Essai d'expert
Collaboration : Établir des partenariats pour l'innovation et le succès

Comment la collaboration et les partenariats peuvent-ils soutenir le passage à la durabilité ? Envisagez-vous le rôle des partenariats public-privé pour promouvoir l'innovation et surmonter les barrières à l'entrée et/ou la collaboration régionale en tant que mécanisme de réduction des risques ? Quels sont les exemples de réussite ?

Melinda Watt
Mélinda Watt
Vice-président Gestion des relations et scientifique en chef, EarthCheck

Dans un esprit de réconciliation, EarthCheck reconnaît les gardiens traditionnels du pays dans toute l'Australie et leurs liens avec la terre, la mer et la communauté. Nous rendons hommage à leurs aînés passés et présents et étendons ce respect à tous les peuples aborigènes et insulaires du détroit de Torres aujourd'hui. EarthCheck reconnaît les peuples Turrbal et Jagera comme les propriétaires traditionnels des terres de South Bank, où se trouve notre siège social. La région de South Brisbane, y compris Musgrave Park, est culturellement importante pour les Australiens autochtones et était fréquemment utilisée comme lieu de rencontre pour les visiteurs du nord et du sud de Meeannjin (rivière Brisbane).

À propos de EarthCheck

EarthCheck est le premier groupe mondial de conseil aux entreprises spécialisé dans la durabilité et la gestion des destinations pour l'industrie du voyage et du tourisme. L'approche holistique d'EarthCheck en matière de tourisme responsable et sa science de pointe permettent aux destinations et aux opérateurs de comparer et de certifier leurs performances en toute confiance.

Grâce à sa plateforme Total Tourism Management™, EarthCheck collabore avec ses clients pour aider à planifier l'avenir et guider la conception, la construction et l'exploitation de bâtiments intelligents et la gestion responsable des destinations touristiques.[1].

Collaboration : Établir des partenariats pour l'innovation et le succès

EarthCheck est le premier groupe mondial d'analyse comparative, de certification et de conseil scientifique et environnemental pour l'industrie du voyage et du tourisme. Depuis plus de 30 ans, nous travaillons avec des centres de recherche et des universités de premier plan dans le monde entier pour résoudre les principaux problèmes de durabilité et de changement climatique auxquels sont confrontées les destinations touristiques, les communautés et les entreprises. EarthCheck pense que ce qui peut être bon pour les affaires peut être bon pour la planète.

La science et la recherche EarthCheck, y compris nos normes de durabilité, ont été initialement développées par le Centre de recherche coopérative pour le tourisme durable (CRCST) du gouvernement australien, créé en 1997.

L'objectif du CRCST était d'entreprendre des recherches et de fournir des connaissances et des outils pour éclairer les politiques et la planification afin de soutenir les entreprises et les destinations touristiques durables. Pour atteindre cet objectif, le centre a participé à une vaste consultation des parties prenantes pour définir trois thèmes principaux de recherche et développement :

  1. Planification touristique et gestion environnementale: L'objectif était d'améliorer les produits touristiques de qualité, de réduire les coûts de conformité, d'assurer la durabilité des valeurs écologiques et patrimoniales et d'offrir des avantages économiques, sociaux et culturels accrus à la communauté.
  2. Technologie, ingénierie et conception du tourisme: L'objectif était de développer des technologies et des solutions d'ingénierie rentables et à faible impact pour les développements touristiques et d'améliorer la compétitivité des voyages et du tourisme grâce à une meilleure application des technologies de l'information.
  3. Politique touristique, produits et entreprises: L'objectif était de fournir la base de recherche pour le développement stratégique du tourisme dans les marchés touristiques, le marketing stratégique, les politiques d'évaluation d'impact et les cadres de planification et la gestion stratégique.

Dans la course pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux, la dynamique s'accélère. De plus en plus d'organisations dans le monde doivent communiquer leur impact climatique et leurs engagements pour le réduire. Communiquer efficacement démontre le respect des réglementations nationales et internationales et fait preuve de prévoyance et d'ambition accrue. Des stratégies d'engagement bien gérées et innovantes peuvent fortement influencer l'image et la marque d'une organisation. Mais c'est avant tout un puissant moteur de changement. Sensibiliser, favoriser les partenariats et partager des solutions climatiques innovantes peut conduire à un changement réel et durable.

De même, impliquer le public et les autres parties prenantes par le biais de pratiques responsables peut contribuer au succès de vos efforts pour le climat. Un engagement efficace favorise le dialogue et unit les gens autour de l'objectif commun de préserver le climat et la biodiversité de nos écosystèmes.

Les ambitions et les actions climatiques sont hétérogènes selon les organisations, les secteurs et les zones géographiques sans définitions standard communément acceptées de, par exemple, la neutralité carbone ou le zéro net au niveau de l'entreprise ou de l'organisation. Par conséquent, le langage utilisé pour parler des engagements et des actions climatiques est souvent très technique, parfois imprécis, voire trompeur. Par conséquent, le défi est d'être techniquement correct, exact, et conforme aux dernières sciences du climat en étant accessible à vos parties prenantes.

Les prochaines années ne peuvent pas être traitées comme d'habitude. Ils annoncent une nouvelle période où l'incertitude et les perturbations sociétales, économiques et environnementales sont devenues la norme. Il est maintenant clair que le changement climatique régional et mondial est une réalité. Néanmoins, certains autres risques et vulnérabilités doivent être pris en compte dans nos plans d'affaires. Des procédures opérationnelles standard sont désormais nécessaires pour gérer les risques, renforcer la résilience et prendre en compte les réponses d'adaptation et de rétablissement.

Avec l'assouplissement progressif des restrictions de voyage dans le monde, les gens recommenceront à quitter leur domicile à la recherche d'une reconnexion avec le monde extérieur et de leur propre recréation. Étant donné que les voyages internationaux resteront limités pendant une période considérable (deux à trois ans), le tourisme local et national fournira les pousses vertes dans un environnement post-COVID-19. Bien que l'on puisse s'attendre à ce que les gens commencent initialement à voyager vers des sites plus proches de chez eux, à mesure que l'économie s'ouvrira, cela s'étendra progressivement à des voyages d'une journée plus longs, des nuitées et des pauses prolongées.

Nos recherches actuelles indiquent que l'hygiène, la sécurité générale des visiteurs et la propreté seront au centre de toutes les destinations, zones et entreprises au cours des prochains mois, alors que nous entrons dans une phase de réinitialisation et de récupération. Passer du temps avec la famille et les amis gagnera en importance, et leur rendre visite sera une motivation clé pour voyager. Les grands espaces sont susceptibles d'exploser à mesure que les voyageurs changent leurs préférences et évitent les endroits bondés, tout en profitant des bienfaits de la nature sur la santé mentale.

Il est maintenant clair qu'après le COVID-19, le consommateur conscient commencera à examiner chaque aspect d'une destination, d'une entreprise et d'une chaîne d'approvisionnement. Certaines organisations atteindront véritablement ces objectifs, d'autres prétendront à tort qu'elles y sont parvenues et certaines s'en moqueront tout simplement. Certains aimeraient mais ne savent pas comment. Une façon de récompenser les entreprises ou les destinations qui se conforment réellement à ces objectifs consiste à leur accorder une reconnaissance crédible (indépendante) par un tiers.

À la base, la certification est un moyen de garantir qu'une activité ou un produit répond à certaines normes. Dans l'industrie touristique, différentes organisations ont développé des programmes de certification mesurant divers aspects du tourisme : (a) la qualité, pour l'ensemble de l'industrie touristique, (b) la durabilité, également pour tous les secteurs, (c) l'écotourisme, pour le tourisme durable qui se déroule dans les écosystèmes naturels, protégés ou fragiles, et (d) la santé et l'hygiène, également pour tous les secteurs.

La certification établit des normes et aide à distinguer les entreprises touristiques véritablement durables (et/ou hygiéniques) des autres qui font des déclarations qui ne peuvent être étayées ou indiquent simplement un désir d'agir d'une manière spécifique. Cela aide à protéger l'intégrité de ces concepts.

La certification n'est pas une fin en soi. C'est l'un des nombreux outils pour motiver les entreprises et autres à améliorer leurs performances environnementales, sociales et économiques. Les récompenses qu'il leur offre sont parfois tangibles et parfois non.

Notre expérience a montré que la certification a aidé de nombreuses entreprises à s'améliorer. Entreprendre une démarche de certification est pédagogique. De nombreuses entreprises certifiées ont déclaré que l'un des plus grands avantages du processus de certification était de leur enseigner les éléments de durabilité (risque, résilience et hygiène inclus) dans leurs opérations et de concentrer leur attention sur les changements qu'elles devaient apporter. Une entreprise prospère a tendance à être plus efficace et à attirer plus de clients. La certification est également signalée comme conduisant à des employés plus engagés et plus solidaires.

 

"Avoir un système de gestion environnementale fiable nous aide à nous comparer aux entreprises mondiales, et les projets durables sont très appréciés par les touristes."

—Fabian Arriaga, directeur des opérations, Alltournative

 

Alltournative est un voyagiste spécialisé qui guide des expéditions écologiques et d'aventure à travers la Riviera Maya dans l'État mexicain de Quintana Roo. L'entreprise a commencé son parcours durable avec EarthCheck en 2012. Son équipe dévouée favorise une appréciation des peuples mayas et de leurs cultures uniques, en veillant à ce que les visiteurs agissent de manière responsable et respectent les communautés locales et l'environnement naturel. En promouvant véritablement les trésors naturels du Mexique et en établissant des programmes authentiques de préservation culturelle et écologique, Alltournative s'engage à réaliser un développement économique et durable pour les communautés locales.

L'amélioration du développement des communautés mayas dans la région a aidé les populations locales à passer d'une agriculture de subsistance à la génération d'un revenu plus durable. Alltournative embauche 100 % de son personnel dans la communauté locale et 100 % des contrats de service sont attribués à des entrepreneurs locaux. De plus, Alltournative achète des denrées périssables uniquement auprès de producteurs locaux. Ces stratégies profitent aux communautés locales, injectent de la valeur économique dans la région et stimulent sa croissance.

Alltournative encourage également les communautés mayas locales à adopter leur héritage ancestral. Offrir des opportunités d'emploi et s'engager avec des adolescents locaux a contribué à minimiser la migration vers les grandes villes pour le travail et la possibilité de dissolution culturelle.

En effet, de nombreuses formes de « repenser » le tourisme et ses finalités ont été proposées ces dernières années. Un tourisme plus lent et plus ciblé et la garantie que les touristes paient leur juste part des coûts directs et indirects qu'il génère sont à l'étude dans de nombreuses juridictions. Pour le tourisme, de nouveaux paradigmes importants, y compris le tourisme réparateur et régénérateur, doivent être considérés dans le contexte d'initiatives de durabilité de plus longue date. Celles-ci, à leur tour, doivent s'inscrire dans le contexte plus large de toute activité humaine et parler d'objectifs de durabilité plus complets.

Au niveau des destinations, l'accent est davantage mis sur la gestion des destinations et l'intégration du tourisme dans les programmes de développement et de bien-être locaux. Au cœur de cela se trouvent des questions essentielles sur les indicateurs clés pour mesurer les impacts du tourisme. Suite au rapport Brundtland (commandé par l'ONU) Notre avenir commun, la durabilité est devenue un cri d'alarme dans tous les secteurs des ressources, y compris le tourisme[2]. Beaucoup diraient que durabilité est devenu un terme rhétorique et n'a pas réussi à attirer une réelle attention. Néanmoins, à mesure que les pressions environnementales induites par l'homme sont devenues plus pressantes, les objectifs existentiels de vivre « dans les limites planétaires » se sont manifestés de manière à mettre l'accent sur la nécessité de « réparer » les dommages passés et de « régénérer » les systèmes naturels. Il serait facile de se perdre dans le langage « soutenir : restaurer : régénérer », mais nous devons noter qu'il s'agit en grande partie d'expressions de la nécessité de ne puiser que dans une récolte durable de capital naturel, d'aller au-delà des besoins immédiats et de redonner pour (restaurer) le capital naturel et les services écosystémiques.

Au fil du temps, l'accent a été mis de plus en plus sur les pressions centrées sur l'être humain, d'autant plus que la communauté mondiale recherche une équité de développement plus importante. Plusieurs commentateurs affirment que les objectifs de biodiversité et de développement humain sont « l'iceberg » sous-jacent à la crise climatique actuelle. Cela sous-tend le besoin pressant (renforcé par la pandémie de COVID en cours) de reconstruire les relations entre les humains et l'environnement, en réaffirmant le paradigme anthropologique selon lequel les humains existent et progressent en vivant dans les limites de la nature plutôt qu'en les dominant. C'est grâce à ces objectifs élargis que nous, à EarthCheck, continuons à faire évoluer nos indicateurs.

 

'Le voyage avec EarthCheck a commencé en 2003 lorsque nous avons commencé le processus pour devenir une communauté écologiquement certifiée et plus durable. Notre travail avec EarthCheck nous a donné une longueur d'avance pour nous concentrer sur la gestion durable des destinations en utilisant le contrôle de la qualité, la discipline et la conformité comme outils.

—Guðrún Magnúsdóttir, chef de projet, Centre de recherche sur la nature de l'ouest de l'Islande

 

Snæfellsnes est une péninsule de 90 kilomètres de long située dans l'ouest de l'Islande. Reconnu pour sa beauté naturelle et sa diversité, Snæfellsnes est une combinaison surréaliste de montagnes spectaculaires, de cascades imposantes, de plages de sable et de communautés amicales. Le volcan coiffé d'un glacier Snæfellsjökull est le joyau de la couronne. C'est un lieu magique tissé d'histoire, d'enchantements et de sagas islandaises, au centre du roman de science-fiction de Jules Verne Voyage au centre de la Terre et, plus récemment, une toile de fond dans le Jeu des trônes série. L'Islande a capturé l'imagination de nombreux voyageurs en tant que destination mythologique qui offre des liens profonds et des expériences riches, des vacances avec un impact durable !

Snæfellsnes est devenue la première destination durable EarthCheck en Europe et, en 2018, a obtenu la certification EarthCheck Platinum. Cette étape a marqué 10 années continues de mesure et de gestion des émissions de gaz à effet de serre, de la consommation d'énergie, de déchets et d'eau, et de l'impact social.

Déterminées à préserver les atouts naturels et culturels, à résoudre les problèmes des communautés locales et à améliorer le bien-être, les municipalités de Snæfellsnes d'Eyja-og Miklaholtshreppur, Helgafellssveit, Grundarfjarðarbær, Snæfellsbær et Stykkishólmsbær, en collaboration avec le parc national de Snæfellsjökull, ont établi une politique commune de développement durable pour investir dans les personnes et la formation, ainsi que dans les infrastructures économiques et sociales.

Affectueusement surnommée « l'Islande en bref », Snæfellsnes est le rêve d'un voyageur, avec des paysages à couper le souffle et une population clairsemée de 4 000 personnes. La vie tourne autour de la pêche, de l'agriculture et du tourisme ; cependant, 80 % des entreprises reconnaissent que le tourisme est leur principale source de revenus. En 2018, le nombre de touristes était le double de la population islandaise locale. La communauté de Snæfellsnes sait que le tourisme peut être préjudiciable s'il n'est pas soigneusement géré.

Depuis que Snæfellsnes a rejoint le programme EarthCheck Sustainable Destinations, la communauté locale a joué un rôle clé dans le parcours de développement durable de la région.. « Au début, nous avons dû convaincre la communauté d'être plus consciente et impliquée dans nos projets », explique Guðrún Magnúsdóttir, chef de projet, Centre de recherche sur la nature de l'ouest de l'Islande. "De nos jours, grâce à une sensibilisation mondiale accrue et à la portée de notre programme de développement durable, davantage d'entreprises, d'organisations et d'individus locaux souhaitent s'impliquer et ont lancé leurs propres initiatives environnementales."

La main-d'œuvre locale, les services communautaires et les ressources naturelles sont une priorité pour les municipalités, protégeant le patrimoine culturel et l'individualité de chaque communauté et favorisant les opportunités d'emploi et les entreprises locales. Travailler en étroite collaboration avec les parties prenantes a assuré un processus plus collaboratif et le respect des lois et réglementations concernant le contrôle des ressources.

 

La communication est essentielle pour l'engagement communautaire afin d'améliorer les relations, d'éduquer les touristes, de réduire les déchets, de conserver l'eau et d'économiser l'énergie. Comme le dit Magnúsdóttir, « Nous avons appris que l'un des meilleurs moyens d'atteindre nos objectifs dans la plupart de nos domaines de performance clés est la gestion sociale et culturelle. La meilleure façon de voir une évolution positive de nos indicateurs est la sensibilisation. Ce qui est difficile, mais néanmoins efficace.

Dans un sens important (et la pandémie de COVID-19 l'a démontré), le tourisme n'est qu'un secteur dans un contexte socio-économique plus large. Les objectifs du tourisme sont désormais mis au défi d'aborder plus que la récolte durable, de « redonner » (restaurer ou régénérer) écologiquement et socialement. Le tourisme est particulièrement bien placé pour faire avancer cet objectif. Lorsqu'elles sont ancrées dans le lien entre les personnes et les lieux dans le cadre d'un « devoir de diligence » convenant aux relations hôte-invité, des expériences naturelles et culturelles riches peuvent être la pierre angulaire d'expériences touristiques plus ciblées.

—–

[1] Page d'accueil d'EarthCheck, earthcheck.org.

[2] Commission mondiale sur l'environnement et le développement, Notre avenir commun (New York : Nations Unies, 1987).

 

 

 

 

 

 

Close
back to top