la fourniture de fonds de soutien pour un site ; dans les bonnes circonstances, il peut offrir des services de gestion holistiques, rentables et complets pour les AMP[6].

Une opportunité inexploitée

L'intérêt du secteur privé à soutenir la gouvernance marine n'est pas nouveau, en particulier le secteur du tourisme. Depuis les années 1990, des discussions ont eu lieu sur le potentiel des « AMP entrepreneuriales », des « accords de conservation marine », des zones de conservation axées sur le tourisme de plongée et des « réserves marines gérées par les hôtels ».[7]. Mais peu de ces approches ont gagné du terrain ou sont reconnues dans la communauté de la conservation, les critiques étant souvent adressées à l'implication du secteur privé pour être inéquitable ou pour inclure des principes d'exclusion (par exemple, les entreprises touristiques créant des réserves autodéclarées pour les touristes de plongée, ou les plages zones d'accès excluant les acteurs locaux et/ou manquant de reconnaissance légale). Certes, ces défis ont existé, et tous les acteurs du secteur privé qui mettent en œuvre de tels efforts n'ont pas eu pour cœur la conservation de la biodiversité et la collaboration. Mais cette méfiance à l'égard des acteurs du secteur privé a éclipsé les acquis considérables sommes possible lorsque les conditions appropriées s'appliquent.

Deux des exemples les plus connus d'aires marines protégées privées (M-PPA) réussies sont l'île de Chumbe à Zanzibar, en Tanzanie, et la réserve marine de Misool en Indonésie. Ces deux M-PPA sont des aires protégées officiellement reconnues, et toutes deux sont dirigées par des entreprises d'écotourisme.

 

Parc corallien de l'île de Chumbe

L'île inhabitée de Chumbe (Figure 1) a été identifiée comme un point chaud de la biodiversité marine en 1991, et une société privée, Chumbe Island Coral Park Ltd. (CHICOP), a été créée pour faire pression pour la protection de l'île. Grâce aux efforts de CHICOP, l'AMP de l'île de Chumbe a été légalement classée en 1994, y compris un sanctuaire de récifs coralliens interdits et une réserve forestière entièrement protégée sur terre.

 

Figure 1. Île de Chumbe

La source: Chumbe Island Coral Park Ltd.

 

Des accords de gestion ont été signés entre CHICOP et le gouvernement de Zanzibar pour que CHICOP finance et gère entièrement le site, ce qui en fait le premier M-PPA au monde. Une petite zone de l'île a été louée à CHICOP pour la création d'un écolodge afin de financer entièrement les opérations en tant qu'entité à but non lucratif, tous les revenus générés par les visiteurs de l'île finançant la gestion de la conservation et un vaste programme d'éducation pour les écoles locales, les communautés et les parties prenantes au sens large. Cela a également fait de Chumbe la première AMP financièrement autonome au monde.

L'écolodge a été développé avec une éco-architecture et une technologie de pointe pour garantir un impact zéro sur l'environnement; et les opportunités de sensibilisation et d'emploi ont été ciblées sur les communautés voisines dès le départ, la création d'emplois s'étendant pour soutenir le développement d'entreprises plus larges au niveau local. Les contrats de gestion et le bail de développement séparé sont à durée déterminée renouvelables.

Depuis que l'île est devenue une M-PPA, des études examinées par des pairs ont montré que la biomasse de poissons dans le sanctuaire de récifs interdits a augmenté de 750 %, avec un effet d'entraînement favorisant la pêche durable et la sécurité alimentaire à plusieurs kilomètres des frontières de Chumbe, avec des coraux durs vivants. couverture atteignant 80 pour cent de couverture dans la zone protégée. Le projet a également fourni des services éducatifs à plus de 13 000 écoliers et membres de la communauté et continue de mener une gamme d'initiatives de soutien communautaire et de développement d'entreprises au niveau local.

 

Réserve marine de Misool

Située à Raja Ampat (Papouasie, Indonésie), Misool Eco Resort (MER), une société privée, a démarré ses activités en 2005 lorsqu'elle a conclu un contrat de location avec des propriétaires traditionnels locaux pour construire un écolodge et établir une réserve marine sans prélèvement dans le pour protéger la biodiversité marine de la région (Figure 2). Simultanément, le gouvernement indonésien établissait une AMP sur le site (avec des limites qui se chevauchent, l'AMP couvrant une zone plus vaste), et ainsi la réserve de non-prélèvement du MER est devenue l'une des zones de non-prélèvement de l'AMP légalement publiée. (NTZ).

 

Figure 2. Réserve marine de Misool

La source: Fondation Misool (Baseftin).

 

Pour gérer la zone, le MER a créé la Fondation Misool en tant qu'entité de gestion de la conservation distincte et, au fil du temps, les zones louées pour la gestion de la conservation se sont étendues pour couvrir un total de 1 220 kilomètres carrés, y compris deux grandes NTZ reliées par un corridor à engins restreints. La fondation emploie, forme et habilite les membres de la communauté locale à gérer la zone par le biais de patrouilles régulières et d'une gamme d'initiatives de recherche et de politique de conservation.

Le contrat de location avec ces communautés comprend un paiement financier (durée fixe, renouvelable) et la fourniture d'une gamme de services de soutien. Cela comprend un programme d'éducation communautaire (soutien aux opérations scolaires locales et bourses d'études supérieures) et un service de recyclage communautaire. Le MER et la fondation offrent également des opportunités d'emploi et de formation essentielles à ces communautés éloignées.

Depuis que le site est devenu une M-PPA, des études évaluées par des pairs ont montré que la biomasse de poissons dans les NTZ a augmenté de 250 % et qu'il y a environ 25 fois plus de requins dans la réserve que directement à l'extérieur des aires protégées. Les observations de mantas océaniques ont également été multipliées par 25 entre 2010 et 2016.

 

À Chumbe et à Misool, la volonté de protéger et de gérer durablement l'écosystème marin, et d'engager et de soutenir les communautés locales, était au cœur de leurs modèles commerciaux. Les projets présentent une innovation reproductible dans la gestion durable des océans et ont catalysé une reconnaissance croissante que les M-PPA peuvent fournir une approche de gouvernance alternative crédible à la gestion des aires de conservation.

Contrairement aux AMP gérées par l'État qui manquent de ressources, les M-PPA peuvent générer les moyens de financer et de gérer le site de manière indépendante, elles peuvent être dotées d'un personnel approprié avec une forte présence sur le terrain, elles peuvent créer des opportunités d'emploi et soutenir les moyens de subsistance locaux, et ils ont un intérêt commercial direct dans la santé à long terme de l'environnement marin dont dépendent leurs opérations.

La réplication et la mise à l'échelle de cette approche nécessitent la mise en place de conditions importantes, que nous détaillons ci-dessous. La communauté internationale de la conservation a un rôle important à jouer dans la promotion de ces conditions pour encourager un passage à une gestion côtière et marine durable grâce à un engagement plus large du secteur privé.

Volonté de s'engager dans des partenariats public-privé« Une plus grande reconnaissance est nécessaire du rôle que le secteur privé (en particulier les entreprises touristiques) peut jouer dans la gouvernance mondiale des océans, et l'engagement avec ce secteur doit être renforcé. Dans presque tous les M-PPA établis, une certaine forme de partenariat public-privé sera nécessaire pour que le site soit officiellement reconnu et légalement approuvé, que ce soit par des accords de gestion (comme dans le cas de Chumbe), ou par une gestion à plusieurs niveaux et des méthodes traditionnelles. crédit-bail (comme dans le cas de Misool). Les gouvernements ont besoin de cadres politiques et de mécanismes pour permettre cela, et la communauté internationale de la conservation peut fournir un soutien en termes d'orientation et d'approbation.

Sécurité d'occupation—L'établissement d'un M-PPA nécessite une planification et des investissements à long terme, qui à leur tour nécessitent une sécurité d'occupation. Par exemple, certains M-PPA peuvent être basés sur des accords de bail ou d'autres accords à durée déterminée ; et bien qu'un certain délai d'examen doive être établi pour s'assurer que toutes les parties respectent leurs engagements, l'arrangement foncier doit être possible à très long terme pour garantir que le M-PPA reste protégé et géré efficacement à l'avenir.

Incitations à l'investissement—Les investisseurs du secteur privé dans les M-PPA prendront en charge le triple résultat[8] engagements dans leur financement qui vont généralement bien au-delà des engagements habituels des investisseurs commerciaux. Cela comprend l'investissement dans des programmes de sensibilisation et de sensibilisation sur les avantages mutuels de la conservation marine et des NTZ pour les pêcheurs, les écoles et les communautés au sens large, y compris les dirigeants politiques, comme condition préalable pour obtenir un soutien et établir des partenariats locaux fructueux. Fournir des incitations peut aider à encourager ces entrepreneurs sociaux, qu'il s'agisse d'incitations fiscales ou d'incitations opérationnelles qui aident à réduire les coûts non commerciaux liés aux principales réalisations de gestion.

Objectifs, cibles et indicateurs de gestion transparents du triple résultat—Les acteurs du secteur privé doivent être en mesure de démontrer clairement leurs plans d'affaires et leurs mécanismes pour assurer une gestion efficace du M-PPA. Cela comprend une planification de la gestion transparente, avec des objectifs, des cibles et des indicateurs clairs liés aux objectifs sociaux des opérations, aux objectifs de gestion de la conservation et à leurs objectifs commerciaux et financiers.

Mécanismes d'engagement clairs et implication des communautés locales—Le succès de tout M-PPA dépendra fortement de l'engagement et de l'implication efficaces des communautés locales et des parties prenantes dès le départ (comme dans les cas de Chumbe et de Misool). À cette fin, toute entreprise du secteur privé visant à établir un M-PPA doit être en mesure de démontrer les méthodes qui seront utilisées pour cet engagement. Cela peut se faire par la création proactive d'emplois, le soutien aux moyens de subsistance, les programmes d'éducation, l'implication des dirigeants locaux en tant que conseillers du projet ou d'autres mécanismes pour assurer le soutien local à l'initiative et la participation à celle-ci.

Mécanismes clairs de gestion adaptative pour la conservation de la biodiversité—Une M-PPA doit être en mesure de tenir ses engagements en matière de conservation de la biodiversité. À cette fin, du personnel technique et/ou des conseillers dûment qualifiés doivent être engagés et formés pour assurer une gestion efficace de la conservation. Cela peut inclure des spécialistes des sciences sociales, des scientifiques biophysiques, des spécialistes de la sensibilisation et de l'éducation. La planification de la gestion doit démontrer que des mécanismes de gestion adaptative efficaces sont en place pour assurer la préservation de l'écologie et de la biodiversité des sites, et des mécanismes de rapport réguliers (idéalement évalués par des pairs) doivent être en place.

 

Le chemin à parcourir

Ces dernières années, le dialogue autour des M-PPA s'est intensifié. En 2016, l'UICN a appelé les États membres à promouvoir les APP (à la fois terrestres et marines) pour soutenir l'intégrité des écosystèmes (résolution #036 WCC), et plus récemment, le discours autour des cadres de gouvernance alternatifs a reconnu les « autres mesures de conservation efficaces par zone » (OECM) comme un mécanisme pour refléter les efforts plus larges de conservation marine sous une gamme de typologies de gouvernance[9]. Le financement durable des AMP est devenu un sujet de plus en plus ciblé, entraînant une reconnaissance accrue du rôle que les entrepreneurs sociaux et les « investisseurs à impact » doivent jouer dans le soutien à la gouvernance marine[10]. Néanmoins, ce discours reste largement confiné à la communauté internationale de la conservation, la représentation du secteur privé étant principalement assurée par de grandes fondations d'entreprises ou des entités d'investissement.

Les M-PPA sont plus susceptibles d'être établis et exploités par des petites et moyennes entreprises (PME), qui ont un intérêt direct et maintiendront une présence à long terme sur le terrain sur un site, mais ces acteurs potentiels restent largement en dehors de discussions. Engager ces PME par le biais d'un dialogue international, national ou régional spécifique, par le biais d'associations établies du secteur du tourisme et des APP[11] et d'autres plates-formes, seront importantes, tout comme la fourniture de directives plus universelles aux gouvernements, aux organisations non gouvernementales et aux investisseurs et opérateurs potentiels de M-PPA (idéalement développées en collaboration avec des acteurs du secteur privé qui ont une expérience des réalités et des impératifs opérationnels de M-PPA gouvernance).

Alors que le monde cherche à accélérer la mise en place et la gestion efficace des refuges de biodiversité marine, nous ne pouvons plus tenir le secteur privé à distance. Toutes les parties prenantes doivent être engagées si nous voulons atteindre les objectifs 30×30 et conserver les écosystèmes marins vitaux et la productivité des océans à l'avenir.

—–

[1] Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), « Supporting Privately Protected Areas », WCC 2016 Res 036, 2016, https://portals.iucn.org/library/node/46453.

[2] Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Aires marines protégées : économie, gestion et combinaisons de politiques efficaces (Paris : Éditions OCDE, 2017), http://dx.doi.org/10.1787/9789264276208-en.

[3] L. Coad, JEM Watson, J. Geldmann, ND Burgess, F. Leverington, M. Hockings, K. Knights et M. Di Marco, « Des déficits généralisés dans les ressources des aires protégées nuisent aux efforts de conservation de la biodiversité », Frontières de l'écologie et de l'environnement 17, non. 5 (2019) : 259-64 ; E. Di Minin et T. Toivonen, "Global Protected Area Expansion: Creating More than Paper Parks," Biosciences 65, non. 7 (2015) : 637–638 ; DA Gill, MB Mascia, GN Ahmadia, L. Glew, SE Lester, M. Barnes, I. Craigie et al., "Capacity Shortfalls Hinder the Performance of Marine Protected Areas Globally," Nature 543, non. 7647 (2017) : 665–69.

[4] N. Dudley, éd., Lignes directrices pour l'application des catégories de gestion des aires protégées (Gland, Suisse : UICN, 2008) ; PJS Jones, RH Murray et O. Vestergaard, "Enabling Effective and Equitable Marine Protected Area: Guidance on Combining Governance Approaches", Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2019.

[5] BA Mitchell, S. Stolton, J. Bezaury-Creel, HC Bingham, TL Cumming, N. Dudley, JA Fitzsimons et al., Lignes directrices pour les aires protégées privées, Série de lignes directrices sur les meilleures pratiques pour les aires protégées no. 29 (Gland, Suisse : UICN, 2018).

[6] UICN, L'avenir des aires protégées privées, 2015, https://www.iucn.org/content/futures-privately-protected-areas ; UICN, « Soutenir les aires protégées privées » ; L. Nordlund, U. Kloiber, E. Carter et S. Riedmiller, « Chumbe Island Coral Park : Analyse de la gouvernance », Politique maritime 41 (2013), doi.org/10.1016/j.marpol.2012.12.018.

[7] S. Colwell, « Aires marines protégées entrepreneuriales : aires protégées de récifs coralliens à petite échelle et bénéficiant d'un soutien commercial », dans Récifs coralliens : défis et opportunités pour une gestion durable, 110–14 (Washington, DC : Banque mondiale, 1997) ; J. Udelhoven, E. Carter et B. Gilmer, Accords de conservation marine : analyse de faisabilité dans le triangle de corail - Indonésie (Arlington, Virginie : The Nature Conservancy, 2010) ; J. De Groot et S. Bush, "Le potentiel des aires marines protégées entrepreneuriales dirigées par le tourisme de plongée à Curaçao", Politique maritime 34 (2010) : 1051–59, 10.1016/j.marpol.2010.03.004 ; C. Torres et N. Hanley, "Economic Valuation of Coastal and Marine Ecosystem Services in the 21st Century: An Overview from a Management Perspective," DEA Working Paper no. 75 (2016), Université des Iles Balears.

[8] En économie, le triple résultat soutient que les opérations commerciales profitent à « trois » résultats – financier, social et environnemental – en tant que mesure de la performance à mesure que les entreprises progressent dans leurs réalisations pour le profit, les personnes et la planète. J. Elkington, « Vers une société durable : stratégies commerciales gagnant-gagnant-gagnant pour le développement durable », Examen de la gestion de la Californie 36, non. 2 (1994) : 90-100 ; T. Hacking et P. Guthrie, « Un cadre pour clarifier le sens de l'évaluation triple résultat, intégrée et de durabilité », Examen de l'évaluation de l'impact sur l'environnement 28 (2008): 73–89.

[9] Les OECM sont différentes des PPA. Les OECM sont définies comme « une zone géographiquement délimitée autre qu'une aire protégée, qui est gouverné et géré de manière à obtenir des résultats positifs et durables à long terme pour la conservation in situ de la biodiversité avec les fonctions et services écosystémiques associés et, le cas échéant, les valeurs culturelles, spirituelles, socio-économiques et autres valeurs pertinentes au niveau local » ( CDB/COP/DEC/14/8–2018). Par conséquent, alors que les OECM sont ne pas les aires légalement protégées (et peuvent ne pas avoir la conservation comme raison principale de préservation), les M-PPA sommes les aires formellement et légalement protégées (et ont la conservation comme principale raison de la préservation).

[10] Investissement d'impact cherche à générer des rendements financiers tout en créant un impact social ou environnemental positif. Cela peut inclure des investissements socialement responsables et des investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance. Au-delà de l'investissement d'impact, investissement philanthropique devient également un terme plus accepté pour définir la contribution des fonds des donateurs aux entités commerciales sociales ou environnementales avec des objectifs clairs de conservation de la biodiversité et de soutien social.

[11] Il existe un certain nombre d'associations nationales d'APP et un réseau international. Le long terme (https://www.thelongrun.org/) est une organisation à but non lucratif qui vise à étendre la conservation de la nature par le secteur privé et au sein de l'industrie du tourisme en offrant une certification de sites en tant que Global Ecosphere Retreats, une norme reconnue par le Global Sustainable Tourism Council.

Close
back to top