Essai d'expert
Croisières : l'avenir du tourisme de croisière

Que signifie la durabilité pour l'industrie des croisières et comment y parvenir compte tenu de l'impact que la pandémie continue d'avoir sur l'industrie des croisières ? Quel avenir pour le tourisme de croisière ?

Honourable Edmund Bartlett, CD, MP
Honorable Edmund Bartlett, CD, député
Ministre du Tourisme de la Jamaïque

Malgré la pandémie de COVID-19 et la lenteur de la reprise, le tourisme côtier et marin reste l'un des secteurs à la croissance la plus rapide de l'économie mondiale. Pour les petits États insulaires en développement (PEID), le tourisme, y compris le tourisme de croisière, est un moteur majeur de la croissance économique et de la création d'emplois, une source majeure de devises étrangères et a été essentiel pour assurer la résilience économique. À l'avenir, le principal défi de durabilité du secteur, en particulier pour les États côtiers et les PEID vulnérables comme ceux des Caraïbes, sera la mesure dans laquelle la communauté internationale (publique et privée) s'engagera dans des actions climatiques décisives basées sur les océans. Les considérations transversales de durabilité telles que la protection des écosystèmes, la réduction de la pollution et des déchets plastiques, la conservation de la biodiversité et les investissements dans les technologies vertes au sein de l'économie bleue doivent nécessairement être intégrées dans le développement de l'industrie du tourisme de croisière et du tourisme en général. Les océans permettent le tourisme domestique et international pour près de 200 pays et territoires d'outre-mer. À l'échelle mondiale, la valeur marchande des ressources et des industries marines et côtières est estimée à 1 TP 3 000 milliards de dollars par an, soit environ 5 % du produit intérieur brut mondial, alors que la contribution de l'économie océanique à la valeur ajoutée mondiale a été estimée de façon prudente comme étant de l'ordre de de US$1,5 trillion par an, soit environ 3 % de la valeur ajoutée mondiale[1].

Le développement du tourisme côtier et marin représente une composante importante de l'économie bleue et sa capacité à nous aider à atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Cela concerne non seulement l'ODD 14 ("Conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines"), mais également le rôle de l'économie bleue dans la réalisation d'autres ODD, tels que l'ODD 1 ("Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes partout"). Selon l'Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies, le secteur des croisières soutient 1,2 million d'emplois et apporte chaque année $150 milliards de dollars à l'économie mondiale. Alors que l'économie océanique mondiale se développe rapidement, cela présente des opportunités et des défis croissants pour parvenir à la durabilité de nos océans et de nos côtes, en particulier face au changement climatique et à la pandémie actuelle de COVID-19.

Le tourisme côtier et océanique contribue de manière significative au développement économique dans le monde entier, en particulier dans les Caraïbes fortement dépendantes du tourisme. La forte dépendance à l'égard des ressources marines et océaniques est vitale pour les expériences vécues par les croisiéristes. Selon la Cruise Lines International Association (CLIA), le sous-secteur des croisières a contribué en 2018 à 150,13 milliards de dollars américains à l'économie mondiale, tandis qu'en 2019, il a contribué à 154,46 milliards de dollars américains à l'échelle mondiale. Au niveau national, en 2019, le tourisme de croisière a apporté 21,6 milliards de J$ à l'économie jamaïcaine grâce aux services touristiques récréatifs, aux services de restauration et de boissons, aux services de transport de passagers et aux services récréatifs et culturels.

Il est important d'équilibrer les gains économiques à tirer de l'économie bleue avec la conservation appropriée et l'utilisation durable des ressources, ainsi que l'impact social sur les communautés côtières. La période 2010-2020 a inauguré la croissance la plus rapide jamais enregistrée dans l'industrie des croisières dans le monde, avec des impacts significatifs sur l'environnement marin et côtier. Avant la pandémie de COVID-19, l'économie jamaïcaine gagnait en moyenne $174,5 millions de dollars américains grâce au tourisme de croisière. En 2020, les recettes en devises du tourisme de croisière se sont élevées à $45,5 millions de dollars.

Cependant, alors que les pays étaient sous le choc de l'impact économique de la pandémie, des effets environnementaux bénéfiques de l'"anthropause" ont été observés[2]. Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques, les émissions énergétiques ont diminué de 7 % et les pressions environnementales liées à l'agriculture ont diminué de 2 %. Nous devons tenir compte des impacts environnementaux du tourisme de croisière, car les navires de croisière sont un important producteur d'effluents non traités et d'autres polluants qui menacent la survie de l'océan. Le Programme des Nations Unies pour l'environnement a identifié les navires de croisière comme l'une des principales sources de pollution des écosystèmes marins[3]. De plus, l'Environmental Protection Agency des États-Unis estime que les déchets des navires de croisière varient de 2,6 à 3,5 kilogrammes par personne et par jour. La gestion des déchets est régie par la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires[4].

La réactivité du secteur du tourisme de croisière aux exigences de durabilité est vitale pour son existence. En d'autres termes, l'océan doit être maintenu en parfait état, des pratiques efficaces de gestion des déchets solides doivent être mises en œuvre et les normes épidémiologiques doivent être strictement respectées pour permettre la sécurité sanitaire. On peut se consoler du fait que, même si le tourisme de croisière peut nuire à l'environnement, il a également le potentiel de soutenir un tourisme océanique durable. À cette fin, le tourisme de croisière doit tenir compte des impacts environnementaux, de la capacité d'accueil, de la responsabilité sociale et de l'intégration du tourisme au sein de la communauté locale. Une attention particulière doit être accordée aux facteurs environnementaux qui permettent une industrie des croisières florissante. Des efforts doivent être faits pour maintenir l'océan en parfait état. Outre les problèmes de pollution, les leçons tirées de la pandémie exigent que l'industrie des croisières gère avec soin les protocoles de santé pour garantir une expérience sûre, sécurisée et transparente pour le voyageur. De plus, les excursions terrestres, les attractions et les expériences associées au tourisme de croisière doivent être structurées de manière à garantir le respect des normes et pratiques environnementales. Cela garantit également que des partenariats sont établis avec les communautés locales, car les biens culturels sont consommés par les croisiéristes. Cette approche a été activement démontrée dans la ville historique de Falmouth, où l'Autorité portuaire de la Jamaïque, en partenariat avec le ministère du Tourisme et la Royal Caribbean Cruise Lines, a mis en œuvre plusieurs projets pour rendre la ville portuaire plus durable et inclusive. Des consultations continues des parties prenantes dans diverses entités et communautés ont identifié des domaines d'investissement prioritaires présentant d'importantes opportunités socio-économiques. Certaines des initiatives prioritaires comprennent la réhabilitation du Water Square dans le centre-ville ainsi que l'amélioration et la préservation des infrastructures patrimoniales, l'amélioration du drainage et l'aménagement des rues. L'Autorité portuaire a également joué un rôle déterminant dans la réhabilitation du nouveau marché fermier au coût de $500 millions pour améliorer l'expérience de shopping des visiteurs dans la ville. L'autorité a également construit un village artisanal pour faciliter la formalisation de 90 commerçants artisanaux. Ces vendeurs ont été formés et enregistrés, et une association a été créée pour représenter leurs intérêts. La création d'un service de cyclo-pousse a facilité l'intégration des citadins dans l'expérience de croisière, car il a créé des opportunités d'emploi pour les jeunes hommes seuls et les résidents de Falmouth et a simultanément fourni une visite organisée historique et patrimoniale livrée de manière sûre.[5].

Malgré l'impact, la pandémie a offert des opportunités pour renforcer la viabilité et la durabilité de l'industrie des croisières. Par exemple, il a offert une chance de réexaminer les opérations et l'impact de l'industrie afin de développer des stratégies et des politiques pour une gestion efficace des perturbations. À cet égard, la CLIA a annoncé son intention, d'ici 2027, d'avoir 26 navires de croisière propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL), 81 % de la capacité mondiale équipée de systèmes avancés de traitement des eaux usées et 174 navires de croisière avec une connectivité électrique à terre.[6]. Le port de croisière de Montego Bay fournit des installations de GNL aux navires, mais seulement à quelques navires de croisière. La connectivité électrique à terre est également disponible à Montego Bay. L'industrie des croisières devrait revenir avec un modèle plus durable, rationalisé et efficace qui mettra davantage l'accent sur le respect des protocoles pour gérer les risques et pour préserver et protéger les opérations de l'industrie ainsi que les ressources marines et océaniques dont elle dépend. Les opérations de l'industrie des croisières en Jamaïque doivent se conformer strictement aux réglementations du ministère de la Santé et du Bien-être, ainsi qu'aux protocoles de santé et de sécurité COVID-19 du ministère du Tourisme.[7].

Alors que le monde commence à se préparer à sortir de la pandémie, l'une des considérations les plus importantes est la santé et la sécurité publiques. Des mesures et des protocoles stricts pour la santé et la sécurité publiques doivent être établis en partenariat avec les autorités sanitaires et portuaires. Un alignement et une collaboration entre les exigences de santé publique et les pratiques de l'industrie sont nécessaires pour établir et respecter les protocoles et mesures de sécurité, en particulier ceux concernant les installations médicales et sanitaires à bord des navires.

Le tourisme de croisière est essentiel à la durabilité économique des Caraïbes. La région des Caraïbes est l'une des principales destinations de croisières océaniques au monde et l'un des espaces les plus lucratifs pour les croisières. Selon Caraïbe Nouvelles Numérique magazine, les Caraïbes reçoivent environ 60 % de la part mondiale des passagers des navires de croisière. L'Organisation du tourisme des Caraïbes a signalé qu'environ 25 millions de passagers de navires de croisière ont visité 24 destinations des Caraïbes en 2014, un chiffre qui a augmenté de 11 % en 2015. Cela représente une opportunité considérable pour le développement économique des ports ainsi que pour le développement social des communautés portuaires. Cela permettra le développement de mesures qui permettront aux ports et aux compagnies de croisières de traiter systématiquement les impacts économiques, sociaux et environnementaux de l'industrie.

Plus important encore, le tourisme de croisière et le tourisme de croisière durable peuvent être un outil de transformation pour les communautés traditionnellement enfermées dans une culture du silence. L'intégration d'un développement de port de croisière dans le canton historique de Port Royal vise à transformer la communauté historiquement riche en une attraction patrimoniale, environnementale et culturelle durable, tout en modernisant ses infrastructures physiques et en améliorant les conditions économiques et sociales des résidents. Le développement guidera à terme la transformation de la ville en une ville avec l'inclusion des populations locales ainsi qu'une bonne gouvernance et gestion des ressources écologiques et naturelles sensibles. Des efforts concertés ont été déployés tout au long du projet pour favoriser la collaboration entre les principales agences gouvernementales et pour faciliter l'intégration des habitants de Port Royal dans l'ensemble de l'exercice de développement. Une modification importante du projet découlant de la discussion des parties prenantes a été la relocalisation du système d'égouts de niveau tertiaire du port (qui était à l'origine uniquement pour le port) vers un emplacement hors site. L'usine de traitement des eaux usées utilisera une technologie moderne dans ses opérations, ce qui permettra de minimiser l'empreinte du bâtiment et d'augmenter l'efficacité opérationnelle.

Notre moment actuel offre une opportunité idéale pour redéfinir le tourisme de croisière. L'avenir de l'industrie dépendra des investissements dans les avancées technologiques qui visent à accroître l'efficacité et à améliorer les expériences tout en réduisant les impacts sociaux et environnementaux. Aujourd'hui plus que jamais, nous avons la possibilité de définir avec précision les limites physiques des destinations, de varier les itinéraires de voyage et de concevoir des projets efficaces de conservation et de réhabilitation des destinations. Les gouvernements devront s'adapter à la demande croissante de croisières en veillant à ce que les dispositions réglementaires et législatives nécessaires soient en place. La promotion de bonnes pratiques environnementales, de stratégies de résilience et de systèmes de gestion environnementale sera essentielle pour une industrie du tourisme de croisière réinventée. Enfin, les expériences et attractions terrestres qui soutiennent les croisières doivent s'adapter et évoluer avec de nouvelles stratégies créatives et innovantes afin de satisfaire la demande croissante.

La santé et la durabilité de notre océan sont essentielles à la survie de l'industrie du tourisme et, par extension, de notre planète. À cet égard, en tant que petit État insulaire en développement, la Jamaïque se félicite de l'objectif du Groupe de haut niveau pour une économie océanique durable (Groupe océan) de parvenir à une économie touristique durable d'ici 2030.[8]. La période qui suivra le COVID-19 verra une croissance accrue du tourisme côtier et marin, en particulier le tourisme de croisière. Cela exige la mise en œuvre de stratégies, de politiques et de pratiques de gestion solides et solides qui garantissent la viabilité et la durabilité des pays et des communautés, pour cette génération et la suivante.

—–

[1] PG Patil, J. Virdin, SM Diez, J. Roberts et A. Singh, Vers une économie bleue : une promesse de croissance durable dans les Caraïbes (Washington, DC : Banque mondiale, 2016), https://documents1.worldbank.org/curated/en/965641473449861013/pdf/AUS16344-REVISED-v1-BlueEconomy-FullReport-Oct3.pdf.

[2] IA Callejas, CM Lee, DR Mishra, SL Felgate, C. Evans, A. Carrias, A. Rosado et al., "Effet de COVID-19 Anthropause sur la clarté de l'eau dans le lagon côtier du Belize," Frontières des sciences marines, 5 mai 2021, https://doi.org/10.3389/fmars.2021.648522.

[3] L. Jeftic, SB Sheavly et E. Adler, Déchets marins : un défi mondial (Washington, DC : Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2009).

[4] LS Johnson, Rapport d'évaluation des rejets des navires de croisière, non. EPA 842-R-07-005 (Washington, DC : Agence américaine de protection de l'environnement, 2008).

[5] L'examen national volontaire de la Jamaïque (2018) définit « les jeunes seuls ». . . comme ceux qui sont dans la tranche d'âge des 14-24 ans, au chômage ou en dehors de la population active, et non scolarisés ou en formation ». Rapport d'examen national volontaire de la Jamaïque sur la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, juin 2018, https://sustainabledevelopment.un.org/content/documents/19499JamaicaMain_VNR_Report.pdf.

[6] Association internationale des compagnies de croisières, Perspectives de l'état de l'industrie des croisières 2022, https://cruising.org/-/media/clia-media/research/2022/clia-state-of-the-cruise-industry-2022_updated.ashx.

[7] C. Patterson, "Protocoles en cours d'élaboration pour la reprise des opérations de croisière", Service d'information de la Jamaïque, 13 août 2021, https://jis.gov.jm/protocols-being-developed-for-resumption-of-cruise-operations/.

[8] "Le tourisme côtier et océanique doit être durable, résilient, lutter contre le changement climatique, réduire la pollution, soutenir la régénération des écosystèmes et la conservation de la biodiversité et investir dans les emplois et les communautés locales." Panel de haut niveau pour une économie océanique durable, Transformations pour une économie océanique durable : une vision pour la protection, la production et la prospérité, 2020, https://www.oceanpanel.org/ocean-action/files/transformations-sustainable-ocean-economy-eng.pdf.

Close
back to top