Featured: Climate: An Area of Opportunity Arrow Featured: 10 ocean activities to look out for at COP27 Arrow Featured: Ocean Panel Leaders Meet during UN General Assembly Arrow Featured: The Ocean Panel Launches its first-ever progress report, ‘Tracking Blue: From Ambition to Action for a Sustainable Ocean Economy’ Arrow Featured: Le Royaume-Uni rejoint le groupe de haut niveau pour une économie océanique durable Arrow Featured: Ocean Panel lance un rapport sur le tourisme durable et les perspectives d'experts qui l'accompagnent Arrow Featured: Déclaration conjointe des dirigeants du panel sur l'océan à la Conférence des Nations Unies sur l'océan Arrow
Essai d'expert
Équité : faire en sorte que tout le monde puisse bénéficier du tourisme côtier et marin

Qu'est-ce qui a été efficace pour augmenter les bénéfices qui reviennent aux communautés locales, réduire les impacts du tourisme côtier et marin sur les communautés locales et éviter l'aggravation des inégalités ?

Dr. Ray Mutinda Ndivo
Dr Ray Mutinda Ndivo
maître de conférences en tourisme, Université de technologie de Murang'a, Kenya ; Consultant en tourisme, Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique

L'océan et les environnements marins continuent d'être les domaines à la croissance la plus rapide de l'industrie touristique mondiale, représentant une part importante des recettes et des arrivées touristiques mondiales, soutenant les emplois et les économies dans plus de 70 pays et territoires à travers le monde[1]. En effet, environ 30 % des activités touristiques mondiales se déroulent dans les zones et régions côtières[2]. De plus, selon l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT), un touriste sur deux se rend dans une zone côtière[3]. Dans les petits États insulaires en développement (PEID), le secteur du tourisme est considéré comme la principale source de devises étrangères, contribuant pour environ $220 milliards de dollars de produits et services de consommation océaniques dans le monde[4]. Avec la croissance massive du tourisme de croisière mondial (y compris une augmentation de 75 % du nombre de passagers entre 2008 et 2018[5]), le tourisme côtier apparaît encore plus prometteur. Et pourtant la question de l'équité dans le partage des bénéfices économiques demeure, notamment vis-à-vis des collectivités locales. Dans un article stimulant, Rob Brumbaugh et Pawan Patil affirment qu'"investir dans la santé des océans est synonyme de générer de la richesse océanique"[6]. Mais richesse des océans pour qui ? Cette question en entraîne deux autres : premièrement, Dans quelle mesure l'économie océanique, et en particulier l'industrie du tourisme, est-elle liée à la communauté locale et quelles contraintes, le cas échéant, limitent les liens ? et deuxieme, Comment valoriser les bénéfices économiques réalisés par les communautés locales ? Cet article cherche à répondre à ces deux questions. 

Défis liés au tourisme côtier et marin

Bien que le tourisme côtier et marin offre des avantages socio-économiques importants à l'économie d'accueil, l'industrie peut également apporter aux destinations de nombreux impacts sociaux, environnementaux et économiques négatifs. Dans la plupart des cas, les investisseurs dans le tourisme côtier sont à la fois physiquement et socialement éloignés de la zone. Essentiellement, l'intérêt de ces investisseurs est avant tout le profit, sans se soucier du développement ou de la dégradation éventuelle de la qualité de vie à destination.[7]. Comme l'a noté la Division de la technologie, de l'industrie et de l'économie du Programme des Nations Unies pour l'environnement, les investisseurs et les développeurs du tourisme font pression sur les gouvernements pour qu'ils dépensent l'argent public pour améliorer les infrastructures et les services essentiels à l'industrie, pour les campagnes de promotion et pour les allégements fiscaux et autres incitations financières.. Cela se fait au détriment des services nécessaires comme la santé et l'éducation.

En outre, alors que le tourisme côtier peut accroître les opportunités d'emploi pour les locaux et les étrangers, les périodes de soudure et autres crises touristiques entraînent souvent un chômage de masse, avec ses conséquences sociales. En outre, le développement du tourisme peut augmenter le coût des produits et services de base et de l'immobilier, les rendant inaccessibles à la population locale[9].

Surtout dans les pays en développement, l'intégration des locaux dans la chaîne de valeur du tourisme est limitée par un certain nombre de contraintes. Il s'agit notamment d'un manque de capital humain, de capital financier, d'organisation et de pouvoir de marché résultant de difficultés de propriété ou de contrôle des ressources ; faible pouvoir de négociation vis-à-vis des investisseurs touristiques étrangers ; et capacité limitée à répondre aux normes internationales de service et de gestion[10]. D'autres contraintes comprennent des réglementations et des formalités administratives défavorables, y compris l'exclusion des catégories d'installations et de services touristiques enregistrés et promus, ce qui entraîne un accès insuffisant au marché touristique ; l'accent officiel limité sur le développement de marchés alternatifs tels que les marchés touristiques nationaux, régionaux ou indépendants ; et un soutien gouvernemental qui cible principalement le secteur formel[11]. Ce qui est encore plus préoccupant, c'est que les entreprises touristiques traditionnelles, en particulier les hôtels, ont souvent du mal à faire des achats auprès de petits fournisseurs locaux.[12].

Le cas de Zanzibar, un PEID, illustre cet état de fait. Une étude intitulée « Tourisme : plus de valeur pour Zanzibar » a identifié les problèmes clés suivants comme limitant la participation des habitants à la chaîne de valeur du tourisme (TVC) : un environnement commercial qui ne favorise pas la petite industrie ; L'accès très limité des Zanzibars à l'emploi dans le secteur du tourisme en raison des installations de formation limitées ; une offre limitée de logements appartenant à des Zanzibaris, la plupart des logements de haute qualité étant détenus et gérés par des étrangers ; l'incapacité des fournisseurs de biens locaux à répondre à la qualité requise pour le fonctionnement général des entreprises du secteur touristique ; la faible qualité et la fiabilité des biens fournis à l'industrie du tourisme ; les problèmes liés à la création et à la gestion des petites et moyennes entreprises touristiques, y compris les faibles compétences en matière de développement commercial parmi les pauvres ; et l'expansion et la croissance de l'industrie du tourisme en tant que stratégie indirecte en faveur des pauvres n'étant pas considérée comme une stratégie viable de croissance en faveur des pauvres.

Le faible engagement de la communauté locale dans la chaîne de valeur du tourisme se traduit par une fuite d'une grande partie des dépenses touristiques vers les destinations en développement, tandis que le reste profite principalement à l'élite de la société,.

Vers une équité dans le tourisme côtier et marin : Interventions pratiques et politiques

Les efforts visant à approfondir les liens du tourisme avec d'autres secteurs de l'économie locale ont été poursuivis afin de contrôler les fuites économiques et d'améliorer le développement économique plus large.[14]. Un certain nombre d'approches ont été formulées pour poursuivre cet objectif, qui peuvent toutes être appliquées au tourisme côtier et marin.

L'approche du tourisme pro-pauvres (PPT) préconisée dans les années 1970 et 1980 a été la première tentative délibérée d'utiliser le tourisme pour réduire la pauvreté[15]. Cette approche reposait sur le concept de croissance pro-pauvres de la Banque mondiale, qui cherchait à distribuer les revenus provenant de la croissance économique d'un pays en faveur des pauvres[16]. L'approche PPT a toujours été étroitement associée au tourisme communautaire (CBT), une forme de tourisme durable dans lequel les résidents locaux (souvent ruraux, pauvres et économiquement marginalisés) invitent les touristes à visiter leurs communautés et à leur fournir un hébergement pour la nuit. Les résidents gagnent un revenu en tant que gestionnaires fonciers, entrepreneurs, fournisseurs de services et de produits et employés. Au moins une partie des revenus touristiques est réservée à des projets qui profitent à l'ensemble de la communauté[17]. Essentiellement, le CBT concerne la justice sociale, l'autonomisation, l'équité des avantages, les mesures de redistribution, la propriété du secteur du tourisme et le développement communautaire holistique.[18]. Cependant, bien que le CBT ait été crédité d'engager et de former les communautés pauvres et de distribuer les bénéfices à un grand nombre de ménages[19], le modèle présente un certain nombre de limitations. Par exemple, les avantages pour la communauté ne sont pas financièrement viables en raison de facteurs tels que l'absence de compromis entre les coûts et les revenus, les produits commercialement non durables, la faiblesse des liens avec le marché, la différenciation croissante des paysans, les troubles sociaux, les problèmes de prise de décision locale, le manque de la connaissance et de la formation des entreprises touristiques locales, de la pseudo-participation et de la restructuration du travail et du temps[20]. Ces faiblesses font du CBT une voie inefficace pour l'autonomisation économique durable des communautés par le biais du tourisme. En outre, le CBT met l'accent sur les avantages pour la communauté comme motivation pour la conservation. Cette orientation non économique limite son potentiel à générer des résultats économiques significatifs et durables[21].

La cartographie de la chaîne de valeur du tourisme est une autre approche qui vise généralement à approfondir les liens du tourisme avec d'autres secteurs de l'économie locale afin de vérifier les fuites économiques et d'améliorer le développement économique plus large.[22]. La logique TVC vise spécifiquement à intégrer l'économie d'accueil dans les différents «nœuds» (entreprises) impliqués dans l'ensemble du cycle de vie du voyage du visiteur couvrant la planification et le début du voyage, le séjour à destination et le voyage de retour dans la région d'origine.[23]. L'analyse TVC examine chaque nœud pour identifier les interventions potentielles à court, moyen et long terme qui pourraient augmenter les avantages économiques pour les groupes cibles, ou même contribuer au développement concurrentiel général de la destination touristique dans son ensemble[24].

Dans un article écrit avec L. Cantoni, j'ai critiqué les trois approches précédentes et proposé la chaîne de valeur du tourisme pro-pauvres (Figure 1) comme cadre pour renforcer la participation des communautés d'accueil dans l'industrie touristique traditionnelle, avec une attention particulière pour les destinations en développement[25]. Sur la base de ce cadre, une approche systémique des interventions peut être utilisée pour améliorer la participation et les avantages pour les communautés locales issues des destinations touristiques côtières et marines. Cette approche systémique repose sur quatre prérequis :

  1. Cartographie des opportunités TVC des différents niveaux et nœuds TVC pour identifier les opportunités auxquelles les communautés hôtes peuvent participer efficacement.
  2. Estimation de la nature et de l'étendue de l'implication de la communauté d'accueil dans les nœuds TVC identifiés.
  3. Découvrir les contraintes à la participation des communautés d'accueil dans les nœuds et opportunités TVC identifiés.
  4. Explorer les interventions appropriées pour renforcer la participation des communautés d'accueil au TVC, y compris les interventions politiques et pratiques.

 

Figure 1
Remarques: SMTE = petite et moyenne entreprise touristique ; TVC = chaîne de valeur du tourisme.
La source: RM Ndivo et L. Cantoni, « Autonomisation économique des communautés par le tourisme : une approche de la chaîne de valeur du tourisme en faveur des pauvres », Avancées dans la recherche hôtelière et touristique 3, non. 2 (2015) : 116–34.

 

Conclusion

L'immense potentiel du tourisme côtier et marin pour les économies d'accueil est largement reconnu. Cependant, la mesure dans laquelle les communautés locales dans les destinations côtières et marines en développement bénéficient de l'industrie est limitée par plusieurs contraintes en matière de capacité technique, entrepreneuriale et de capital ; le cadre réglementaire et politique facilitateur; et la structure générale de l'industrie. La clé pour accroître les avantages pour les communautés locales du tourisme côtier et marin et réduire les impacts sur les communautés locales qui creusent les inégalités, réside dans une approche systémique délibérée pour intégrer la communauté locale dans l'industrie touristique traditionnelle, dans certains cas par le biais d'interventions positives.

Ces interventions se concentreraient sur les politiques et les pratiques des secteurs public et privé. Par exemple, exiger qu'un pourcentage donné d'emplois, d'approvisionnements ou même d'entreprises soit réservé aux locaux, ou un soutien aux entreprises touristiques pour le développement des ressources humaines permettant aux locaux de travailler dans le secteur. Un certain nombre d'interventions de ce type sont déjà en cours sur la côte du Kenya et dans ses parcs nationaux, comme je l'ai montré dans une étude récemment conclue sur le potentiel des chaînes de valeur du tourisme vert au Kenya dans le contexte de la zone de libre-échange continentale africaine.[26]. L'étude fait état de cas d'hôtels dotés de programmes de renforcement des capacités et de politiques sur le pourcentage d'employés à embaucher dans la communauté locale. Un exemple concret est un hôtel cinq étoiles qui a développé un programme pour former des finissants du secondaire dans différentes zones de l'hôtel, puis les embaucher. Ils suivent ensuite des cours de remise à niveau au Kenya Utalii College. Dans un autre cas rapporté dans l'étude, un lodge du parc national d'Amboseli a pour politique d'acheter au moins 30 % de sa nourriture à la communauté locale. L'usine partage ses spécifications d'achat standard avec les fournisseurs locaux pour leur permettre de répondre aux spécifications de qualité.

Les interventions TVC en faveur des pauvres offrent une voie sûre pour garantir que d'ici 2030, "le tourisme côtier et océanique est durable, résilient, s'attaque au changement climatique, réduit la pollution, soutient la régénération des écosystèmes et la conservation de la biodiversité et investit dans les emplois et les communautés locales", comme décrites dans le rapport du Ocean Panel Transformations pour une économie océanique durable.[27]

—–

[1] R. Brumbaugh et P. Patil, "Le tourisme durable peut stimuler l'économie bleue : investir dans la santé des océans est synonyme de création de richesses océaniques", Blogs de la Banque mondiale, 22 mai 2017, https://blogs.worldbank.org/voices/Sustainable-Tourism-Can-Drive-the-Blue-Economy.

[2] T. Ghosh, « Tourisme côtier : opportunité et durabilité », Revue du développement durable 4 (2011) : 67-70.

[3] Organisation mondiale du tourisme (OMT), Aide pour le commerce et chaînes de valeur dans le tourisme (Madrid : OMT, 2013) ; Brumbaugh et Patil, "Le tourisme durable peut stimuler l'économie bleue."

[4] UNWTO, “Tourism in Small Island Developing States (SIDS),” 2014, https://www.e-unwto.org/doi/pdf/10.18111/9789284416257#:~:text=As%20one%20of%20the%20fastest,Competing%20in%20the%20global%20market; P. Karani and P. Failler, “Comparative Coastal and Marine Tourism, Climate Change, and the Blue Economy in African Large Marine Ecosystems,” Développement environnemental 36 (2020): 100572.

[5] Commission européenne, Le rapport sur l'économie bleue de l'UE 2020 (Luxembourg : Office des publications de l'Union européenne, 2020).

[6] Brumbaugh et Patil, "Le tourisme durable peut stimuler l'économie bleue."

[7] JD Kline, Tourisme et gestion des ressources naturelles : un aperçu général de la recherche et des enjeux (Washington, DC : Département américain de l'agriculture, 2001).

[8] Division de la technologie, de l'industrie et de l'économie du PNUE (UNEPTIE), Développement durable du tourisme, Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2006.

[9] UNPTIE, Développement durable du tourisme.

[10] RM Ndivo et L. Cantoni, « Autonomisation économique des communautés par le tourisme : une approche de la chaîne de valeur du tourisme en faveur des pauvres », Avancées dans la recherche hôtelière et touristique 3, non. 2 (2015) : 116–34 ; RM Ndivo et L. Cantoni, « Repenser l'implication des communautés locales dans le développement du tourisme », Annales de la recherche touristique 57 (2016) : 275–78 ; I. Lejarraja et P. Walkenhorst, « Diversification by Deepening Linkages with Tourism », Banque mondiale, Département du commerce international, 2007 ; C. Ashley, D. Roe et H. Goodwin, Stratégies touristiques favorables aux pauvres : mettre le tourisme au service des pauvres, Pro-poor Tourism Report no. 1 (Londres : Overseas Development Institute, International Institute for Environment and Development et Center for Responsible Tourism, University of Greenwich, 2001).

[11] Ndivo et Cantoni, « Autonomisation économique des communautés par le tourisme », 118.

[12] Ndivo et Cantoni, « Autonomisation économique des communautés par le tourisme ».

[13] OMT et Stichting Nederlandse Vrijwilligers, Manuel sur le tourisme et la réduction de la pauvreté : étapes pratiques pour les destinations (Madrid : OMT, 2010) ; Akama (1999); W. Jamieson, H. Goodwin et C. Edmunds, « Contribution of Tourism to Poverty Alleviation: Pro-poor Tourism and the Challenge of Measuring Impacts », Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique, Division des transports et du tourisme, 2004.

[14] C. Ashley et J. Mitchell, « Doing the Right Thing Approximativement Not the Wrong Thing Precisely: Challenges of Monitoring Impacts of Pro-poor Interventions in Tourism Value Chains » (Londres : Overseas Development Institute, 2008).

[15] Département du développement international, « Tourisme et élimination de la pauvreté : potentiel inexploré », 1999 ; T. Sofield, J. Bauer, TD Lacy, G. Lipman et S. Daugherty, « Sustainable Tourism– Eliminating Poverty: An Overview » (Gold Coast, Australie : Sustainable Tourism Cooperative Research Centre, 2004) ; A. Rossetto, T. Sofield et FMS Li, « Exploiter le tourisme comme moyen de réduction de la pauvreté : utiliser le bon langage pour obtenir des résultats », Recherche sur les loisirs touristiques 32, non. 1 (2007): 49–58.

[16] DW Barasa, « Tourisme, pauvreté et réduction de la pauvreté dans le district de Msambweni, Kenya », thèse de doctorat, Université du Bedfordshire, 2010, http://uobrep.openrepository.com.

[17] J. Francis, « Qu'est-ce que le tourisme communautaire ? » Voyage responsable, https://www.responsibletravel.com/copy/what-is-community-based-tourism.

[18] A. Giampiccoli et M. Saayman, « Modèle d'autonomisation dans le tourisme/le tourisme communautaire », Journal Africain de l'Hôtellerie, du Tourisme et des Loisirs 7, non. 4 (2018): 1–27.

[19] J. Mitchell et C. Coles, Renforcer l'engagement du secteur privé et de la communauté dans les services touristiques en Éthiopie (Londres : Overseas Development Institute, 2009) ; D. Harrison, « Tourisme en faveur des pauvres : une critique », Trimestriel du tiers monde 29, non. 5 (2008) : 851–68, doi : 10.1080/01436590802105983.

[20] Ndivo et Cantoni, « Autonomisation économique des communautés par le tourisme » ; J. Mitchell, J. Keane et C. Coles, Échanger : comment une approche de la chaîne de valeur peut profiter aux ruraux pauvres, Comercio y Pobreza en Latino América and Overseas Development Institute, 2009, https://odi.org/en/publications/trading-up-how-a-value-chain-approach-can-benefit-the-rural-poor/ .

[21] Ndivo et Cantoni, « Autonomisation économique des communautés par le tourisme ».

[22] Ashley et Mitchell, "Faire la bonne chose approximativement et non la mauvaise chose avec précision."

[23] OMT, Aide pour le commerce et chaînes de valeur dans le tourisme (Madrid : Organisation mondiale du tourisme, 2013) ; Ashley et Mitchell, "Faire la bonne chose approximativement et non la mauvaise chose avec précision."

[24] J. Gollub, A. Hosier et G. Woo, « Utiliser une stratégie économique basée sur les clusters pour minimiser les fuites touristiques », OMT, 2003 ; Ashley et al., Stratégies touristiques favorables aux pauvres; D. Roe et P. Urquhart, "Pro-poor Tourism: Harnessing the World's Largest Industry for the World's Poor", Institut international pour l'environnement et le développement, 2001.

[25] Ndivo et Cantoni, « Autonomisation économique des communautés par le tourisme ».

[26] RM Ndivo, « Assessing the Potential of (Green) Tourism Value Chains in Kenya within the Context of the AfCFTA », rapport non publié pour la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique, 2022.

[27] Panel de haut niveau pour une économie océanique durable, Transformations pour une économie océanique durable : une vision pour la protection, la production et la prospérité, 2021.

 

 

 

 

 

 

 

Close
back to top