Essai d'expert
Vision Setting : Un secteur du tourisme côtier et marin durable en 2030 et 2050

Qu'est-ce que le tourisme côtier et marin durable en 2030 et 2050 ? Quels sont les trois changements clés nécessaires d'ici 2025 pour réaliser cette vision ambitieuse ?

Gloria Làzaro
Gloria Làzaro
Chargé de programme au Plan Bleu (UNEP/MAP)

Contributeurs : François Guerquin, Julien Le Tellier, Helena Rey et Lina Tode

 

La Méditerranée est une région emblématique du tourisme côtier et marin, avec des tendances et des enjeux reflétant la situation mondiale. Avec des paysages et des écosystèmes uniques, ainsi qu'une riche biodiversité, il offre un patrimoine culturel et historique de grande envergure. Son authenticité, ses emplacements bien desservis, sa sécurité et sa douceur en ont fait la première destination touristique au monde.[je].

La Méditerranée couvre moins de 1% de la surface des océans du monde, mais est considérée comme un point chaud de la biodiversité, abritant 4 à 18% de la biodiversité marine mondiale, dont 20 à 30% d'espèces endémiques, le taux d'endémisme le plus élevé au monde.[ii]. Il pourrait également être considéré comme un hotspot touristique : avec plus de 400 millions d'arrivées de touristes internationaux (ITA) en 2019, le secteur du tourisme dans la région méditerranéenne représentait jusqu'à 15 % du PIB et de l'emploi régionaux.[iii]. Depuis 1995, le secteur a augmenté d'environ 75 % et, selon l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT), il était prévu, avant la pandémie, d'atteindre 626 millions d'ITA d'ici 2025.[iv].

Si elle n'est pas bien planifiée, cette croissance peut nuire aux atouts mêmes qui attirent les touristes, mettant en danger les rendements économiques et sociaux des résidents et des entreprises locales.[v] et menaçant sa pérennité[vi]. Le tourisme en Méditerranée se caractérise par des zones côtières densément occupées, principalement pendant la saison estivale. Si le tourisme a contribué de manière significative au développement économique de la région, il a également créé d'importantes externalités négatives, impactant les ressources naturelles, culturelles et sociales des pays riverains. Cette situation pourrait être exacerbée par des défis mondiaux tels que la dégradation de l'environnement, l'épuisement des ressources, l'augmentation de la demande énergétique, la croissance démographique et sa concentration dans les zones côtières, et le changement climatique. Les zones côtières méditerranéennes seront plus touchées par les effets du changement climatique que d'autres zones, et elles seront encore plus touchées que prévu, avec une intensification des événements extrêmes tels que les vagues de chaleur, les inondations, les sécheresses et la pénurie d'eau.[v].

La pandémie de COVID-19 a secoué le secteur du tourisme, exposant ses lacunes et ses faiblesses, ainsi que la forte dépendance des économies méditerranéennes à son égard. La pandémie de COVID-19 a changé notre mode de vie et nous a donné l'occasion de repenser nos comportements et nos choix, en sensibilisant davantage à l'impact de l'humanité sur l'environnement et la durabilité. La reprise après la pandémie montre de nouvelles tendances touristiques[viii]: les gens privilégient désormais de plus en plus les séjours plus longs (slow tourism), la nature et les grands espaces, et la proximité du domicile. En 2021, par exemple, le département français des Bouches du Rhône a connu une augmentation de 9 % du nombre de touristes nationaux[ix].

Le tourisme est également un secteur énergivore, et la situation actuelle impose des changements urgents pour assurer le bien-être de la région et de ses habitants grâce à la promotion des énergies renouvelables mais aussi la nécessité de réduire de moitié les émissions au cours de la prochaine décennie pour atteindre au plus vite des émissions nettes zéro. aussi possible que l'État achète la déclaration de Glasgow[X].

 

Nous ne pouvons pas manquer cette occasion unique de réinventer le secteur du tourisme avec une transition durable à partir de zéro. Mais comment parvenir à un tourisme durable en Méditerranée ? Trois quarts de travail semblent absolument nécessaires :

Premier quart de travail: Aborder le tourisme comme un secteur transversal, en considérant l'ensemble de la chaîne de valeur. Le tourisme devrait être au premier plan de la transition vers une économie bleue durable et résiliente dans la région méditerranéenne. Le secteur peut ouvrir la voie vers la durabilité et collaborer avec d'autres secteurs économiques importants des pays méditerranéens. Le secteur doit remédier au manque de mesures visant à réduire les pressions affectant les zones marines et côtières, sur la base de modèles commerciaux plus durables, circulaires et inclusifs. Le tourisme doit envisager d'adopter des stratégies et des politiques de consommation et de production durables pour toutes les activités interconnectées de la chaîne de valeur (hébergement, transport, alimentation et boissons, production de plastique, efficacité énergétique, etc.) grâce à la décarbonation et à l'utilisation efficace des ressources naturelles. Compte tenu des nouvelles tendances mentionnées ci-dessus, le secteur doit accorder plus d'attention à la capacité d'accueil des destinations et à la sensibilité des zones telles que les îles ou les zones protégées.

Deuxième équipe: Intensifier les bonnes pratiques pour accroître les avantages socio-économiques et environnementaux pour les communautés locales. Le tourisme méditerranéen doit évoluer des modèles commerciaux standard non durables «mer, soleil et sable» et du tourisme côtier de masse, tels qu'ils sont inclus dans les forfaits tout compris, vers des produits et services à plus forte valeur ajoutée[XI], diversifiant les produits touristiques actuels vers des produits plus axés sur la nature, la culture, les croisières responsables et le MICE (réunions, incentives, conférences et événements)[xi]. Cela pourrait être réalisé en renforçant la différenciation, l'authenticité et la compétitivité, y compris un soutien financier pour stimuler les technologies nettes zéro et les petites et moyennes entreprises, et en donnant la priorité à la qualité plutôt qu'à la quantité.

Plusieurs initiatives pourraient servir de base à la mise en place d'outils ou de pratiques performantes, déjà testées dans les territoires méditerranéens et reproductibles dans d'autres régions. Par exemple, la Communauté du Tourisme Durable Interreg MED[xii] propose des solutions à partir de 30 projets thématiques qui, au cours des 6 dernières années, ont proposé des moyens d'améliorer la durabilité :

  • Offrir des alternatives au tourisme de masse en mettant en avant les ressources locales et régionales, notamment le patrimoine sous-marin, le patrimoine culinaire, l'écotourisme dans les zones protégées, le tourisme continental, le tourisme de pêche, le cyclotourisme et les petites destinations méconnues avec des plans bien gérés pour éviter leur surexploitation.
  • Réduire l'impact des activités touristiques (consommation d'eau et d'énergie, génération de déchets, gestion des flux touristiques, capacité d'accueil des destinations) et mettre en place une économie circulaire.
  • Promouvoir les meilleures pratiques de planification et de gestion.

Ces projets ont eu un impact non seulement sur leurs sites pilotes mais aussi à l'étranger, avec l'incorporation d'initiatives ou d'outils dans les politiques publiques. Par exemple, dans le cadre du projet INCIRCLE, la municipalité de Réthymnon, en Grèce, a mis en place un démonstrateur pour promouvoir l'électromobilité en combinaison avec des sources d'énergie renouvelables, évitant ainsi 12,5 tonnes d'émissions de dioxyde de carbone, équivalentes à celles produites par 52 000 kilomètres de trajet dans un voiture conventionnelle. L'énergie produite est suffisante pour qu'une voiture électrique typique parcoure 160 000 kilomètres.

Troisième équipe: Établir des mécanismes de surveillance efficaces, c'est-à-dire mesurer, intégrer et analyser des données pour évaluer efficacement la situation des destinations touristiques en temps réel. Cela aidera les décideurs et les parties prenantes de différentes catégories (entreprises, autorités locales, organismes publics, organisations de la société civile, etc.) à mieux identifier les risques, les lacunes et les opportunités, et à adapter les politiques à la situation locale en conséquence.

La numérisation sera cruciale dans ce processus. Le tourisme a été l'un des premiers secteurs à numériser les processus commerciaux à l'échelle mondiale, permettant de réserver en ligne des séjours et des transports. Ces technologies de l'information et de la communication ont montré leurs atouts et accompagneront le secteur du tourisme en apportant de nouvelles opportunités d'affaires et de nouvelles façons de voyager (visas intelligents, frontières, processus et infrastructures de sécurité, etc.)[xiv] cela pourrait également permettre le suivi de la durabilité du secteur, si prévu.

La numérisation a déjà prouvé sa pertinence lors de la pandémie de COVID-19, avec les codes QR et le suivi des contacts de cas. Cela pourrait également aider à redistribuer les flux de visiteurs dans l'espace et dans le temps, en réduisant l'impact sur les destinations surpeuplées, comme testé à Valence, en Espagne, et à Dubrovnik, en Croatie.[xv].

 

Il est crucial que ces trois changements se produisent, et dans cet effort, nous avons tous un rôle à jouer. Le tourisme se redresse à des rythmes très différents d'un pays méditerranéen à l'autre. La coopération régionale et transfrontalière en Méditerranée doit être améliorée en impliquant toutes les parties prenantes en s'appuyant sur les politiques, stratégies et plans nationaux conçus pour la relance post-pandémique.

L'élaboration par le Plan Bleu de lignes directrices pour la durabilité des croisières et de la navigation de plaisance dans la région méditerranéenne est un bon exemple de coopération visant à accroître la résilience de l'un des segments les plus importants de l'industrie du tourisme. Ces lignes directrices visent à (a) analyser les impacts des croisières et de la navigation de plaisance, (b) rendre compte aux parties prenantes des bonnes pratiques pour permettre le développement durable des deux sous-secteurs, et (c) aider les responsables politiques et les décideurs à réfléchir aux moyens de légiférer et limiter la pollution des croisières et de la navigation de plaisance, avec des objectifs clairs à atteindre à moyen terme (2030) et une mise en œuvre complète d'ici 2050[xv]. Pour cela, le Plan Bleu a mis en place un processus participatif inclusif, rassemblant une centaine de participants, dont des représentants du secteur privé, des pouvoirs publics, des chercheurs, des organisations non gouvernementales et internationales, pour élaborer des lignes directrices communes pour la durabilité des croisières et de la plaisance.[xvii].

Construire ensemble un tourisme côtier et marin durable, résilient, vert, numérique et inclusif pour 2030 contribuera de manière significative à la poursuite par les pays des Objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 des Nations Unies et des objectifs de la Stratégie méditerranéenne de développement durable dans le cadre du Plan d'action pour la Méditerranée du Programme des Nations Unies pour l'environnement et de la Convention de Barcelone[xvii].

Si ces trois virages sont pleinement mis en œuvre, d'ici 2030, le tourisme en Méditerranée aura les caractéristiques suivantes :

  1. Il sera durable, attentif à l'ensemble de la chaîne de valeur, avec une large offre de produits en dehors du tourisme côtier de masse « mer, soleil et sable ». Diffusé tout au long de l'année, il favorisera le tourisme au plus près de chez soi et privilégiera les transports à faibles émissions.
  2. Il aura un impact réduit et utilisera les ressources plus efficacement. Par exemple, le tourisme de croisière et la navigation de plaisance, un pourcentage énorme du tourisme méditerranéen avec environ 70 % des méga-yachts du monde naviguant en Méditerranée toute l'année, seront adaptés pour minimiser les impacts actuels grâce à la mise en œuvre d'engagements tels que la désignation de la mer Méditerranée en tant que zone de contrôle des émissions d'oxydes de soufre (Med SOX ECA) conformément à l'annexe VI de MARPOL et aux objectifs du Green Deal de l'UE, ainsi qu'en intensifiant les pratiques durables pour le tourisme de croisière et la navigation de plaisance.
  3. Il sera plus résilient, grâce à l'engagement des collectivités locales dans la gouvernance du tourisme et grâce à la mise en place d'un suivi en temps réel des opportunités offertes par la transition numérique, adaptant le secteur du tourisme aux aléas.

La Méditerranée est une région merveilleuse à vivre et à apprécier, mais elle risque aussi d'être victime de son succès. Un changement fondamental est nécessaire, avec des efforts coordonnés à tous les niveaux pour réinventer le secteur du tourisme comme une activité résiliente, inclusive et durable qui prend soin de la base de la richesse de la Méditerranée : son environnement.

—–

[je] J. Fosse et al., « The Future of Mediterranean Tourism in a (Post) COVID World », briefing eco-med, avril 2021, https://doi.org/10.5281/zenodo.4616983.

[ii]  Programme des Nations Unies pour l'environnement/Plan d'action pour la Méditerranée et Plan Bleu (2020). État de l'environnement et du développement en Méditerranée. Nairobi. https://planbleu.org/wp-content/uploads/2021/04/SoED_full-report.pdf

[iii] World Travel & Tourism Council, données 2017, contribution directe et indirecte du tourisme au PIB, https://wttc.org/.

[iv] Fosse et al., "L'avenir du tourisme méditerranéen".

[v] Interreg Méditerranée Tourisme Durable, « Fiche d'information politique #3 : Le tourisme comme moteur stratégique pour une croissance inclusive, responsable et durable dans la région méditerranéenne », 9 janvier 2020, https://sustainable-tourism.interreg-med.eu/no-cache/ fr/news-events/news/detail/actualites/policy-factsheet-3-tourism-as-a-strategic-driver-for-inclusive-responsible-and-sustainable-croissance/.

[vi] J. Fosse et J. Le Tellier, Tourisme durable en Méditerranée : état des lieux et orientations stratégiques, Plan Bleu Cahier 17 (mai 2017), https://planbleu.org/en/publications/sustainable-tourism-in-the-mediterranean-state-of-play-and-strategic-directions/.

[v] W. Cramer, J. Guiot et K. Marini, dir., Changement climatique et environnemental dans le bassin méditerranéen : situation actuelle et risques pour l'avenir, Premier rapport d'évaluation de la Méditerranée, 2020, Experts méditerranéens sur le changement climatique et environnemental, 10.5281/zenodo.4768833 ; Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques, Changement climatique 2022 : impacts, adaptation et vulnérabilité, Sixième rapport d'évaluation, 2022.

[viii] Commission européenne du voyage, Encourager les pratiques de tourisme durable, septembre 2021, https://etc-corporate.org/uploads/2021/09/ETC_SUSTAINABLE_TOURISM_HANDBOOK_vs6_FINAL.pdf

[ix]      Ma Provence, "Bilan de fréquentation touristique 2021: Bouches du Rhône », https://www.myprovence.pro/la-source/les-donnees-en-synthese/bilan-de-frequentation-touristique-2021.

[x] https://www.oneplanetnetwork.org/programmes/sustainable-tourism/glasgow-declaration

[XI] Interreg Méditerranée Tourisme durable, "Le tourisme comme moteur stratégique pour une croissance inclusive, responsable et durable dans la région méditerranéenne", mai 2019, https://sustainable-tourism.interreg-med.eu/fileadmin/user_upload/Sites/Sustainable_Tourism/horizontal_project /BTM_Documents/Policy_Factsheets/BTM_PolicyFactsheets_3_EN.pdf.

[xi] Fosse et Le Tellier, Tourisme durable en Méditerranée.

[xiii] Interreg Méditerranée Tourisme Durable, page d'accueil, https://sustainable-tourism.interreg-med.eu/.

[xiv] Organisation mondiale du tourisme, « Transformation numérique », https://www.unwto.org/fr/digital-transformation.

[xv] Projet Interreg Mediterranean Herit-Data, « The Historical Core of Dubrovnik », https://www.unwto.org/fr/digital-transformation.

[xv] Plan Bleu, Lignes directrices pour la durabilité des croisières et de la navigation de plaisance dans la région méditerranéenne, 13 avril 2022, https://planbleu.org/en/publications/guidelines-for-the-sustainability-of-cruising-and-recreational-nauting-in-the-mediterranean-region/.

[xvii] Plan Bleu, « Croisière et Plaisance en Méditerranée », https://planbleu.org/en/page-theme/cruises-and-boating-in-the-mediterranean/.

[xvii] Plan d'action pour la Méditerranée et Plan Bleu du Programme des Nations Unies pour l'environnement, État de l'environnement et du développement en Méditerranée, 21 octobre 2020, https://www.unep.org/resources/report/state-environment-and-development-mediterranean.

Close
back to top