Featured: Climate: An Area of Opportunity Arrow Featured: 10 ocean activities to look out for at COP27 Arrow Featured: Ocean Panel Leaders Meet during UN General Assembly Arrow Featured: The Ocean Panel Launches its first-ever progress report, ‘Tracking Blue: From Ambition to Action for a Sustainable Ocean Economy’ Arrow Featured: Le Royaume-Uni rejoint le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable Arrow Featured: Ocean Panel lance un rapport sur le tourisme durable et les perspectives d'experts qui l'accompagnent Arrow Featured: Déclaration conjointe des dirigeants du panel sur l'océan à la Conférence des Nations Unies sur l'océan Arrow
Essai d'expert
Planification : innovation dans la planification durable des océans pour inciter à passer au tourisme côtier et marin durable

Comment les instruments de planification et les mécanismes de gouvernance ont-ils été un catalyseur de changement dans le secteur du tourisme côtier et marin ? Quels sont les exemples d'innovation qui pourraient être reproduits ou mis à l'échelle ?

Patricio Azcárate Díaz de Losada
Patricio Azcarate Díaz de Losada
Secrétaire général, Institut du tourisme responsable

L'Institut du Tourisme Responsable (RTI) a été créé en 1995 après la première Charte Mondiale du Tourisme Durable avec pour mission de transférer les objectifs établis dans les sommets et chartes des Nations Unies à tous les acteurs impliqués dans cette industrie : administrations publiques, entreprises privées, citoyens et touristes.

Après plus de 25 ans d'expérience dans ce secteur, nous pouvons aujourd'hui affirmer que la société exige de plus en plus des solutions et des espaces durables. Et alors que la pandémie oblige les entrepreneurs du tourisme à réorienter leurs modèles commerciaux pour leur survie post-pandémique, la nécessité de cette nouvelle orientation vers des modèles de production et de consommation plus responsables est évidente.

Nous pouvons voir cette tendance dans le nombre croissant de campagnes et d'initiatives durables ciblant les espaces maritimes, les stratégies dites bleues. Et bien que la coordination entre institutions et entrepreneurs soit assez complexe, sauver l'océan est devenu un objectif commun.

L'expérience a montré que durabilité est plus qu'un mot à inclure dans des slogans. En fait, les citoyens et les touristes du monde entier sont de plus en plus demandeurs de destinations et d'entreprises engagées dans le respect de l'environnement naturel, grâce à l'information, à la sensibilisation sociale et à la prise de conscience du changement climatique et des conséquences réelles de la pollution et des modèles non durables des sociétés actuelles.

Ces exigences de durabilité dans les destinations touristiques devraient progressivement favoriser l'évolution vers une industrie plus durable, étant donné que les entreprises touristiques seront obligées de répondre aux besoins découlant de cet engagement. De plus, la nature mondiale du secteur du tourisme signifiera que cette tendance se propagera plus rapidement à toutes les régions du monde.

Biosphère, le système de tourisme responsable de RTI qui promeut la durabilité dans les destinations et les entreprises, travaille à ces fins, sur la base des directives des Nations Unies, en encourageant les membres de notre communauté à contribuer à la réalisation de leurs objectifs et buts, tandis que nous les aidons promouvoir et communiquer leurs efforts et leurs réalisations.

Plans d'information et de communication

L'un des principaux problèmes de certaines destinations touristiques côtières est la surexploitation. L'été arrive et les environnements doublent ou triplent leur population. Pendant la pandémie, l'impact du tourisme de masse sur les destinations locales a été plus évident que jamais. Par exemple, en un mois les canaux de Venise ont retrouvé leur faune et leur couleur cristalline. Comme prévu, les activités touristiques ont repris dès que la quarantaine mondiale s'est relâchée et que les niveaux de pollution ont de nouveau augmenté. En Espagne, le tourisme a augmenté de 64% en 2021 par rapport à l'année précédente de confinement, le pays ayant accueilli jusqu'à 31 millions de touristes internationaux[1]. Ces chiffres ont sans doute favorisé les économies des zones touchées, mais la pollution qui en a résulté était effrayante.

Pourtant, la conscience sociale de l'importance de protéger les espaces naturels se développe parallèlement à la demande de produits et de services durables. Cela oblige les acteurs du tourisme à intégrer cette perspective dans leur offre, qui favorise la préservation des destinations et, dans le cas des destinations maritimes, de leurs ressources côtières.

Le tourisme dans les zones maritimes a de nombreux impacts, positifs et négatifs, dérivés du large éventail d'activités qui se déroulent autour de la mer. L'observation des baleines, les fêtes en bateau, la plongée sous-marine ou encore la baignade peuvent entraîner une détérioration de l'écosystème à long terme, même si cela peut apporter de grands avantages au niveau économique ou socioculturel. Il est donc essentiel d'analyser les implications positives et négatives pour les différents acteurs impliqués.

L'objectif principal doit toujours être la prévention et, si cela n'est pas possible, la compensation et la minimisation des impacts négatifs. À cette fin, l'action qui s'est avérée la plus efficace est l'information, car les touristes sont les plus susceptibles d'ignorer les particularités de l'environnement et, par conséquent, leurs besoins en matière de soins et de conservation.

Nous recommandons aux institutions du territoire d'élaborer des plans de communication complets et, si nécessaire, des plans spécifiques pour chaque problème détecté. L'objectif est de sensibiliser les touristes aux spécificités du territoire et de ses ressources, et de leur fournir les outils nécessaires à leur conservation.

Afin de garantir le succès d'un plan de communication en milieu touristique, considérons deux éléments principaux, qui semblent évidents mais ne sont pas toujours pris en compte. Premièrement, La première est l'utilisation de différentes langues, sélectionnées en fonction du profil touristique. La seconde est l'information par les canaux appropriés, qui sont généralement les plus proches de l'environnement à protéger.

Plans de tourisme durable

Un bon exemple d'engagement envers la durabilité est Gijón, une destination qui a un plan de tourisme durable complet et est déjà une destination certifiée biosphère, grâce à ses bonnes pratiques et ses efforts pour contribuer à la réalisation des 17 objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 des Nations Unies. .

Ce plan aborde, entre autres, l'adoption par les sociétés d'hébergement de mesures de gestion efficaces, avec un engagement de développement social, ainsi qu'une gestion familiale et un traitement personnalisé. De même, les entreprises de restauration doivent inclure dans leurs modèles la consommation d'aliments écologiques et locaux et, dans son ensemble, l'ensemble de l'industrie touristique doit promouvoir des activités culturelles liées à la sensibilisation à la protection des environnements marins et terrestres de la destination, entre autres initiatives. Dans le domaine strictement maritime, le plan comprend le contrôle des flux de visiteurs, la réparation des façades côtières, ainsi que d'autres initiatives de sensibilisation aux écosystèmes marins, qui parviennent à atténuer l'impact subi par ces espaces, principalement pendant la pointe touristique saison qui coïncide avec la période estivale.

Un autre défi majeur en matière de durabilité est la réduction de la pollution plastique, qui affecte particulièrement les mers et les océans. D'un point de vue individuel, certaines actions peuvent être entreprises, comme la réutilisation ou le recyclage. Cependant, l'ampleur du problème nécessite des plans impliquant des sociétés, des institutions et des entreprises du monde entier.

Pour comprendre l'ampleur réelle de la pollution plastique des océans, il peut suffire d'enquêter sur les chiffres : 95 % des déchets maritimes sont en plastique et, au total, on estime qu'ils en contiennent environ 200 milliards de tonnes dans la mer. Au vu de ces chiffres, il est regrettable que les prévisions soient si défavorables : d'ici 2050, les océans pourraient contenir plus de plastiques que de poissons (en poids)[2].

L'un des milieux marins qui souffre le plus de cette situation est la mer Méditerranée, car, étant presque entièrement entourée de continent, elle favorise l'accumulation de plastique qui se décompose en parties de plus en plus petites, affectant l'ensemble de l'écosystème. De plus, la pollution de la Méditerranée n'est pas seulement causée par ce qui est généré dans son voisinage immédiat, mais les plastiques et autres déchets sont également transportés par les fleuves. De plus, chaque année, les quelque 200 millions de touristes qui visitent la Méditerranée provoquent une augmentation de 40 % des déchets marins pendant l'été.[3].

Et tout comme le tourisme a un impact sur certains milieux marins, il subit aussi les ravages de ces pollutions. Les déchets qui s'accumulent sur les plages et autres zones côtières découragent l'arrivée des visiteurs, ce qui a un impact direct sur l'économie de la région. De plus, les administrations dépensent d'énormes sommes d'argent pour essayer de garder ces zones exemptes de déchets. Une action vide sans une implication réelle et effective de tous les agents du territoire.

Un exemple de bonne pratique peut être trouvé à Guía de Isora, à Tenerife, où un plan d'action durable réussi est en cours de réalisation suite à sa certification en tant que destination de la biosphère. Entre autres initiatives, cette destination a installé des panneaux d'information en réalité augmentée pour informer les visiteurs sur les besoins de conservation des espaces et des écosystèmes marins de la municipalité, en sensibilisant les habitants et les touristes à la faune et à la flore marines de sa côte et à la manière dont les humains doivent mener leurs activités. pour éviter d'endommager ces écosystèmes.

Malgré la prise de conscience internationale de la nécessité de réduire la pollution maritime, il existe des lacunes importantes dans la coordination entre les acteurs impliqués, un problème fondamental compte tenu de la nature mondiale de la pollution. La voie suivie actuellement est la bonne, mais le chemin est encore long.

Même avec une gouvernance, une planification et des informations adéquates en place, les résultats ne seront pas immédiats. La durabilité se produit par étapes, la vitesse du changement dépendant du niveau d'implication des agents touristiques dans la région, qui sont chargés de créer et d'informer différentes stratégies, ainsi que de l'implication des visiteurs, qui sont chargés de contribuer au maintien de la écosystème marin dans des conditions optimales. Pour les espaces naturels concernés, tous les acteurs doivent garder à l'esprit l'objectif de maintenir la reprise qui est devenue visible pendant la pandémie.

Trouver l'équilibre entre tourisme et durabilité est aussi difficile que nécessaire. Et un cadre exceptionnel a été créé pour réinventer le secteur après la pandémie. En bref, la période de reprise touristique doit être vue comme une opportunité pour toutes les parties prenantes - destinations, entreprises, employés, clients, citoyens et touristes - de réfléchir ensemble à quel type de tourisme nous souhaitons reconstruire, de quelles ressources nous souhaitons continuer à profiter dans l'avenir, et comment nous devons agir maintenant, chacun dans notre rôle individuel, pour assurer la survie du tourisme, plus durable, inclusif et résilient.

—–

[1] Radiotelevisión Española (RTVE), « El turismo internacional se disparó un 64% en 2021, pero no recupera cifras previas a la pandemia », 2 février 2022, https://www.rtve.es/noticias/20220202/turismo-internacional-disparo -64-2021/2278380.shtml.

[2] E. Alessi et al., « Sortir du piège plastique : sauver la Méditerranée de la pollution plastique », WWF, 2018, https://awsassets.panda.org/downloads/a4_plastics_med_web_08june_new.pdf.

[3] Alessi et al., "Out of the Plastic Trap."

Close
back to top