Essai d'expert
Planification : innovation dans la planification durable des océans pour inciter à passer au tourisme côtier et marin durable

Comment les instruments de planification et les mécanismes de gouvernance ont-ils été un catalyseur de changement dans le secteur du tourisme côtier et marin ? Quels sont les exemples d'innovation qui pourraient être reproduits ou mis à l'échelle ?

Amy Trice
Amy Trice
Directeur, Ocean Planning Ocean Conservancy

La complexité de la gouvernance des océans

Le tourisme côtier et marin durable, l'utilisation non consommatrice des ressources et des systèmes naturels et culturels, offre une opportunité de protéger et de conserver la biodiversité et la culture tout en soutenant les économies locales et autochtones[1]. Cette approche offre un outil aux gouvernements à tous les niveaux pour éviter le choix binaire de protéger ou d'exploiter pour soutenir les économies. Le défi pour tout gouvernement est d'équilibrer efficacement le tourisme en veillant à ce que les systèmes naturels et culturels soient protégés non seulement pour le gain monétaire, mais aussi pour les valeurs existentielles, de subsistance ou culturelles qu'ils fournissent.

Le défi primordial pour faire progresser le tourisme durable dans le contexte de la gestion intégrée des océans est que la gouvernance des océans est complexe, à plusieurs échelles et fragmentée. Les zones économiques exclusives sont soumises aux lois nationales, puis subdivisées au sein de chaque nation par des agences de gestion et les lois régissant ces agences. Les zones côtières peuvent en outre être soumises aux autorités régionales, étatiques ou locales et à leurs divers organismes et départements. Ces divisions créent des défis pour la gestion holistique afin de soutenir les communautés, les économies et les écosystèmes sains. Pour les communautés, les régions ou les nations qui envisagent un tourisme côtier et marin durable, une approche globale est essentielle pour équilibrer les besoins et les valeurs des personnes ainsi que les autres utilisations existantes et les besoins écosystémiques afin de garantir que le tourisme ne mène pas à la surexploitation. Avec une concurrence sans cesse croissante pour les espaces océaniques et côtiers, associée à des défis nouveaux et anticipés liés au changement climatique, une approche intégrée est plus que jamais nécessaire. La planification d'un tourisme côtier et marin durable doit tenir compte de ces problèmes de gouvernance des océans, des utilisations concurrentes des océans, des risques de surexploitation et des défis du changement climatique pour limiter les impacts sur les communautés, les cultures et les écosystèmes tout en créant simultanément un espace approprié pour le tourisme et en équilibrant ses besoins. Idéalement, une structure juridique claire décrivant les valeurs (écologiques, culturelles, d'équité, économiques) pour une industrie touristique, adoptée dans le cadre d'une nouvelle législation plus large pour la gestion intégrée des océans, peut fournir une orientation pour définir et faire progresser les buts et objectifs. Pourtant, comme l'ont démontré les États-Unis aux niveaux étatique et fédéral, une nouvelle législation est souvent difficile à adopter et à mettre en œuvre, de sorte que les alternatives à court terme incluent l'interprétation de la loi existante[2] d'adopter une approche de gestion intégrée, en ajoutant des dispositions aux lois existantes et en émettant des arrêtés administratifs.

Faire progresser l'objectif sociétal d'un tourisme côtier et marin durable

Si l'une des valeurs définies par une société et un gouvernement initiant la gestion intégrée des océans est d'inciter le tourisme côtier et marin durable, définir des buts et des objectifs pour atteindre cette valeur est la première étape.[3]. Parallèlement à la définition des buts et objectifs, les actions initiales pertinentes pour la gestion du tourisme durable comprennent l'avancement de la collecte et de la diffusion des données et informations touristiques ; améliorer la coordination des entités de gestion pertinentes entre les agences nationales et à d'autres niveaux de gouvernement, y compris les gouvernements internationaux, nationaux, régionaux, étatiques, tribaux, autochtones ou locaux ; mobiliser les intervenants, les collectivités, les peuples autochtones et le public; définir une définition de travail de tourisme durable; et l'évaluation des conflits potentiels d'utilisation des océans qui pourraient avoir un impact sur le tourisme. Le tourisme durable peut alors être défini et des politiques adoptées, à travers des thèmes tels que la promotion des loisirs, l'accès, l'équité, l'utilisation, la durabilité et la conservation. Définir des politiques pertinentes qui sont guidées par les valeurs communautaires grâce à un engagement significatif et aux besoins de l'écosystème créera un scénario de planification et de gouvernance où les communautés sont investies et la durabilité est avancée.

Les preuves disponibles provenant de la science, des connaissances traditionnelles et autochtones, des connaissances locales et des secteurs d'activité humaine éclaireront les buts et les objectifs. Il est impératif de développer une compréhension et une base de référence des connaissances disponibles. Cette compréhension comprend également l'analyse des tendances actuelles et futures du tourisme côtier et marin, qui varieront en fonction du pays, de l'emplacement, du niveau de connaissances de base et des structures institutionnelles. Les politiques doivent intégrer la flexibilité et l'adaptabilité à mesure que la disponibilité des connaissances évolue. La participation des collectivités, des peuples autochtones, des utilisateurs de l'océan et du public tout au long de l'analyse de l'état actuel des connaissances est la clé d'un processus de planification réussi, car ces groupes verront leurs connaissances et leurs informations sur l'activité humaine reflétées dans le cadre de gouvernance. Cet engagement et le soutien associé au cadre renforcent à leur tour la volonté politique et le leadership institutionnel.

Les États-Unis n'ont pas encore pleinement élaboré de plan national intégré de gestion des océans, bien que le pays qui a rejoint l'Ocean Panel en 2021 se soit engagé à élaborer un tel plan d'ici 2026. Deux plans océaniques régionaux achevés existent déjà aux États-Unis, cependant, ainsi que de nombreuses approches et solutions innovantes qui peuvent être étendues aux niveaux local, étatique ou régional. Certains exemples sont déjà intégrés dans les plans océaniques nationaux et régionaux. Le défi pour les États-Unis dans l'élaboration d'un plan de gestion intégrée des océans sera de mettre à l'échelle ces solutions de manière appropriée pour définir le tourisme océanique et côtier durable à l'échelle nationale.

Exemples de solutions innovantes de gouvernance et de planification qui peuvent être mises à l'échelle pour faire progresser le tourisme durable

  • Utilisation d'enquêtes pour impliquer les communautés locales dans la planification: La navigation de plaisance est une activité populaire dans le nord-est des États-Unis[4]. Lorsque le Plan océan Nord-Est a été lancé en 2012, il existait peu d'informations sur l'activité spatiale de cette importante utilisation de l'océan. Ce manque important de données a rendu difficile l'évaluation des conflits potentiels ou des synergies avec d'autres utilisations, telles que le développement éolien offshore. Une enquête auprès des plaisanciers du Nord-Est, lancée en partenariat avec des représentants de l'industrie nautique, des États et de la Garde côtière américaine, a permis d'accéder à des données sur l'activité et d'élaborer des cartes des lieux de navigation de plaisance populaires qui peuvent être consultées sur le Northeast Ocean Data Portal. Les plaisanciers ont fourni des informations précieuses sur l'étendue spatiale et la valeur économique de la navigation de plaisance ainsi que les points de vue des plaisanciers sur les conflits ou les synergies avec d'autres utilisations. Des enquêtes similaires ont été menées pour d'autres activités récréatives telles que le surf, le kayak, la natation, la plongée avec tuba, l'observation de la faune et la plongée. Le Plan pour l'océan du nord-est décrit les activités récréatives dans la région sur la base de ces enquêtes et relie les politiques spécifiques qu'il est important que les gestionnaires côtiers prennent en compte. Par exemple, l'érosion des plages et des dunes, à la fois cause et effet des inondations côtières, est un problème régional majeur. Une évaluation complète des solutions de résilience côtière pourrait alors être envisagée alors que les gestionnaires s'efforcent d'équilibrer la protection renforcée contre les tempêtes, les avantages économiques, récréatifs et touristiques fournis par une plage élargie en tenant compte des effets environnementaux et autres potentiels et des coûts d'enlèvement, de transport et de mise en place du sable à terre.[5].

Innovation clé : Les enquêtes auprès des utilisateurs récréatifs offrent un modèle peu coûteux pour analyser les activités récréatives lors de la définition des politiques de tourisme marin et côtier durable, tout en offrant simultanément l'avantage supplémentaire d'impliquer ces communautés dans le processus de planification.

  • Faciliter un accès équitable au littoral: Les loisirs et le tourisme durables devraient inclure le droit public d'accéder aux ressources naturelles là où cela n'entre pas en conflit avec les droits et usages tribaux ou autochtones. Des activités telles que la pêche de subsistance et l'accès à la nourriture doivent également être prises en compte, en accordant une attention particulière aux utilisations moins documentées telles que la pêche à quai dans les zones urbaines. L'État de Californie, par exemple, n'exige pas de permis pour pêcher à partir des quais publics[6]. Dans l'État de Rhode Island, le droit de récolter des algues est garanti par la constitution originale de l'État de 1843. Cependant, malgré ces types de droits, l'accès public aux plages est souvent limité et découragé par les propriétaires riverains. Dans le Rhode Island, l'agence d'État chargée des activités dans les zones côtières, le Conseil de gestion des ressources côtières, facilite l'accès du public au littoral en publiant un guide des parcs, des refuges fauniques, des plages, des sites de pêche, des rampes de mise à l'eau, des sentiers et des vues le long de la côte. côte. Le guide comprend des informations utiles, y compris où localiser l'accès, la disponibilité de stationnement et l'accessibilité pour les personnes handicapées. De plus, la Rhode Island Public Transit Authority propose des bus vers un certain nombre de plages populaires. Un service express appelé «Beach Bus» fonctionne pendant les mois d'été. La disponibilité des transports en commun est essentielle pour garantir un accès équitable à la plage pour toutes les communautés.

Innovation clé: Le gouvernement peut faciliter un accès public équitable aux plages et aux zones de pêche en engageant directement les communautés, en désignant des sites d'accès, en rendant les informations disponibles, en fournissant des transports en commun et en rendant le stationnement abordable pour les résidents locaux. 

  • Planification pour la résilience climatique afin de protéger les sites historiques et les traditions culturelles: Le peuple Gullah/Geechee a traditionnellement résidé dans les zones côtières et les îles maritimes des États de Caroline du Nord, de Caroline du Sud, de Géorgie et de Floride[7]. En 2021, l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a fourni une assistance technique à l'île de Sainte-Hélène dans la nation Gullah/Geechee par le biais du programme Building Blocks for Sustainable Communities de l'EPA.[8].Les architectes paysagistes ont créé des rendus pour le paysage vivant Gullah/Geechee de l'île Sainte-Hélène. Ces rendus fournissent des exemples visuels d'un réseau de projets d'infrastructure verte que la communauté Gullah/Geechee de l'île Sainte-Hélène et du comté de Beaufort, en Caroline du Sud, a l'intention de développer. Les projets amortiront les ondes de tempête et atténueront les impacts de l'élévation du niveau de la mer tout en protégeant la production alimentaire locale, les sites historiques et les traditions culturelles. L'effort travaillera avec les membres de la communauté sur la cartographie des actifs des projets d'infrastructure verte dans toute l'île, la consolidation des plans d'action et la connexion des sources de financement pour renforcer la résilience climatique dans la communauté et l'île-barrière. Le paysage vivant de Gullah/Geechee mettra en évidence les liens entre les sites, fixera des objectifs de résilience clairs pour chaque emplacement et travaillera avec le comté et l'État pour garantir que des solutions d'adaptation au climat culturellement appropriées soient reflétées dans les plans et les politiques.

Innovation clé : Les gouvernements peuvent s'engager directement avec les communautés traditionnelles et autochtones et les financer pour développer conjointement une résilience culturellement appropriée au changement climatique. La planification de la résilience climatique peut également être utilisée comme politique de coordination de haut niveau pour impliquer davantage les communautés dans la définition de leur acceptation, de leur intérêt et de leurs valeurs pour le tourisme durable.

  • Relier le patrimoine culturel et maritime dans la protection marine et côtière: La National Oceanic and Atmospheric Administration gère un réseau de plus de 620 000 milles carrés d'eaux marines et des Grands Lacs. Le réseau comprend quinze sanctuaires marins ainsi que les monuments nationaux marins de Papahānaumokuākea, Rose Atoll, Northeast Canyons and Seamounts, Pacific Remote Islands et Marianas Trench. Le sanctuaire marin national des baleines à bosse des îles hawaïennes encourage le tourisme responsable et durable par le biais d'activités nautiques compatibles avec la protection des océans, notamment la navigation de plaisance, la plongée avec tuba, le kayak, la pêche récréative et l'observation des baleines. Des projets collaboratifs évaluent et surveillent la population de baleines à bosse, la répartition et l'abondance des baleines, le comportement des baleines et les impacts humains potentiels. Les programmes soutiennent également les réponses aux échouages et les efforts de science citoyenne. Les baleines à bosse, appelées koholā en hawaïen, sont une partie importante de l'histoire, des légendes et du lien avec la mer des autochtones hawaïens. Les décisions de gestion du sanctuaire tiennent compte du patrimoine culturel et maritime d'Hawaï, qui se reflète également dans le plan de gestion spécifique et les objectifs du sanctuaire, y compris un plan d'action sur les traditions culturelles vivantes.[9]. Plans de gestion, requis pour tout sanctuaire marin national[10], sont destinés à être des documents spécifiques au site qui résument les programmes et règlements existants ; articuler les visions, les buts, les objectifs et les priorités ; et assurer la participation du public aux processus de gestion.

Innovation clé: La recherche collaborative avec des partenaires autochtones et des communautés locales qui respecte l'histoire culturelle et maritime d'une région peut rendre l'information plus complète, éviter les conflits, protéger les habitats et les zones culturelles importants et soutenir le tourisme marin durable. Les plans de gestion de la protection marine et côtière doivent refléter un engagement direct avec les communautés autochtones.

  • Définition d'un sentier aquatique dans le Maine sur des terres privées et publiques: Au large des côtes du Maine dans le nord-est, l'État possède environ 1 300 îles côtières inhabitées, dont certaines ne sont que de petits affleurements rocheux. Au milieu des années 1980, l'État a collaboré avec l'Island Institute, une organisation à but non lucratif, pour évaluer le potentiel récréatif de ces propriétés. Les îles publiques qu'ils ont identifiées comme adaptées à un usage récréatif sont devenues la base du sentier original de l'île du Maine, maintenant un sentier aquatique de 375 milles pour les pagayeurs, les marins, les plaisanciers et les défenseurs de l'environnement qui s'étend le long de la côte du Maine. Il relie plus de 250 îles sauvages et sites continentaux ouverts à la journée ou au camping de nuit. À certains endroits, les propriétaires fonciers autorisent l'accès à leurs propriétés en faisant confiance aux membres de la Maine Island Trail Association et aux autres utilisateurs qui seront les intendants responsables lors de leurs visites. Le sentier de l'eau est exploité par l'association, une organisation à but non lucratif vouée à la protection et à la jouissance de ces îles sauvages, embrassant l'idée que les utilisateurs du sentier deviendront les intendants de l'île[11]. Le Maine Island Trail est construit sur des partenariats avec les propriétaires de sites, des propriétaires fonciers privés aux organisations à but non lucratif et aux agences fédérales, étatiques et locales. La Maine Island Trail Association gère une application et un guide des emplacements des sentiers.

Innovation clé: Avoir une approche unifiée du tourisme durable sous la forme d'un sentier aquatique qui organise l'accès et établit des normes pour les activités peut stimuler l'activité dans la région, améliorer la sensibilisation, connecter les partenaires et motiver la protection d'une ressource récréative précieuse.

—–

[1] "Le tourisme côtier et océanique est durable, résilient, s'attaque au changement climatique, réduit la pollution, soutient la régénération des écosystèmes et la conservation de la biodiversité et investit dans les emplois et les communautés locales." Panel de haut niveau pour une économie océanique durable (Ocean Panel), Transformations pour une économie océanique durable, https://www.oceanpanel.org/ocean-action/files/transformations-sustainable-ocean-economy-eng.pdf.

[2] Voir la Loi sur la gestion des zones côtières (CZMA) pour un exemple de moyens d'aborder la fragmentation et le respect des différents niveaux de gouvernement. La CZMA offre un avantage national et permet aux États individuels d'atteindre des objectifs d'intérêt national ; https://coast.noaa.gov/czm/act/.

[3] Pour obtenir de l'aide pour définir des buts et des objectifs appropriés, voir C. Ehler et F. Douvere. Planification de l'espace marin : une approche par étapes vers une gestion écosystémique, Commission océanographique intergouvernementale et Programme sur l'homme et la biosphère, Manuel et guides de la COI no. 53, Dossier ICAM n°. 6 (Paris : UNESCO, 2009).

[4] L'enquête sur la navigation de plaisance a caractérisé l'activité de navigation de plaisance de 373 766 plaisanciers du Maine à New York. L'enquête a détaillé des cartes des itinéraires de navigation dans la région. Les analyses économiques ont révélé que 907 000 sorties en mer ont généré environ $3,5 milliards et l'équivalent de près de 27 000 emplois à l'année dans le Nord-Est en 2012.

[5] Voir Northeast Ocean Planning, Plan Océan Nord-Est, 2016, https://neoceanplanning.org/plan/.

[6] Les jetées publiques de l'État de Californie ont une désignation spéciale dans la loi. Section 1.88 du Titre 14, California Code of Regulations, https://wildlife.ca.gov/Fishing/Ocean/Beach-Fishing.

[7] Gullah/Geechee Nation, https://gullahgeecheenation.com.

[8] Agence américaine de protection de l'environnement, « Building Blocks for Sustainable Communities », https://www.epa.gov/smartgrowth/building-blocks-sustainable-communities.

[9] Sanctuaire marin national des baleines à bosse des îles hawaïennes, Plan de gestion 2020, https://hawaiihumpbackwhale.noaa.gov/management/management-plan.html.

[10] Voir la loi sur les sanctuaires marins nationaux, https://nmssanctuaries.blob.core.windows.net/sanctuaries-prod/media/archive/library/national/nmsa.pdf ; et Sanctuaires marins nationaux, « Management 101 », https://sanctuaries.noaa.gov/management/mgt101.html.

[11] Association des sentiers de l'île du Maine, https://mita.org/.

Close
back to top